“L’assassinat judiciaire”, dernière technique du coup d’Etat | Causeur

“L’assassinat judiciaire”, dernière technique du coup d’Etat

Un chapitre supplémentaire au chef d’œuvre de Malaparte?

Auteur

Thierry Lentz
est historien spécialiste du Consulat et du Premier Empire, et auteur de nombreux livres sur ces périodes. Il est également directeur de la fondation Napoléon.

Publié le 07 mars 2017 / Politique

Mots-clés : , , ,

fillon manifestation marine

Manifestation anti-corruption à Paris, mars 2017. SIPA. 00796314_000019

En 1931, dans un maître-livre, Malaparte montrait que la Technique du coup d’Etat avait évolué et s’était perfectionnée avec les âges. A quelques exceptions près et malgré leur efficacité, l’évolution des sociétés et des mœurs politiques avait fini par rendre obsolètes – au moins dans les pays développés occidentaux- les méthodes expéditives, comme l’assassinat pur et simple (quoi que : Robert Kennedy…) ou le coup de force aveugle avec mitraillage des opposants. Même en leur temps, des individus aussi brutaux et peu recommandables qu’Hitler ou Mussolini l’avaient compris. Bien sûr, on a longtemps continué à envoyer des militaires faire la besogne, mais il fallait désormais habiller le pronunciamiento d’un minimum de formes, au plus près possible de la légalité. Ainsi déjà, au 18 Brumaire an VIII (1799), après que quelques grenadiers les eussent chassés de la salle des séances, d’autres soldats allèrent « fissa » rechercher suffisamment de députés pour revenir voter le changement de régime et offrir en apparence légalement le pouvoir au général Bonaparte et à son complice Emmanuel Sieyès. C’est ce que Malaparte appela « le premier coup d’Etat moderne ». En France, son dernier avatar s’est déroulé en 1958, à ceci près que les paras-grenadiers restèrent l’arme aux pieds. Mais il est vrai que personne ne voulut mourir pour la IVe République agonisante.

Une technique (presque) imparable…

Nous voici arrivés aux temps de la post-modernité du coup d’Etat, un chapitre que Malaparte ne pourra pas ajouter, puisqu’il est mort en 1957. Nous assistons ces derniers mois en France à la naissance d’une nouvelle technique de coup d’Etat, parfaitement pensée et, jusqu’à présent, assez bien exécutée. Puisqu’il n’est plus de saison de faire envahir les palais officiels par des hommes en treillis, on utilise désormais une autre institution, que la constitution de la Ve République appelle « l’autorité judiciaire » (et non le « pouvoir judiciaire », ce qui est déjà avouer que son indépendance n’est pas absolument garantie par les textes). Cette technique est quasiment imparable pour les raisons suivantes :

1°) La chanson de l’indépendance est facile à chanter et, au nom des Valeurs de la République, on joue même sur du velours : malheur à qui osera douter de cette indépendance, y compris en rappelant les circonstances de la nomination d’un procureur, les engagements d’un juge ou d’un syndicat de magistrats, le calendrier soigneusement choisi des actes de la procédure ou les fuites de documents couverts par le secret précisément entre les mains de ceux qui n’auront aucun scrupule à les publier. Le plus sublime est que, même de mauvaise humeur (on le serait à moins), la « victime » est obligée de ne pas attaquer ceux-là même qui participent à sa perte et de dire, si possible avec la main sur le cœur, qu’elle « croit en la justice de son pays ».

2°) Le second avantage de la manœuvre est que, sous couvert d’indépendance et de « laisser la justice travailler sereinement », on élimine sans violence la volonté populaire et même, on l’a vu, la critique, sous peine de devenir de fait anti-républicain et – pourquoi pas ? – soi-même un putschiste. Le plus drôle est que même les amis de la victime – parfois de ceux qui rendent inutile d’avoir des ennemis – se croient obligés de monter au créneau pour tuer dans l’œuf le moindre courroux, tandis que les conseillers en communication conseillent de ne point communiquer.

3°) Troisième étage de la fusée, le contre-coup d’Etat n’est pas immédiatement possible par les procédures normales (car la corporation des magistrats se serre les coudes) et ne peut intervenir que deux ou trois ans trop tard, une fois que, dans sa majestueuse lenteur, la cour de Cassation daignera rendre un arrêt. Mais on pourra alors s’en moquer puisque la chose sera faite et bien faite. Il n’y aura plus rien à voir.

