Terrorisme: on ne déclare pas la paix! | Causeur

Terrorisme: on ne déclare pas la paix!

Face au fondamentalisme islamiste, l’hésitation est fatale

Auteur

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté
est sociologue, auteur du "Multiculturalisme comme religion politique" (Cerf Ed., 2016).

Publié le 24 mars 2016 / Religion Société

Mots-clés : , , ,

Une guerre d’éradication nous a été déclarée par les djihadistes qui sont prêts à l’ultime sacrifice pour nous rayer de la carte ou nous soumettre à leur Dieu. Et les proclamations de paix n'y changeront rien.
belgique terrorisme attentats guerre

La police belge perquisitionne une maison d'Anderlecht (mars 2016). Sipa. Numéro de reportage : AP21874376_000108.

Les attentats qui ont frappé la Belgique provoquent chez certains d’étranges sentiments : ils se disent las, ils voudraient que cela cesse par enchantement et ils en appellent surtout à la venue sur terre de la Paix, à la manière d’un principe rédempteur venant civiliser les hommes et les empêchant de s’entretuer. Ils voudraient qu’on déclare la Paix à l’humanité, et que chacun, inspiré par ce grand élan du cœur, range ses fusils et ses bombes. Quand une bombe saute dans un métro, ils publient sur les réseaux sociaux des symboles de paix et chantent Imagine ou Give Peace a Chance. Il y a peut-être quelque chose de beau dans cette conviction sincère que l’amour nous sauvera. Il y a aussi peut-être une forme de naïveté aussi exaspérante que paralysante.

La paix n’aura pas lieu

Car en attendant la parousie, en attendant cette sublime délivrance, ce ne sont pas les déclarations de paix qui sauveront les peuples et les protégeront mais la résolution à faire la guerre à un ennemi intérieur et extérieur, l’islam radical, qui s’est décidé quant à lui à humilier et soumettre la civilisation européenne. Devant le fondamentalisme islamiste, ses militants résolus et ses convertis qui sont manifestement attirés par sa fureur guerrière et sa cruauté revendiquée, il faut d’abord compter sur de bons services de renseignement, sur des policiers aguerris, sur des soldats d’expérience, sur des frontières efficaces et sur une ferme volonté de le combattre. En un mot, il faut avoir les moyens de se défendre, de le combattre et de le vaincre.

La guerre. Pour bien des Occidentaux, c’est un gros mot. Et répondre par la guerre à la guerre, ce serait apparemment une réponse simpliste. Nos bons esprits progressistes qui n’en finissent plus d’admirer leur propre grandeur d’âme voudraient qu’on se penche plutôt vers les racines profondes de l’hostilité entre les hommes et refusent de comprendre, parce que cela offusquerait leurs principes, que la violence est constitutive de l’histoire humaine. On peut la réguler, la contenir, la civiliser même: on ne pourra jamais l’éradiquer et en venir à bout une fois pour toutes.

Nos bons esprits, en un mot, s’imaginent toujours que la réponse militaire à une agression terroriste est une dérive populiste faite pour alimenter les simples d’esprit. Ils souhaiteraient qu’on parle d’exploitation sociale, de lutte à la pauvreté, de dialogue entre les civilisations. Ils s’imaginent que si chacun s’ouvrait à l’Autre, l’humanité se délivrerait des conflits (sans s’imaginer qu’en connaissant mieux l’autre, il se peut qu’on s’en méfie davantage). Ils veulent se réfugier dans la stratosphère des discours généreux et pacifistes pour éviter d’avoir à sortir leurs canons, leurs fusils et leurs blindés. Ils veulent s’extraire du conflit au nom de la conscience universelle  et surplomber les camps en présence. En d’autres mots, ils veulent fuir le réel qui égratigne leurs principes splendides.

La violence, en quelque sorte, est un fait anthropologique irréductible, et il est sot de croire qu’un jour, les hommes vivront à ce point d’amour qu’il n’y aura plus entre les groupes humains des conflits à ce point profonds qu’ils puissent dégénérer en conflits armés. La guerre est l’expression politique de la violence. Évidemment, d’une époque à l’autre, la guerre change de visage. Aujourd’hui, elle ne se fait plus vraiment en uniforme. Elle prend la forme d’une guérilla s’appuyant sur une cinquième colonne installée dans des forteresses islamistes comme Molenbeek. On a tort de parler du terrorisme en soi. Le terrorisme n’est que le moyen avec lequel les islamistes nous font la guerre.

