Djihadistes contre Homo festivus | Causeur

Djihadistes contre Homo festivus

Pourquoi tant de haine? Parce que c’est eux, parce que c’est nous.

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 16 novembre 2015 / Politique Religion

Mots-clés : , , ,

daech  homo festivus bataclan

« Même pas peur ! » Dimanche soir, alors qu’une fausse alerte a vidé la place de la République en quelques minutes, le slogan, inscrit sur une pancarte abandonnée, résonne comme une bravade d’enfants. Le hashtag fait fureur, les journalistes et commentateurs propagent la bonne parole avec conviction : « La France n’a pas peur ! ». En réalité, la France a passablement peur. Si elle sort de chez elle, c’est pour avoir moins peur ensemble, les uns contre les autres.

Le message est passé : désormais, nul n’est à l’abri. Ça peut vous tomber dessus, même si vous n’avez rien fait pour énerver les djihadistes comme dessiner Mahomet ou être juif. Alors, il y a peut-être quelques raisons d’avoir peur. Et la seule façon de résister à cette peur, c’est de comprendre ce qui nous arrive. Les moulinets rhétoriques, proclamations incantatoires, appels aux valeurs et autres trémolos unitaires, aussi rassurants soient-ils, ne suffiront pas à répondre à deux questions essentielles – qui sont nos ennemis ? Pourquoi nous agressent-ils ?

Dès sa première intervention, le président de la République a été clair : nous connaissons les coupables et ils seront châtiés. Il s’est cependant gardé de les désigner explicitement, mais chacun a compris qu’il s’agissait de Daech ou de l’Etat islamique comme on voudra. Ainsi s’installe vaguement l’idée que la France a été attaquée par une puissance extérieure que l’on pourrait donc combattre et vaincre sur un front extérieur. L’ennui, c’est que cet ennemi lointain recrute ses soldats chez nous. Quel que soit l’apport logistique, financier et technique de la maison-mère, nous avons également affaire à un djihadisme de fabrication locale. On l’a découvert avec Merah, la terreur islamiste peut sortir de l’école de la République. On ne sait pas combien de Français sont prêts aujourd’hui, à prendre les armes contre leur pays. Ni combien d’autres les approuvent secrètement. Mais il est temps de dire que ces Français-là ne sont pas des victimes. Ce sont nos ennemis. Et des traitres en prime. Il faut les traiter comme tels. « On ne se laissera pas marcher sur les pieds », disait un jeune homme aperçu sur un écran. Il n’est dit nulle part que la loi doit être douce.

Pourquoi nous en veulent-ils ? Si la question nous taraude, c’est que la haine des assassins fonctionne comme un miroir identitaire. Nous devenons ce qu’ils haïssent. Edwy Plenel pense qu’ils ont voulu tuer la société multiculturelle et métissée (du quartier Oberkampf ?), Laurent Joffrin qu’ils en veulent à notre amour de la liberté, d’autres sont convaincus que c’est notre belle démocratie qu’ils veulent abattre.  Un philosophe assure qu’ils détestent la « République festive et sociale ». Je crois, pour ma part, qu’ils s’en prennent effectivement à ce que nous avons de plus cher : la fête et la consommation. Le chien d’infidèle type, c’est Homo festivus. Muray les avait déjà calculés : ce que veulent détruire les djihadistes, c’est un ventre mou, un Occident fatigué d’être lui-même qui cherche sa rédemption dans la consommation. Eh bien, c’est cet Occident qu’il faut défendre et avec lui le droit de mener une existence banale, agréable et vaine. Face aux djihadistes, Homo Festivus, c’est moi ! « Nous vaincrons. Parce que nous sommes les plus morts. », écrit Muray. Qu’il me pardonne mais aujourd’hui, le deuil est trop frais pour se résigner à cette sinistre conclusion. Je préfère penser que nous vaincrons parce que nous sommes les plus frivoles, les plus paresseux, les plus faibles. Ce n’est peut-être pas glorieux, mais c’est bien agréable. Ce n’est pas rien.

*Photo: Sipa. Numéro de reportage : 00730620_000018.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 21 Novembre 2015 à 17h57

      jacques1234567890 dit

      Ce que reproche ou simplement ce qui étonne les 5 à 6 milliards d’humains qui ne sont pas occidentaux ce n’est pas la frivolité ou éventuellement l’athéisme mais l’absence de dimension spirituelle. Pour faire simple “Dieu existe-t-il ou pas ?” est devenu une question tout à fait secondaire chez nous. C’est ce qui choque le plus, en Afrique en particulier. En effet la question spirituelle est la seule qui pour l’instant nous distingue de façon incontestable du reste du règne animal avec peu-être le langage.
      La nature humaine a horreur du vide… spirituel et religieux.
      Il faut repartir de là et se souvenir que l’empire romain sur sa fin avait beaucoup oublié Jupiter où Diane et trucidait joyeusement les chrétiens dans les cirques. Ces derniers ont gagnés par la grâce de dieu mais aussi parce qu’en face d’eux il y avait un vide spirituel immense que les forces politique et militaire n’ont pas compensé.
      La fin du spirituel est une cause de mort certaine pour une civilisation.

      • 22 Novembre 2015 à 17h36

        GENE.GUIL dit

        Jacques, vous allez droit à la cause de notre “mort”. Cependant, dans leur message, les djiadistes prétendent s’en prendre à la croix d’où provient, selon eux, le consumérisme effréné et abrutissant qui nous tue. Hélas ! C’est tout le contraire : nous avons abandonné la glorieuse Croix du Seigneur, et nous sommes devenus ce “ventre mou” qui nous dépeint si bien. “O toi (France) qui dors, éveille-toi !!!”… Geneviève

    • 21 Novembre 2015 à 16h59

      Robson dit

      Tout le monde est d’accord sur le diagnostic, mais hélas pas du tout quant au traitement à administrer. Et c’est là que la société française, déjà très divisée, risque de s’entredéchirer. Pour le plus grand bonheur de ceux qui rêvent de la détruire.

    • 20 Novembre 2015 à 22h52

      Lector dit

      surprenant mais honnête de votre part, pour une adepte du philosociologue et après avoir fait tant de chichis quant à l’adoption du slogan “je suis Charlie”, que de déclarer face aux djihadistes être homo-festivus.

      Ceci dit, dans le “Chers Djihadistes”, au lendemain du 11 septembre, c’est moins la fête que le spectacle qui continue… il me semble bien que c’est en ce terme debordien que Muray exprime l’idée que le spectacle (ou festivisme si vous voulez) va tout engloutir, dévorer. (nous sommes par là même déjà morts donc impossible de nous tuer ; c’est la réponse de Muray au discours jihadiste : “nous vaincrons parce que nous n’avons pas peur de la mort”)

    • 20 Novembre 2015 à 17h20

      salaison dit

      et…. qu’en est-il des fêtes TRADITIONNELLES chrétiennes?
      nos traditions valent bien celles des autres ! (n’est ce pas MM Socialistes!?….)