4°) Pour que les trois premiers points fonctionnent, il en faut un quatrième, pas très difficile à assurer chez nous : la complicité du « quatrième pouvoir », celui-ci absolument intouchable et arcbouté sur la maxime : « Nous faisons notre travail de journaliste » (le premier qui dira « besogne » sera envoyé au coin). Ce « pouvoir » là, n’a de compte à rendre qu’à ses actionnaires (qui par un heureux hasard, soutiennent un autre candidat) et, lui non plus, ne s’excusera jamais de ses erreurs. Il est soutenu par le chœur de Vierges et de soi-disant « icônes » qui se pensent tout permis.

…à la finition impeccable

Alors, c’est magnifique, arrive la cerise sur le gâteau : la validation du coup d’Etat par une élection en bonne et due forme, validée sous les ors républicains par le Conseil constitutionnel (dont, pour une fois, les autres magistrats diront qu’il est des leurs). Plus concrètement encore, si François Fillon était battu à l’élection, on dirait, main sur le cœur et larme à l’œil pour une République qui l’a échappé belle, que le peuple toujours sage (plus aucun risque à le dire), a librement choisi, grâce aux institutions indépendantes qui l’ont éclairé. Chapeau !

Nous permettra-t-on d’ajouter que, quel que puisse être l’avenir de la combinaison qui se déroule sous nos yeux et pour paraphraser le duc de Broglie en un autre moment, nul n’est tenu de « joindre au malheur d’être victimes le ridicule d’être dupe » ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Mars 2017 à 17h19

      David Dom 972 dit

      Moi je soutiens l’idée que cette procédure judiciaire à l’encontre du candidat Fillon, est stratégie d’enfumage et de confusion. La confusion a entraîné la division, et c’est à cela que l’on assisté au sein du parti des républicains et d’une partie de l’électorat. C’est plus le programme du candidat que sa personne qui gêne. Notamment ses propositions pour la famille et les retraités. Il semblerait aussi que ses positions sur les questions sociétales dérangent les “libertaires” et les “progressistes” qui veulent réformer le monde, à partir de leurs idéologies mortifères. Alors oui, cette procédure s’apparente à un coup d’état organisé par certains milieux obscures.

      • 7 Mars 2017 à 18h38

        lafronde dit

        Vous avez raison, c’est un coup tordu. Mais je suis optimiste, le meeting de dimanche avec l’appui de Sens commun qui a remis Fillon en selle. (Sens Commun fait partie de LR, mais donne des bouton aux progressistes comme Raffarin). Je crois en effet que la bataille chez LR oppose les conservateurs libéraux (pour l’économie) aux progressistes.

    • 7 Mars 2017 à 17h17

      Pol&Mic dit

      c’est “sorti tout droit” de l’esprit “socialiste” (très fertile dans ce cas !)

    • 7 Mars 2017 à 17h17

      i-diogene dit

      La référence à l’ histoire n’ est pas judicieuse:

      - le monde a changé,
      - les moyens de communications aussi,
      - la presse, la radio, la télé sont en concurrence directe avec le net et les réseaux sociaux..
      - il est nettement plus difficile d’étouffer une “affaire” que sous la période gaulliste, par exemple..
      - les médias traditionnels n’ empêchent pas les réseaux sociaux de discuter, d’ analyser, de disséquer les infos..

      Quant à l’ indépendance de la justice, pour l’ instant, je n’ y vois qu’un effet judicieux de la création du PNF qui a été conçu pour déterminer rapidement s’ il y a matière à poursuivre..

      C’est positif: Le PNF terrorise tout les élus combinards..!^^

      • 7 Mars 2017 à 17h40

        durru dit

        “Le PNF terrorise tout les élus combinards..!^^”
        Le détenteur de la vérité absolue a parlé: il n’y a qu’un seul “élu combinard”, et celui-ci est Fillon. Heureux les simples d’esprit, etc.

    • 7 Mars 2017 à 16h38

      C. Canse dit

      Les accusations continuent, dans le Républicain lorrain un prêt (remboursé) consenti par M. Ladret  de Lacharrière tandis que dans Ouest France la Revue des deux mondes est mise à l’honneur ; le ridicule ne tue pas la presse qui vend et du papier et du Macron. :-)

       

    • 7 Mars 2017 à 16h17

      Redcrab dit

      A Claudie
      Bonjour
      Je suis sidéré par tant de haine qui vous aveugle dans vos propos et vous fait perdre un minimum d’objectivité.
      Mais enfin, est-ce que François Fillon n’a pas couté exactement le même prix à L’assemblée Nationale que les 576 autres députés ? A l’euro près ?
      Puisque le “non-dépensé” de l’enveloppe pour frais de mandat était systématiquement reversé au député et ce jusqu’en 2013 .
      Deux poids, deux mesures. C’est bien une attaque ciblée, en omettant de parler de tous les autres qui dépensaient exactement le même montant sans aucun contrôle.

