Combien de «loups solitaires» pour faire une meute? | Causeur

Combien de «loups solitaires» pour faire une meute?

Nemmouche, libre enfant de l’Europe sans frontières

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 02 juin 2014 / Politique Société

Mots-clés : , , ,

mehdi nemmouche merah bruxelles

Combien d’actes isolés faut-il pour faire une tendance ? Combien de « loups solitaires » pour faire une meute ? Après l’arrestation de Mehdi Nemmouche, immédiatement  et justement qualifié de « nouveau Mohammed Merah », il est difficile de ranger les meurtres de Toulouse, Montauban et Bruxelles dans la catégorie « faits divers ». Du reste, les médias, oubliant les aimables théories qu’ils échafaudaient il y a deux ans pour expliquer que Merah était sorti de nulle part, s’interrogent aujourd’hui sur l’ampleur de la menace djihadiste. Du « fait divers », on est passé au « phénomène de société ». Reste à se demander ce que ce phénomène dit de notre société. Mais peut-être n’avons-nous guère envie de le savoir.

Natif de Roubaix, passé par les cases délinquance, prison et djihad en Syrie : comme l’a expliqué hier Alain Finkielkraut qui était interrogé par Gil Mihaely sur RCJ, le plus inquiétant est peut-être que le profil du tueur de Bruxelles soit parfaitement conforme à ce qu’on attendait. Ajoutons que, comme Merah, et avec sans doute autant d’enthousiasme que lui, Nemmouche a dû fréquenter l’école de la République. Autrement dit, ce terrorisme inspiré par la foi n’est plus, pour la France, un produit d’importation mais une fabrication locale que nous pourrions même exporter vers l’Europe entière. Nemmouche est un bon élève de cette Europe sans frontières dont on ne cesse de nous vanter les mérites en dénonçant comme d’ignobles partisans du repli sur soi tous ceux qui persistent à penser qu’un Etat devrait pouvoir choisir ceux qu’il laisse entrer sur son territoire. S’il s’agissait de faits moins tragiques, on aurait même eu envie de sourire en entendant le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, ci-devant chargé des affaires européennes, expliquer que l’arrestation du tueur présumé a été permise par l’un de ces contrôles douaniers dont l’UE se targue pourtant d’avoir aboli la nécessité en même temps que les frontières entre pays-membres. Nos gouvernants ânonnent sans répit que « l’Europe c’est la paix ». Il faut peut-être admettre que « l’Europe c’est le djihad » – et il n’est pas question ici de l’ascèse intérieure dont on nous explique qu’elle n’a rien à voir avec une quelconque guerre sainte.

Nos autorités, et avec elles tous les commentateurs, n’en rappellent pas moins avec insistance que Nemmouche est un loup solitaire. De fait, il appartient à une nouvelle race d’entrepreneurs individuels du terrorisme. Pas besoin de commandement suprême planqué dans les grottes de Tora Bora, ni de milliards venus du Golfe par des voies tortueuses, il suffit d’avoir quelques connections chez les voyous ainsi que la haine de l’Occident en général et des Juifs en particulier chevillée au corps pour s’organiser son djihad personnel.

Reste que si Nemmouche a agi seul, ce qui est fort possible, il n’a pas appris à haïr tout seul. On entend déjà les habituels adeptes de la politique de l’excuse expliquer que sa dérive meurtrière trouve sa source dans une enfance malheureuse. De plus, c’est en prison que Nemmouche a découvert les beautés de l’islam radical. À en croire Dounia Bouzar, dans la dureté de la condition carcérale, le fanatisme religieux offre en effet la chaleur d’une communauté. Elle ne nous explique pas pourquoi les délinquants privés de liberté ne communient pas plutôt dans l’apprentissage de la philosophie des Lumières, mais passons. Parions qu’on nous expliquera bientôt que c’est notre odieuse politique carcérale qui transforme d’honnêtes voyous laïques en fanatiques islamistes. Si, comme on le répète avec des airs entendus, la prison est l’école du crime, ne suffirait-il pas de fermer les prisons pour venir à bout du crime – en tout cas du crime djihadiste ?