La guerre de religion est la plus sauvage d’entre toutes

On ajoutera qu’il ne s’agit pas d’une guerre classique mais d’une guerre d’éradication qui nous a été déclarée par des fondamentalistes musulmans qui sont prêts à l’ultime sacrifice pour nous rayer de la carte ou nous soumettre à leur Dieu. La guerre de religion est la plus sauvage d’entre toutes parce qu’elle déshumanise radicalement l’ennemi – il est transformé en représentant du diable qui ne mérite pas sa place sur terre. Au vingtième siècle, elle s’est maquillée en guerre idéologique mais il s’agissait encore une fois de rayer de la surface de la planète ceux qui ne communiaient pas à la bonne foi ou de les y convertir de force.

Entre le fanatisme des enragés d’Allah et le laxisme mollasson de sociétés occidentales, il y a un contraste fascinant et on ne peut souhaiter que ces agressions à répétition contre des villes et des pays au cœur de la civilisation européenne réveillent leur instinct civique pour l’instant endormi. L’histoire est une source infinie de méditation et de méditations. Ce n’est pas un drapeau blanc qui a stoppé Hitler mais la ferme résolution des alliés à lui faire la guerre pour le vaincre et éradiquer le nazisme. Ce ne sont pas de belles âmes dissertant sur la paix universelle qui ont empêché l’armée rouge d’occuper l’Europe occidentale mais l’armée américaine qui y avait installé ses bases.

De même, devant l’islamisme, qui bénéficie à la fois de l’appui d’États étrangers et de réseaux bien implantés dans les grandes villes européennes, et qui peut manifestement frapper n’importe quelle cible, qu’elle soit aussi banale qu’une terrasse de café ou stratégique qu’un aéroport, il faudra apprendre à faire la guerre de notre temps. Devant l’ennemi, il faudra moins pleurer et larmoyer qu’être révolté et en colère. Et d’abord et avant tout, il faudra nommer l’ennemi. Non pas « la religion ». Non pas « le fanatisme ». Mais l’islamisme, qui s’est aujourd’hui juré de casser le monde occidental.

Cet article a été initialement publié dans Le Journal de Montréal.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Mars 2016 à 14h59

      jcm dit

      Ce n’est pas à nous qu’il faut écrire ces lignes , c’est à Gilles Kepel, qui paradoxalement fustige d’un coté l’aveuglement des autorités face à la réalité du progrès du djihadisme dans les cités, confirme la situation de guerre de l’Etat Islamique contre l’occident, et déclare néanmoins de l’autre que nous en face ne sommes pas précisément en guerre, que nous n’en sommes pas là .

    • 24 Mars 2016 à 14h58

      Boubou dit

      Je suis absolument d’accord avec cet article. Quand j’ai vu que des habitants de Bruxelles avaient déposé des bonbons Place de la Bourse, comme d’autres des fleurs ou des bougies (des bonbons !), j’ai été prise d’une sorte de révulsion supplémentaire…
      De même, j’en ai assez de voir dans les medias le visage de ces types en grand et leurs noms répétés comme si c’était des personnages familiers ; ils sont comme installés au milieu de nos vies, de nos destins, de nos maisons !

      • 24 Mars 2016 à 20h30

        saintex dit

        Des bonbons parce que les fleurs c’est périssable, puis les bonbons c’est tellement bon.
        Quoique qu’il est préférable de se faire casser les fleurs plutôt que les bonbons. Ou les nougats, c’est bien aussi les nougats. Les nougats cassés c’est moins cher.

    • 24 Mars 2016 à 14h39

      Scarabas dit

      Mathieu Bock-Côté a raison à 100% et il ose dire les choses sans se payer de mots. Le pacifisme occidental serait aujourd’hui désastreux.

    • 24 Mars 2016 à 14h22

      C. Canse dit

      Du fond de sa geôle, Salah Abdeslam donne de la voix par le truchement de la TV (BFM), qui relaie les propos de son avocat.
      Est-ce que la TV est le porte-voix de ce personnage ?

       Un jour, un média aura-t-il le courage de déclarer que sa fonction ne consiste pas à donner la parole à des personnes soupçonnées de crimes gravissimes ?

      Pour ma part, je me fiche totalement de ce que des gens comme lui peuvent bien dire du fond de leur cellule.  