      • 7 Mars 2017 à 16h46

        Malg dit

        Ce n’est pas le prix que ça a coûté. C’est que pour le prix, il n’y a pas eu de marchandise livrée. Vous le savez très bien. Ce n’est pas en répétant des balivernes que ça va changer les motifs de mise en examen. 
         

        • 7 Mars 2017 à 17h22

          Martini Henry dit

          Ce qui ne change absolument rien, le seul pénalisé par l’absence de travail de son assistant étant le député lui-même, sa charge de travail en étant augmentée d’autant, pas l’Etat. Alors on pourrait soutenir qu’un député qui travaillerait plus serait plus utile à l’Etat qu’un député qui travaille moins, ce qui reste à démontrer, compte tenu de la réalité du processus législatif dans ce pays. Et cela voudrait dire qu’il faudrait soumettre tous les assistants parlementaires à un examen ou un concours pour juger de leur capacité à fournir le travail que l’on attend d’eux, ce qui n’est pas le cas, sachant qu’un con qui bosse n’est pas forcément plus utile qu’un dilettante brillant…

        • 7 Mars 2017 à 17h46

          ERVEFEL dit

          C’est certain que l’attaché parlementaire de Fillon devait sacrément bosser pour combler le manque de travail de Fillon à l’assemblée : 
          https://www.nosdeputes.fr/francois-fillon
           

        • 7 Mars 2017 à 18h13

          Martini Henry dit

          C’est bien ce que je dis. Le salaire de l’assistant parlementaire d’un député qui ne fait rien sera le même, alors qu’il n’a pas de boulot. Par conséquent, si l’Etat paye un type à ne rien foutre, il ne perd pourtant pas d’argent, la somme étant allouée de toutes façons.
          La solution serait d’indexer l’indemnisation des députés sur leur présence, le travail fourni en commission ou ailleurs.

        • 7 Mars 2017 à 18h59

          ERVEFEL dit

          Il n’apparait pas que Pénélope croulait sous le travail pas plus que Fillon. C’est sans doute là que se situe le problème pour justifier les sommes importantes touchées.

        • 7 Mars 2017 à 19h01

          lafronde dit

          @ Martini Henry
          Hors de la sphère marchande ou d’un travail au résultats mesurables, il est difficile d’évaluer le travail fournit. Notons que ce travail peut s’avérer négatif. Une mauvaise décision politique peut gaspiller des richesses par milliards sans bénéfice autres que pour le décideur politique.

          Les supporters de Fillon devraient ouvrir une souscription pour rembourser aux citoyens le réclamant leur quote part (1/10 de cts d’€ !) de ce que leur a coûté le poste d’Assistante parlmentaire de Mme Fillon.

          A cette occasion on leur proposera de nos régler le coût des privilèges de la famille Hollande depuis 2012 (poste de Mme Royal à la BPI, et quote part des décision perdantes !) Sans parler des impayés en région Charentes Poitou, et pour n’être pas misogyne en Corrèze du Président-normal et dans le 93 de Don Bartone ! Mme Hidalgo, assise sur la rente parisienne, reste la championne du gaspillage clientéliste local. voir delanopolis.fr

          Pour les ordres de grandeurs le déficit chronique et clientéliste de l’Etat donne une quote part de 2000€ par citoyen et par an !

      • 7 Mars 2017 à 17h24

        Claudie dit

        Bonjour Redcrab,

        Je n’est aucune haine particulière envers F. Fillon, je ne parle pas non plus des ses émoluments à l’Assemblée Nationale.

        Trop facile de dire “c’est pas grave” les autres font pareil!!

        Vous ne pouvez pas écarter d’un revers de main des accusations biens étayés sous prétexte que d’autres le font!!

        On ne peut pas se présenter comme “M. Propre et M. Moral” quand on à profité à ce point d’un système que l’on veut combattre!

        Combattre, je ne sais de quelle façon, je n’es jamais entendu F. Fillon parler de changer les choses, ni aucun prétendant au trône d’ailleurs, à part JLM

      • 7 Mars 2017 à 17h38

        Georges dit

        ” Mais enfin, est-ce que François Fillon n’a pas couté exactement le même prix à L’assemblée Nationale que les 576 autres députés ? A l’euro près ?