Alors bien sûr, il ne faut pas stigmatiser ni amalgamer. N’empêche, on aimerait que, cette fois-ci, les millions de musulmans européens sincèrement horrifiés par de tels actes se soucient un peu moins de dénoncer les amalgames et un peu plus des horreurs que l’on commet au nom de leur religion. Puisque l’islam de papa n’a rien à voir avec celui de Boko Haram, on voudrait qu’ils se dressent pour dire : « Pas en notre nom ! » Peut-être n’y a-t-il aucun rapport entre le fait qu’il n’y ait plus un élève juif dans les écoles publiques de Seine Saint Denis et les équipées sanglantes d’un Merah ou d’un Nemmouche. Sans doute ceux-ci sont-ils les arbres pourris qui cachent la forêt des musulmans paisibles et républicains. Mais alors, comme le disait le sociologue Abdennour Bidar à propos de Merah, il est temps de nous interroger collectivement sur l’état d’une forêt qui peut cacher de tels arbres.

*Photo :  SIPA/SIPA. 00684974_000003.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Juin 2014 à 11h49

      _Georges_ dit

      Finalement, il y aurait autant de belges que de français dans les djihâdistes syriens (environ 700, pour une population six fois moindre). Ils se sont, entre autres choses, formés à la décapitation de leurs adversaires. Cela promet bien du plaisir au retour au pays.

      • 7 Juin 2014 à 11h53

        Belle dit

        C’est vrai que c’est sympa.
        Inutile de vous dire que leurs chiffres sont totalement bidons, du moins en France.
        Faiut que la famille s’inquiète de leur disparition.
        Celle de Memnouche n’avait pas donne signe de vie… 

        • 7 Juin 2014 à 14h36

          _Georges_ dit

          Ou les chiffres français sont bidons, ou les filiales sont plus efficaces en Belgique.

        • 7 Juin 2014 à 14h37

          _Georges_ dit

          Les filières : boire ou commenter, il faut choisir.

        • 7 Juin 2014 à 14h46

          Belle dit

          -:)))

    • 5 Juin 2014 à 11h14

      Ralph K.Krüger dit

      Je peux ma tromper mais il n’a aucune preuve qu’il est fait cette saloperie. La présomption d’innocence n’est pas faite pour les chiens, c’est la loi, punto final…

      • 5 Juin 2014 à 11h22

        Ralph K.Krüger dit

        (désolé du français approximatif ci-dessus, je me suis réveillé en pensant en allemand…).

      • 5 Juin 2014 à 11h26

        Attila dit

        C’ est évident, laissons faire la justice.. On n’ est pas au Far-West

        C’ est peut-être juste un voleur à la tire, ou un simple comparse chargé de rapatrier l’ arme (une Kalach, en France, c’ est de l’ ordre de 1 000 Euros).

        ..Affaire à suivre..!

        • 6 Juin 2014 à 7h08

          Belle dit

          C’est cela…

        • 7 Juin 2014 à 9h13

          Ralph K.Krüger dit

          @ Belle…
          Et oui, la présomption d’innocence, ne vous en déplaise, fondée sur l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 :

          “…Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
          Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis…”

        • 8 Juin 2014 à 12h41

          Jrockfalyn dit

          En fait, l’assassin du musée de Bruxelles pourrait tout aussi bien être Nicolas Dupont-Aignan qui a traversé une partie de l’Europe avec un AK 47 dans le coffre de sa voiture…

          Et si on compare les deux profils, je choisis Nemmouche… les indices me paraissent plus concordants, avec tout le respect dû à la présomption d’innocence. 

        • 8 Juin 2014 à 12h56

          Ralph K.Krüger dit

          J’entends bien, mais entre une spéculation approximative et la loi, je choisis la loi. Donc, on en revient aux faits : Il n’y a pas de preuves directes, ni indirectes que Memmouche ait fait cette saloperie…

          Autrement dit, attendons le déroulement de l’enquête.