      • 24 Mars 2016 à 14h45

        cage dit

        une journée en prison : 150/200 euros.
        En QHS, ss doute plus.
        Faut aller faire une collecte ds les cités. 

        • 24 Mars 2016 à 15h32

          C. Canse dit

          À Cage

          Plus cher qu’une nuit dans un trois étoile, et de certains quatre étoiles ? 

        • 24 Mars 2016 à 18h31

          C. Canse dit

           

        • 25 Mars 2016 à 14h31

          cage dit

          oui mais c’est la réalité,
          les chiffres datent un peu;
          si quelqu’un a qq chose de plus précis… 

    • 24 Mars 2016 à 13h18

      jph dit

      La France est debout’, ‘La Belgique s’est relevée’, ‘La vie reprend ses droits’…Voilà quelques-unes des âneries que les médias nous font ruisseler dessus. Mais rien ne vaut l’injonction du ‘vivre ensemble’ ou du ‘il faut être solidaire’ (cher à Frau Merkel!) tout en ayant soin de ne pas dire AVEC QUI il est obligatoire de vivre, ni DE QUI , DE QUOI on nous enjoint d’être solidaires. ‘Com’ et éléments de langage cherchent à s’imposer même quand la République, notre Culture et notre Civilisation prennent l’eau.

    • 24 Mars 2016 à 13h04

      Cardinal dit

      “il faut d’abord compter sur de bons services de renseignement, sur des policiers aguerris, sur des soldats d’expérience, sur des frontières efficaces et sur une ferme volonté de le combattre”
      En référence aux récentes guerres, il convient de rajouter à la liste ci dessus les équivalents des barbouzes d’Algérie, du Mossad d’Israel et du Carpet Bombing de la IIème guerre mondiale. 
      Il faut inciter les Syriens et les Iraqis à se battre comme le font les Kurdes au lieu de fuir et aller chercher un avenir meilleur en Europe dans laquelle ils contribuent à faire prospérer les fanatiques. A fuir ils n’auront réussi qu’à transposer leur problème chez nous.
      Où iront ils après ?
      Les américains ne veulent d’eux, pas plus qu’ils ne voulaient des juifs européens en 1942.
      Les Juifs se sont reconstruit leur pays et le défendent, Iraqis et Syriens en ont un, ils n’ont qu’à le défendent.  
      En outre ils ont sous leur nez l’exemple de la Jordanie où les citoyens assurent la sécurité et la paix dans leur pays bien que la guerre soit tout autour d’eux. Les Algériens, les Marocains l’ont fait, les Tunisiens, les Maliens et autres Africains le font aujourd’hui.
      L’Histoire du Moyen Age a montré qu’il n’y a pas d’Eldorado, que l’Eldorado ont le construit chez soi avec du courage, de la persévérance et du travail. 

    • 24 Mars 2016 à 12h58

      Grouex dit

      Jabit un bo pai il sapel Padamalgam et tou laid problaim son a rangé par la grhand Europ et les comme y serre qui raigne.

      • 24 Mars 2016 à 14h41

        scylax dit

        Tiens revoilà le clone de l’abbé Pierre (Henri Grouès).
        En tout les cas avec ce zèbre, on est porté à faire l’amalgame avec la connerie.
        Ce troll croit que Voltaire était un démocrate ! 

        • 24 Mars 2016 à 16h14

          Grouex dit

          Saviez vous que ni Saint Louis ni l’homme de Cro-Magnon n’étaient démocrates. Vous me répliquerez que le concept de démocratie(à part la Grèce avec 90% d’esclaves)n’existait pas mais bon ce n’est qu’un détail.

    • 24 Mars 2016 à 12h53

      thd o dit

      Un ex responsable du MI6 britannique intervient dans le débat sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE :

      http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/terrorism-in-the-uk/12202855/bexit-brussels-attacks-eu-mi6-security.html

      pour dire que cette sortie serait un atout dans la sécurité du Royaume-Uni :
      - cela permettrait de se débarrasser de la CEDH, qui empêche les expulsions de terroristes
      - cela renforcerait l’isolement de la politique migratoire aberrante de l’UE/Allemagne
      - le seul avantage, le mandat d’arrêt européen, est en fait peu utile d’après lui
      - et Europol ne sert pas à grand chose.

      • 24 Mars 2016 à 13h11

        jph dit

        ‘politique migratoire aberrante’ et – j’ajouterais – criminelle de Dame Merkel

    • 24 Mars 2016 à 12h51

      thierryV dit

      L obstination que mettent certaines personnes a conjurer le danger en le réduisant a un fondamentalisme isolé fait peine a voir . Le danger est , au contraire ailleurs .