        Puisque le “non-dépensé” de l’enveloppe pour frais de mandat était systématiquement reversé au député et ce jusqu’en 2013 .”

        Tiens ça faisait bien 10 jours que plus personne ne l’avait tenté celle-là.

        Pour vous répondre : absolument pas. Le montant du reversement était limité à 6.000 boules par an, soit 90.000 en quinze ans, et pas le million comme Penny.

        Du coup votre commentaire est totalement faux, aussi.

        • 7 Mars 2017 à 18h23

          Martini Henry dit

          Non mais vous ne dites vraiment que des conneries vous! “Les députés ou sénateurs, qui sont leurs employeurs, disposent d’une enveloppe pour les rémunérer. À l’Assemblée nationale, ce crédit s’élève à 9561 euros mensuels, tandis qu’au Sénat, il est de 7593,39 euros bruts par mois, dans la limite de 5 collaborateurs.”
          9561 euros mensuels, pomme! On est loin des 6000 boules par an, non? Quel assistant parlementaire est indemnisé à hauteur de 6000 boules par an? Vite, le nom de ce philanthrope!

        • 7 Mars 2017 à 19h43

          Georges dit

          Vous savez au moins lire, l’imbécile heureux ? On parle du reliquat des sommes non utilisées, pas de l’enveloppe globale.

          Si reliquat il y a, il ne tombe PAS dans la poche du parlementaire, sauf à hauteur de 6.000 € par an. Ce qui démonte le pitoyable argument pro-Fillon “de toute façon c’était sa thune” : non ça ne l’était pas.

          Allez décuver, le poivrot.

      • 7 Mars 2017 à 17h44

        IMHO dit

        http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/le-depute/la-situation-materielle-du-depute

        Non, voyez le dernier alinéa :

        François Fillon n’aurait pas perçu le non-dépensé”, c’est son parti qui l’aurait perçu ou il serait resté à l’Assemblée Nationale . C’est logique, non ?
        Ce qui n’est pas logique est que l’on ait pu croire que de toute façon Francois Fillon aurait perçu cette indemnité : en effet, i!l aurait fallu qu’il soir stupide pour détourner de leur usage des fonds qui devaient en fin de compte lui revenir sans qu’il aient à justifier leur emploi .

        1. – Les frais de mandat et de secrétariat
        Pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’Assemblée, les députés bénéficient d’une indemnité représentative de frais de mandat dont le montant est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. Au 1er février 2017, le montant mensuel de cette indemnité est de 5 840 € brut (5 372,80 € net).

        Les députés disposent en outre d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs. Calculé en principe pour trois collaborateurs, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant de un à cinq. Le député a la qualité d’employeur : il recrute, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel.

        Le crédit ouvert pour chaque député est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. Au 1er février 2017, le montant mensuel du crédit est de 9 618 €.

        En cas de non-emploi de la totalité du crédit, la part disponible demeure acquise au budget de l’Assemblée nationale ou peut être cédée par le député à son groupe politique pour la rémunération d’employés de ce groupe.

        • 7 Mars 2017 à 20h17

          lafronde dit

          @IMHO
          merci, vous apportez la démonstration que cette affaire est interne à l’Assemblée. Celle- ci est vote son budget qui est géré par son Bureau et sous l’autorité du Président de l’Assemblée. Les Questeurs vérifient les dépenses. Il revient aux responsables de l’Assemblée de réclamer la part non-employée, l’ont-ils fait en temps utile ? Pour la part qui revient au parti politique, c’est une affaire entre le parti et le député. Que sait-on des arrangements internes, d’un éventuelle rétrocession ?

          Le fonctionnement est similaire au Sénat.

          Il est clair que faute de recours ou de plainte d’une Assemblée envers le parlementaire Fillon, ni le Ministère public ni l’Autorité judiciaire ne sont fondés, sauf arbitraire et abus, à se saisir de ces faits. D’une part parce que c’est, faute de preuve contraire, la pratique usuelle des Assemblées (pratiques qu’il est loisible de critiquer). D’autre part parce qu’il appartient aux Assemblées de se régir elles même, en vertu de la Séparation des pouvoirs. (et donc de réclamer leur dû à leur éventuel membre débiteur).

          Tout le reste est une “envie de pénal”.

