Attentats: ce que l’on pourrait apprendre d’Israël | Causeur

Attentats: ce que l’on pourrait apprendre d’Israël

Après Nice…

Auteur

Marc Nacht

Publié le 19 juillet 2016 / Monde Société

Mots-clés : , ,

Le 14 décembre 2015, à Jérusalem, un Palestinien percute un arrêt de bus avec une voiture et blesse une quinzaine de personnes, avant d'être abattu à son tour (Photo : SIPA.AP21834739_000003)

Il est remarquable que dans son ensemble la presse française n’ait jamais fait le parallèle entre les attentats djihadistes dont le pays souffre depuis les crimes perpétrés par Mohamed Merah en 2012 et ceux qu’endurent les Israéliens depuis bien des années. L’idée qu’il s’agit d’un combat commun contre la barbarie ne semble pas avoir effleuré la cervelle de nos journalistes patentés, fidèles lecteurs des communiqués de l’Agence France Presse.

Le préjugé en faveur des Palestiniens est tel que, même lorsque ces derniers se livrent à des attentats délibérément dirigés contre des civils tels que les bombes, les « kamikazes », dans les autobus ou les cafés, et plus encore lorsque leurs méthodes, comme récemment, sont conformes aux instructions de Daech, à savoir l’attaque indiscriminée au couteau, à la voiture-bélier, etc, les commentaires des médias français se gardent bien de faire le lien avec les attentats en France.

Il y aurait pourtant bien des leçons à prendre des Israéliens sur le contre-terrorisme que l’on ne consulte qu’en catimini, par exemple pour la sécurité d’Aéroport de Paris, celui de Ben Gourion étant devenu l’aéroport le plus sûr du monde.

Sans remonter au déluge, Israël a fait l’objet de 45 attaques utilisant des véhicules divers depuis septembre 20151. Aucune de ces attaques n’a fait autant de morts et de blessés que celle de Nice. Les attentats au couteau, à l’arme automatique, aux divers « engins-béliers » ont été contrés pour la plupart de manière beaucoup plus efficace qu’en France. Malgré la diversité des procédés employés et leurs effets de surprise, la neutralisation ou la mise en fuite des terroristes a été rapide.

En effet, ces derniers se sont heurtés à un peuple préparé à la riposte, reposant sur la présence d’hommes (et de femmes) armés dans la foule : policiers, militaires en service ou en permission, réservistes bénéficiant d’une autorisation de port d’arme. À cela on doit ajouter les contrôles systématiques de tout individu présentant un comportement suspect et la surveillance des réseaux sociaux. Ces réactions et ces précautions ont limité le nombre des victimes d’attentats en ville.

Mais elles demeurent insuffisantes à la sécurité des personnes isolées, mitraillées sur une route, ou surprise chez elles, comme ce fut le cas dernièrement à Kiriat Arba (Hébron) d’une fillette de 13 ans, assassinée  dans son lit. Mais à ma connaissance, on ne proclame pas en Israël,  à la suite de ces meurtres, que le risque zéro n’existe pas, ce qui est vrai, mais ne doit pas servir à diluer les failles des dispositifs défensifs dans un fatalisme compassionnel.

La résilience pour les survivants et les témoins proches des attaques terroristes est fonction des soins  qui leur sont apportés très rapidement dans le cadre d’une médecine de guerre. La prévention des syndromes post-traumatiques fait l’objet de techniques nouvelles dont la dureté s’avère nécessaire pour permettre aux victimes de sortir d’un état souvent quasi autistique.

Attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, par magazinecauseur

  1. Chiffre communiqué par l’Ambassade d’Israël.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Juillet 2016 à 11h53

      guy dit

      Il serait bon de prendre exemple sur l’état d’Israël en matière de lutte contre le terrorisme. Notamment le port d’arme pour les civils au titre de la légitime défense en plus des autres mesures.
      On ne peut qu’être frappé par la sidération d’une partie des français et de nos dirigeants face aux armes. En France nous avons environ 200 000 personnes pratiquant le tir sportif et une majorité de ces tireurs détenteurs d’armes de catégorie B pour lesquels le transport est autorisé après neutralisation et le port interdit sauf pour quelques personnes dont la vie est directement menacée.
      Qu’attend on nous pour autoriser ce moyen de défense. C’est toujours mieux que les minutes de silence après un carnage, les fleurs, bougies et de chanter la Marseillaise.
      Une association peu connue milite dans ce sens il s’agit de l’ARPAC.
      Quand on pense que le port d’arme pour la légitime défense est institué aux USA, en Tchéquie, Slovaquie, en Suisse avec des variantes différentes, dans la Russie de V Poutine depuis 2 mois et dans bien d’autre pays.
      Sommes nous des lapins ??????

      • 25 Juillet 2016 à 12h01

        eclair dit

        tirer sur un camion qui roule la nuit, cela vous sert à quoi votre port d’arme?

      • 25 Juillet 2016 à 12h03

        himavat dit

        vous confondez des tas des choses (sur les USA notamment)

        • 25 Juillet 2016 à 12h07

          himavat dit

          pardon c’ était pour le post auquel vous répondiez
          et vous avez quant à vous raison, j’ ajouterai “et dans une foule en panique”
          c’ est Bruce Willis qu’ il faut appeler
          je l’ ai déjà dit, le créneau de tir est extrêmement bref et risqué
          c’ est une arme de guerre aux mains d’ un tireur entraîné qu’ il aurait fallu (et des patrouilles bien réparties)
          et, avant, des barrages …