    • 24 Mars 2016 à 12h39

      Calonne dit

      En grande partie d’accord avec vous …
      Inutile de rejouer Munich : on sait sur quoi ça débouche .
      Il n’y aucun cadeau à attendre des islamistes radicaux . Mais ils ne sont sans doute pas si nombreux , mais menaçants , ce qui explique peut être leur comportement aveuglément meurtrier et suicidaire .
      Finalement tuer à l’aveugle ne demande pas une logistiques très complexe .
      Ils sont en guerre contre les nations européennes leurs états laïcs , leurs constitutions ,leurs modes de vie , etc , etc …qui elles mêmes les combat sur certains fronts .
      Attention je ne minimise pas : ils sont très dangereux , déterminés et jusqu’au boutistes .
      Plus que radicaux : extrêmistes .
      Donc “love and peace” ce sera pour plus tard .
      De même que les réponses non violentes à la Gandhi qui ont coûté assez cher en vies humaines quand on s’intéresse aux bilans .
      Maintenant penser que c’est uniquement une affaire de religion ,”de nous imposer leur dieu”, j’en doute un peu .
      Ceux qui tirent les ficelles ont aussi des objectifs très pragmatiques d’appropriation de territoires et de richesses …
      Quant à la Turquie , “état laïc mais musulman” , je trouve son attitude et ses positions cheloues à la limite du double jeu .
      Elle aussi veut obtenir sa part dans ce trouble imbroglio , ce billard oriental à plusieurs bandes …
      Cela dit des états qui se fondent sur une communauté et qui se réclament d’un dieu il y en a d’autres .
      Alors que chacun balaie devant sa porte .
      Cdt.
      Calonne.
      (qui remplace ex couci couça , pseudo choisi à la va vite lors d’une inscription et qui s’avéra insupportable à tenir …)

    • 24 Mars 2016 à 12h13

      meylanville dit

      Allons nous nous laisser dominer par des êtres préhistoriques peu civilisés dont le seul but est de nous voler et de nous spolier afin d’asseoir leur sauvage tyrannie ?
      Il faut tout faire pour les contenir dans leurs pays, et n’accepter d’aider que ceux qui partagent notre civilisation et nos valeurs .
      Les autres doivent être rejetés sans ménagement car nous ne sommes pas demandeurs .

    • 24 Mars 2016 à 12h12

      commissaire joss dit

      bravo pour cet article empreint d’un réalisme sans failles. Eh oui, un jour où l’autre, il faudra bien affronter le réel. L’Histoire nous a déjà mis face à des responsabilités cruelles et nous avons aussi connu quelques temps la soumission au nazisme, jusqu’à ce que nos aïeux s’allient et écrasent sans pitié l’abomination hitlérienne. La dualité Bien Mal est comme la dualité cruauté Amour, ça marche par paires, comme les couilles ou les seins des Femens devant les caméras. Pardonnez ma trivialité mais je voulais souligner les associations. Nous n’avons pas atteint le seuil psychologique qui nous amènera, nous les gentils, à devenir plus cruels que nos ennemis. Faut-il un attentat dans une centrale nucléaire? Faut-il qu’on tuent notre président et notre premier ministre? Faut-il qu’on nous massacre des quantités d’enfants ? Que nous manque t-il finalement? Le déclic de la fureur. On n’a pas abattu le nazisme à une table de poker, sinon, pour l’islamisme, il suffirait de faire appel à Patrick Bruel qui est un excellent joueur et il réglerait le problème sur la place des grands hommes. Nos grands-parents occidentaux ont fait des choix terribles de cruauté également, mais ils ont exterminé le nazisme, sont venus à bout des kamikazes Japonais on sait comment, le communisme a rendu les armes en 1991, alors c’est pas aujourd’hui qu’on va se faire emmerder par des barbus hystériques. Malgré les discours naïfs des progressistes, nous devrons à un moment ou à un autre renvoyer ces malades religieux à la maison mère, au terminus des prétentieux. Il faudra disperser et ventiler. C’est nous les tontons! 

      • 26 Mars 2016 à 10h59

        laborie dit

        On est très très loin du “réel”. Les morts parlent, eux, et personne ne les entend et encore moins ne les écoute. Le bruit de fond politique et médiatique se charge de les enterrer une seconde fois.