        • 7 Mars 2017 à 20h53

          Georges dit

          Carrément ridicule, les députés sont soumis à la loi comme tout le monde, si Fifi descend Penny ce ne sera certainement pas le bureau de l’Assemblée qui va s’en charger, l’artiste !

        • 7 Mars 2017 à 22h01

          durru dit

          Tout aussi crétin que d’habitude, le Georges. Qui parle de crime, là? Il est question du budget des Chambres. De sous. Ceux que vous prétendez avoir perdu. Vous qui vivez sur les dos des autres, en bon fonctionnaire glandeur.

        • 7 Mars 2017 à 23h10

          Flo dit

          Il en tient une bonne couche le Georges, il veut absolument que Fillon tue sa femme. Un vrai cinglé !

    • 7 Mars 2017 à 16h14

      Pérégrina dit

      M’aurait on menti pendant mes études d’Histoire? J’y ai appris qu’un “Coup d’Etat” était le renversement violent du “gouvernement en place”…
      Dire que je n’ai rien vu quand il viendrait de se produire dans la France de 2017!!!
      Mr Lentz, vous êtes historien? Par respect pour notre discipline, ne manipulez pas l’Histoire!
      Mr Fillon a des ennuis, qui les a provoqué? Les magistrats, les journalistes ou les pratiques douteuses (mais “légales”) d’un candidat qui a fait de vertu son étendard? Candidat qui jure “sur son honneur” de se retirer s’il est mis en examen et qui reste quand il est mis en examen…
      Vous parlez du “peuple manipulé”? Qui a appuyé fortement sur le soutien “populaire” des “200 000″ manifestants du Trocadéro dimanche soir? Qui proclame aujourd’hui que seule compte la “Voix du Peuple”, oubliant au passage que même s’ils étaient 200 000 (ce qui semble contestable par la simple capacité de l’espace concerné), ces soutiens, même, il y a 43 millions d’électeurs en France.
      Que les électeurs de droite qui l’ont élu à la primaire sont précisément “de droite”, un peu plus de 2 millions, restent encore 41 millions qui eux n’ont pas voté pour lui. Mr Fillon a une curieuse conception du soutien “populaire”.
      Et c’est lui qui aujourd’hui décide de passer par dessus les instances de notre système politique (si perfectibles soient elles, elles existent) en appelant le “Peuple” à le soutenir puisque même sa famille politique l’abandonne. Qui pousse au “coup d’Etat?
      Soutenez qui vous voulez Mr Lentz, mais ne vous servez pas de l’Histoire pour ce faire.

      Et j’apprends aussi en lisant les commentaires que la Gauche gouverne la France depuis 36 ans, ça alors, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy sont des hommes de gauche, on m’aurait menti?

      • 7 Mars 2017 à 16h22

        Hannibal-lecteur dit

        C’est nouveau, ça vient de sortir : c’est le coup d’Etat préventif et judiciaire. Faut vous mettre à jour, les vieilles coutumes historiques évoluent…
        Votre mauvaise foi n’appuie pas votre thèse: un appel au peuple n’est pas une manipulation. Un appel à voter pour lui n’est pas pousser au coup d’état mais au contraire à respecter ses lois.

      • 7 Mars 2017 à 16h22

        Warboi dit

        S’en prendre à la justice et à la presse est le péché pas mignon de l’extrême-droite à laquelle appartient M. Lentz. Rien de très nouveau dans les arguments.
        C’est du Castelnau dans sa version Historia.

        • 7 Mars 2017 à 16h34

          Hannibal-lecteur dit

          Ça , c’est une généralité qui permet d’éviter de combattre la parfaite pertinence des remarques de Lentz. Système qu’il dénonce …et que vous n’hėsitez pas à adopter, confirmation de mauvaise foi.

        • 7 Mars 2017 à 16h38

          Martini Henry dit

          Lentz d’extrême droite? Grotesque. Faut-il être étroitement conne et bornée pour sortir des foutaises pareilles…

        • 7 Mars 2017 à 16h41

          C. Canse dit

          Hannibal-lecteur

          Th. Lentz enseigna le droit, aussi. :-)) 

        • 7 Mars 2017 à 16h42

          C. Canse dit

          Th. Le ts fut aussi assistant parlementaire. :-)

          Donc, il doit parler sans savoir… Je m’amuse. :-)) 

        • 7 Mars 2017 à 16h44

          C. Canse dit

          Fichu correcteur !

          On lira : Th. Lentz fut aussi assistant parlementaire. L’art de parler sans savoir ?
          Non, Th. Lentz sait de quoi il parle. 