          Si cela ne vous plait pas, déposez un projet de loi autorisant de se faire justice sans passer par un procès long et couteux… On ne sait jamais, cela pourrait marcher, mais faites attention, veillez bien à ce que votre voisin ne pense pas qu’il a été victime d’une injustice de votre part…

    • 4 Juin 2014 à 21h47

      livio dit

      L’erreur est d’en parler et dans faire ses choux gras !
       -
      ça ne méritait pas plus d’un entrefilet dans la presse
       papier sans photo et une annonce laconique en TV
      et sans photo également.  
      -
       Est-ce les victimes qui ont demandé à ce que l’on ne
      parle pas d’elles ?
      Ou serait-ce qu’elles ne sont pas porteuses de buzz.. 

      • 5 Juin 2014 à 11h31

        Attila dit

        C’ est là qu’ est le noeud du problème:

        La médiatisation du terrorisme engendre du terrorisme..!
        Sans médiatisation, quel intérêt..?

        Quand les médias l’ auront compris, on aura fait un pas contre le terrorisme..

        Après, la sur-médiatisation, c’ est peut-être une stratégie pour distraire le citoyen lambda, ou pour le manipuler contre d’ autres communautés…..

    • 4 Juin 2014 à 21h34

      eclair dit

      c’est pas lui il a trouvé les armes dans une voiture.

    • 4 Juin 2014 à 16h50

      Patrick dit

      Lu dans la presse cet après-midi :
      Mehdi Nemmouche a refusé d’être remis à la Belgique (…) Son opposition devrait retarder de quelques semaines sa remise aux autorités belges.
      Parce qu’en plus on lui demande son avis ! Notre société est bien malade.

      • 4 Juin 2014 à 16h54

        Parseval dit

        Un État de droit = société bien malade ??!!

        • 4 Juin 2014 à 17h42

          silco dit

          non je ne crois pas, c’est montrer aux barbares notre différence de culture.

        • 4 Juin 2014 à 18h13

          Patrick dit

          @ silco,
          Oui, ils ont une culture de barbares, et nous de bisounours !
          Trop bon, trop c…

        • 4 Juin 2014 à 18h23

          Attila dit

          Une culture de barbare..?

          On est d’ accord :

          Nemmouche a une culture française..!

        • 4 Juin 2014 à 21h51

          livio dit

          4 Juin 2014 à 18h23 Attila dit Une culture de barbare..? On est d’ accord : Nemmouche a une culture française..!
          —–
          C’est facile pour faire un “mot”.
          mais c’est surtout stupide !

        • 4 Juin 2014 à 21h57

          Flo dit

          Oui C’est très stupide.
          Mais Attila dit beaucoup de conneries.
          et quand il n’a plus de conneries à dire, il parle ” haine”. C’est plus facile que d’argumenter.

        • 5 Juin 2014 à 11h43

          Attila dit

          Oui, une culture de barbare..!

          On ne tue pas deux touristes, on tue massivement des paysans, avec des armes sophistiquées, on affame, on asservit, on ne veut pas trop savoir…

          Allez, un peu de musique, d’ un ami qui n’ a pas internet, ni-même un téléphone, un “sauvage” ou un sage, qui aurait bien des leçons à nous donner sur “l’ humanité ” de notre société..:

          https://www.youtube.com/watch?v=R9XzRW6xfpg

    • 4 Juin 2014 à 12h15

      coquinou dit

      Je n’

      • 4 Juin 2014 à 12h16

        coquinou dit

        Pardon, parti trop vite.
        Je n’ai pas bien compris le rapport entre le contrôle aux frontières et cette affaire, est-ce que Mme Lévy veut dire qu’avec un contrôle aux frontières ce Monsieur n’aurait pas pu se rendre en Belgique ?

        • 4 Juin 2014 à 12h23

          _Georges_ dit

          Chacun ses djihadistes, et les moukères seront bien gardées !

        • 4 Juin 2014 à 17h44

          silco dit

          à Georges 12h23

          C’est la quintessence de votre esprit?

        • 4 Juin 2014 à 17h45

          Guychard dit

          S’il y avait encore les douanes franco-belges, il aurait sûrement accompli son attentat au musée du judaïsme parisien, alors qu’il y a une exposition sur Gotlib. Reconnaissez que ça aurait été fâcheux.

        • 4 Juin 2014 à 18h05

          _Georges_ dit

          C’était ironique, silco.