    • 24 Mars 2016 à 12h06

      pekpat dit

      Qu’il est doux de lire la colère alors que chaque fois que je passe place de la République je désespère en voyant au pied de la fière république les appels à l’amour et à la paix dégoulinant de mièvrerie. Quand de surcroit des femmes voilées, affublées donc d’un symbole de l’islamisme , viennent prêcher la paix, je sens monter en moi une colère contre tant de sottise. Il faut se battre militairement contre ces islamistes, idéologiquement contre leur doctrine, socialement et politiquement contre les idiots utiles qui les accompagnent .

      • 24 Mars 2016 à 13h28

        pistoniv dit

        Bravo ! Entièrement d’accord avec vous, il y en un peu assez des incantations, des bougies et des marches blanches. Il est plus que temps de regarder la réalité en face et d’arrêter ces mièvreries

    • 24 Mars 2016 à 12h05

      Gabin dit

      Bonjour,
      tout ce que vous dites en gros, je suis d’accord mais il est une chose dont vous ne parlez pas: la paix au sens diplomatique. On n’est pas condamné à essuyer des agressions de la part de militants islamistes ou prétendus tels. Les gouvernements, nos gouvernements, pourraient s’ils le voulaient faire la paix avec les protagonistes, proposer une paix, une conférence de paix où tous les belligérants seraient invités (ceux qui ne voudraient pas de la paix Isis par exemple, on leur ferait la guerre sans pitié, mais vraiment la guerre pas faire semblant comme les Américains), ce qu’on déjà dit et fait les Russes. Mais le VEUT-ON ? Tant qu’on voudra remodeler le moyen orient sauce américaine, que Hollande et consorts voudront “éliminer” Bachar (Hollande dixit)et avoir leur pipe line des émirats à la Méditerranée, on n’aura pas la paix. Il faudrait aussi le dire au lieu de jouer des muscles et de faire semblant de ne pas pleurnicher comme les pleurnicheurs. La paix au moyen orient arrêtera le “terrorisme”, c’est tout.

      • 24 Mars 2016 à 14h16

        ZOBOFISC dit

        Pas d’accord.
        Les conflits moyen-orientaux ne sont qu’un prétexte pour les islamistes. Si demain toutes ces guerres cessaient, si les juifs d’Israël pliaient bagage, si….. Les islamistes trouveraient d’autres prétextes.

        Ce problème est celui de la planète entière : la surpopulation.

        Dans la mesure où on n’arrivera pas à imposer un contrôle des naissances, il n’a qu’un remède : la troisième guerre mondiale avec 2 ou 3 milliards de morts. Tout le reste est du bla bla. 

        • 24 Mars 2016 à 14h54

          scylax dit

          Tout à fait d’accord.
          La solution pourrait être dans une pandémie ravageuse qui effectuerait un “prélèvement démographique” d’un tiers environ le la population mondiale.
          La Grande Peste du XIVe siècle a liquidé un tiers de la population européenne et a probablement aidé à l’expansion de la Renaissance.
          Les écologistes prennent le problème à l’envers.
          S’il n’y a pas assez de ressources face à la population humaine, ils prônent de bouffer des insectes plutôt que de la viande, par exemple.
          Mais si moi j’ai envie de bouffer de la viande, pourquoi devrai-je me priver pour faire de la place à des gens à qui je n’ai rien demandé et qui s’imposent par le biais de taux de fécondité aberrants.
           

        • 25 Mars 2016 à 23h33

          Chr martel dit

          Que penser des  pouvoirs public qui financent directement la  stratégie demographique des islamistes via la CAF… moi cela me donne la rage, de voir ces pouffiasses enburkadées nous pondrent un gossse tout les 13 mois. Il est evident que ce n’est pas par amour des enfants qu’elles nous dejectent le fruit de leur entrailles, mais  bien une arme directement braquée sur notre tempe . Tout le monde sait, et les pouvoirs public consentent. comment etre repecté en etant si con , si naifs. 

    • 24 Mars 2016 à 12h01

      nilbig dit

         Bien sûr que si, il n’y a que l’amour qui puisse nous sauver , mais encore faut-il en être capable, et pour ce qui concerne toute une génération de jeunes qui ont envie de mourir dans une explosion, il est trop tard , il fallait s’occuper d’eux avant . Et maintenant on va carburer à la peur et la haine, et c’est nous qui serons les gentils ; quel bonheur !
       