        • 7 Mars 2017 à 16h50

          un éléphant dit

          Warboi, j’attire votre attention sur un point désormais délicat : Depuis St-Paul, en Christ, il n’y a plus ni homme ni femme, et depuis Macron, en politique, il n’a plus ni gauche ni droite. Par conséquent, plus d’extrême droite non plus.

      • 7 Mars 2017 à 16h46

        floréal50 dit

        Vous avez suivi des cours d’histoire ? Votre propos est d’un simplisme assez inquiétant et je conçois que beaucoup de Français soient égarés par des “arguments” aussi peu réfléchis. Vos affirmations ne peuvent constituer un argumentaire. Cela s’apprend dans les bonnes écoles.

        • 7 Mars 2017 à 17h01

          Lector dit

          il est des choses simples qui n’ont pas affaire avec le simplisme : on ne peut parler de Coup d’Etat à propos d’un candidat, voilà tout ; à moins comme juste plus haut de parler de “Coup d’Etat préventif” qui n’est que le dévoiement de la dénomination d’origine et qui suppose que le candidat devrait obligatoirement être élu. Effectivement quel égarement dans les arguties… Disons qu’une entorse calendaire au bon déroulement de la campagne pourrait suffire.

        • 7 Mars 2017 à 17h04

          Flo dit

          Si Lector, on peut parler de coup d’Etat parce que l’élection est confisquée.

        • 7 Mars 2017 à 17h08

          Lector dit

          pas que je sache Flo, le candidat Fillon est tjrs en lice n’est-ce pas.

        • 7 Mars 2017 à 17h12

          Flo dit

          Oui mais où est le débat politique ?
          Les largesses passées de Fillon pour Pénélope n’ont aucun intérêt. On ne parle que de ça, une grande partie des gens vont se déterminer à cause de ça. Et la France dans tout ça ?

        • 7 Mars 2017 à 17h16

          durru dit

          Lector, vous n’allez pas nier les énormes pressions faites pour que Filon se désiste, quand même. La tentative est là et bien là.
          Sans oublier qu’on soumet aussi MLP au même type de traitement. Cela commence à faire, ne croyez-vous pas?

        • 7 Mars 2017 à 17h16

          Martini Henry dit

          Il y a coup d’Etat institutionnel dans le sens où la justice sort de son rôle pour s’ériger en arbitre en choisissant, de façon purement arbitraire ses cibles et en violant les règles de procédure concernant, au minimum, le secret de l’instruction.
          Il convient aussi de remarquer que la victime a prété une main fort complaisante à cette manœuvre en acceptant, comme le dit Lentz, de rentrer dans son jeu au lieu de la renvoyer à ses moutons. Il lui suffisait de ne pas entrer dans ce jeu grotesque du principe selon lequel un candidat mis en examen et donc, un innocent, ne pouvait pas se présenter. En somme un coup d’état contre une victime consentante. Et c’est bien ce que dénonce Lentz quand il dit que ce sont les plus efficaces, du moins les plus pernicieux car ils nous obligent à accepter leur légitimité quand ils sont absolument illégitimes.
          Ils ne le redeviendrait que si la vigilance des juges s’exerçait exactement de la même façon pour tous, ce qui est loin d’être le cas, et que leurs jugements soient impartiaux et vierge de tout biais idéologique, ce qui, là encore, relève de la vaste plaisanterie.
          C’est un peu la même chose pour les élections : il est parfaitement possible de critiquer la démocratie quand le mode de scrutin aboutit à une représentation absolument faussée de l’état de l’opinion et de souhaiter un mode de scrutin différent et plus juste. Cela ne fait pas de ces critiques des adversaires de la démocratie mais, au contraire, des démocrates plus scrupuleux que les autres.

        • 7 Mars 2017 à 17h28

          Lector dit

          Flo, où est le débat politique ? Effectivement il y a de quoi se poser des questions quant au traitement médiatique… idem avec les sondages, les primaires, les “petits” candidats, qui n’intéressent pas ou peu les commentateurs.

          Mais Durru, je ne le nie pas et ne l’ai jamais nié. On ne me fera pas prendre non plus des vessies pour des lanternes, voilà ce que je réponds.

          Exact Martini, quelle erreur de faire le jeu de ses adversaires. C’est bien sur ce point que votre candidate se révèle plus résiliente n’est-ce pas ?

        • 7 Mars 2017 à 17h36

          Flo dit

          Pour MLP, le coup est encore plus flagrant.
          La levée de son immunité parlementaire pour des faits aussi grotesques est tout simplement scandaleuse.