    • 24 Mars 2016 à 11h54

      granpagil dit

      Bravo à Mr Brock-Côté.  Nos amis Québécois, si imprégnés qu’ils le sont de nos bontés soixante-huitardes, d’un humanisme bon ton, d’un pacifisme confit dans la Pax Brittanica, ne nous ont pas habitués à tant de clairvoyance.
      Il a raison.  C’est la guerre, et on en a pour trente ans, que ça nous plaise ou non.
      Quant à essayer de “comprendre” ces pauvres petits paumés qui font ces choses, c’est à peu près aussi pertinent que l’aurait été d’essayer de “comprendre” les Nazis en 1939. 

    • 24 Mars 2016 à 11h49

      Jean54 dit

      Oui, d’accord mais prenez garde au simplisme du raisonnement consistant à dénoncer le discours des naïfs (selon vous)  faisant  usage du terme « paix » qui, soit dit en passant, est un mot aussi gros que le mot « guerre ».
      Je vous engage à lire ou relire la correspondance entre Einstein et Freud de 1933, publiée sous le titre : « Pourquoi la guerre ? ». Freud y écrit : « Nous admettons que les instincts de l’homme se ramènent exclusivement  à deux catégories : d’une part ceux qui veulent conserver et unir ; nous les appelons érotiques, — exactement au sens d’eros dans le Symposion de Platon, -— ou sexuels, en donnant explicitement à ce terme l’extension du concept populaire de sexualité ; d’autre part, ceux qui veulent détruire et tuer ; nous les englobons sous les termes de pulsion agressive ou pulsion destructrice. Ce n’est en somme, vous le voyez, que la transposition théorique de l’antagonisme universellement connu de l’amour et de la haine (…). Ces pulsions sont tout aussi indispensables l’une que l’antre ; c’est de leur action conjuguée ou antagoniste que découlent les phénomènes de la vie. Or il semble qu’il n’arrive guère qu’un instinct de l’une des deux catégories puisse s’affirmer isolément ; il est toujours « lié », selon notre expression, à une certaine quantité de l’autre catégorie, qui modifie son but, ou, suivant les cas, lui en permet seule l’accomplissement «  
       

    • 24 Mars 2016 à 11h43

      Anik dit

      Autrefois, on combattait contre l’ennemi, on l’empêchait d’envahir notre territoire, comme Charles Martel en 732, aujourd’hui les dirigeants de l’europe se couchent devant les musulmans

    • 24 Mars 2016 à 11h38

      Dominique Voinchet dit

      Ces bougies, ces fleurs, ces reprises d’”imagine” larmoyantes que l’on qualifie indûment de “solidarité” doivent bien faire rire nos ennemis!! quel aveu de faiblesse!! il faut les haïr, le dire et le faire savoir!!
      mais encore plus inimaginables sont les spots commandés par le gouvernement pour passer fois par jours sur les chaînes de télévision sur l’antiracisme!!! Sont-ce l’islamophobie et le racisme qui représentent un danger en ce moment??? NON bien sûr!!! Est-ce bien raisonnable de bêler l’antiracisme quand l’autre nous “liquide” à la kalachnikov!!!!
      ça rappelle un peu les années 37,38 et 39! gageons que cela ne nous conduise pas vers les mêmes abysses…..

    • 24 Mars 2016 à 11h37

      Claude T. dit

      Et “l’islamisme”, en dehors d’être un mot, c’est quoi ?… Ce sans doute là qu’il faut gratter ! C’est d’avoir perdu cette connaissance – obscure, souterraine, occulte… mais connaissable… – du Réel qu’on en est (encore) là ! Voyez-vous !?

      • 26 Mars 2016 à 0h04

        Chr martel dit

        L’islamisme? C’est le coran pratiqué â la lettre…deja. suffit de le lire, c’est assez edifiant… les hadits, pire encore.
         et quand on sait ce qu’etait la vie Mahomet, on y voit aucunes vertus; gigolo, comment appeler  un mec qui epouse sa patronne de 20 de plus que lui, puis celle-çi décédée, viree de son bled par ses compatriotes, caravanier ruiné, il se refait une santé en pillant les caravanes. Sans oublier ses turpitudes sexuel, a 50 ans passé, se marier a une fillete de 6ans releve quand meme plus a de la pedophilie qu’â des rapports librement consenties entres adultes -meme s’il a attendu qu’elle est 9 ans pour la consommer -