        • 7 Mars 2017 à 17h45

          durru dit

          Ni la bonne foi de Fillon, ni la défiance de MLP ne changent rien à l’affaire. C’est justement ça qui est beau, dans l’ensemble.
          On parle de coup d’Etat à l’encontre des institutions, dont l’élection présidentielle en est un pilier.

        • 7 Mars 2017 à 18h29

          Martini Henry dit

          Eh oui Flo, mais certains continuent de nier la partialité des juges et leurs motivations idéologiques…

        • 7 Mars 2017 à 18h33

          Flo dit

          Martini Henry,
          c’est tellement énorme que même la presse n’en parle pas trop.

    • 7 Mars 2017 à 15h52

      Claudie dit

      A Thierry Lentz,

      Bonjour,

      Si vous sous-entendez que l’histoire de M. Fillon est un coup d’état, chapeau ! Pour le moment il ne représente que lui-même et son égo surdimensionné.

      Lorsque l’on veut grimper au cocotier il faut avoir le cul propre ! Ce n’est pas le cas de M. Fillon. Outre les salaires mirobolants distribués à toute sa famille + indemnités de licenciement à Madame (45 000 €), les conflits d’intérêts avec ses amis milliardaires, vacances somptueuses à Capri, offertes à lui et toute sa famille par le PDG de Ferrari, 100 000 € 2 notes de lectures par la Revue des deux mondes, Henri de Castrie AXA, les W.E dans la Sarthe en Falcon aux frais de la princesse, sa STE 2F conseil déclarée le 7 juin 2012 ou il n’est plus 1er Ministre et pas encore député, car une fois à l’assemblée la loi lui aurait interdit de monter sa STE etc. etc. la liste est longue !

      La procédure judiciaire c’est accélérée à cause de l’adoption par les députés jeudi 16 février d’un amendement concernant les délais de prescriptions pour les infractions ” occultes ” et ” dissimulées ” de 20 ans à 10 ans ! Elle n’est pas belle la vie pour les auteurs d’abus de biens sociaux, fraude fiscale et tout le toutim !

      Le pillage à assez duré, celui qui va sauver la France n’est certes pas M. Fillon qui est fourbe, sournois et lâche (l’affaire Jouyet, Bigmalion pour casser Sarko) ce n’est pas beau tous cela !

      Le poids de l’Etat voulue par la constitution avec les pouvoirs exorbitants de son exécutifs, les prérogatives de son législatif avec l’immunité parlementaire favorisent les dérives auxquelles nous assistons depuis la mort de de Gaulle, nous assistons à cela sans broncher. On a les élus que l’on mérite

      • 7 Mars 2017 à 15h58

        floréal50 dit

        Médiocre et pire : petit de cervelle.

        • 7 Mars 2017 à 16h07

          Malg dit

          Et comment va aujourd’hui le fondement républicain matraqué par Fillon? Hier soir après le conseil de famille, les copains faisaient bonne figure devant les caméras des journalistes félons. C’est en rentrant à la maison que les armoires à pharmacie ont dû être vidées de leurs onguents !!! 

      • 7 Mars 2017 à 16h16

        Hannibal-lecteur dit

        Claudie, Floréal et Malg vous traitez une autre question que Lentz: dans tout son article, pas un mot sur Fillon acteur mais sur l’environnement et les façons de percevoir ses actes.
        La pertinence des arguments de Lentz est renforcée par l’impossibilité d’une critique de votre part. 

        • 7 Mars 2017 à 16h22

          floréal50 dit

          Moi ? Je répondais à Claudie.

        • 7 Mars 2017 à 16h31

          Hannibal-lecteur dit

          Scusi, Flo…:-))

      • 7 Mars 2017 à 16h41

        Bacara dit

        FF est totalement disqualifié : comment peut-on voter pour un vieux routard de la politique qui a détourné de l’argent public à son profit ? Ce n’est pas de l’argent public détourné au profit d’un parti politique , c’était juste pour sa cagnotte . C’est une mentalité de racaille , pas celle d’un candidat à l’élection présidentielle.

        • 7 Mars 2017 à 16h49

          floréal50 dit

          Votre 33 tours est rayé. Faut passer au CD.

      • 7 Mars 2017 à 17h35

        lafronde dit

        @Claudie
        Aucunes de vos informations sont fiables, puisque officiellement elles font l’objet du secret de l’Instruction ! Il faudrait savoir si vous défendez l’Etat de Droit, ou si vous défendez seulement les principes qui arrange votre “envie de pénal”
        Allez j’échange tout ce que vous aurait coûté Mme Fillon contre tout ce que vous a coûté Mme Royal, ex-femme du Président. Je paye votre quote part Fillon, vous me payez votre quote part Royal. Attention Mme Royal a été nommée à la tête de la BPI sans l’expéreicne banquière exigée (sans le déficit de la région Charentes-Poitou)

    • 7 Mars 2017 à 14h59

      àboutdepatience dit

      Le discours de Juppé en statue de grand commandeur était confus et plein d’aigreur.
      Il a choisi le terme d’obstination alors que tant d’autres auraient pu lui venir : persistance, courage, volonté, maintien, endurance, résistance, patience, ténacité

      • 7 Mars 2017 à 15h08

        Malg dit

        Parce que pour vous un obstiné est forcément un endurant ? ou un courageux ? ou un tenace ? ou un patient ? ou un volontaire ?
        Il n’y a pas d’obstiné dans l’erreur, dans la fainéantise, dans la lâcheté ?
        Vous n’avez pas lu les nouvelles ces derniers temps.
        Et si Juppé a mangé des harengs le matin avant de parler ? Vous en déduisez quoi ? Qu’il aurait pu bouffer des anchois, du flétan, du camembert ?  C’est vrai. Que fait la justice, et surtout qu’est-ce qu’il cache, le fourbe ? 
         

        • 7 Mars 2017 à 15h15

          àboutdepatience dit

          Quant à vous, vous ne cachez pas votre hargne
          J’ai oublié persévérance

        • 7 Mars 2017 à 15h35

          Malg dit

          aboutdepatience, 
          Les autres sont aigris, hargneux, alors que vous c’est la suavité de vos jugements qui frappe. Non mais vous vous regardez ? 

      • 7 Mars 2017 à 15h13

        jcm dit

        j’ai trouvé le discours de sortie de Hollande infiniment supérieur tant sur la forme que sur le fond.
        Sur le fond : il y a une faiblesse majeure dans le point suivant dans le discours de Juppé.
        “Il avait un boulevard devant lui mais son obstination etc……”

        Ce n’est pas l’obstination de Fillon qui est à mettre en cause.
        Déjà, après les primaires, Juppé a continué de soutenir Fillon, alors qu’il fallait immédiatement souligner le problème majeur soulevé par l’affaire MORALE de l’emploi familial surpéyé.
        Mais pire : ce qui a fait changé Juppé d’avis, c’est le coup surprise envoyé par quelques juges, et là Fillon n’y est pour rien. Juppé s’arroge le beau rôle, le plus facile, et le moins juste, en n’abordant pas le problème de l’intervention anormale de la justice. Il se targue de présidentialité à bon compte, et accuse Fillon quand la cause du désordre nouveau vient bel et bien d’un usage très singulier de la justice, et oh scandale, en vérité de la plus haute qui est tombée bien bas .

        • 7 Mars 2017 à 15h20

          Flo dit

          C’est vrai qu’à côté de Juppé, Hollande a été plus digne dans le discours. Il a gardé pour lui ses éventuelles aigreurs. Ce qui ne l’empêcherait pas de se venger par derrière, si l’envie lui en prenait.

        • 7 Mars 2017 à 15h20

          àboutdepatience dit

          Jim
          C’est pourquoi je dis que son discours était confus
          Il renvoie la faute sur Fillon, comme si celui-ci était à l’origine du procès qu’on lui fait.

    • 7 Mars 2017 à 14h58

      Malg dit

      Coup d’état, je veux bien. Le gouvernement a été renversé ? Le PR est arrêté ? L’assemblée nationale occupée ? Quid des CSP ? Les jardins du Luxembourg dévastés par les mutins ? 
      Merde, je manque de fourches. Des aiguilles à coudre, ça ira ? J’ai aussi quelques boîtes de conserve que je pourrais jeter sur les gauchisses qui passeraient en bas, trois étages ce peut faire des dégâts. Je ne veux pas être à la traîne de l’histoire. 

      • 7 Mars 2017 à 16h09

        Hannibal-lecteur dit

        Ah, Malg…âme non âne, justement, c’est la nouveauté, c’est le coup de génie, le coup d’état PRÉVENTIF, sans barricades ni rien : que quelques juges qui s’eperçoivent qu’ils ont par ricochet un pouvoir politique fort et …qui en abusent.

        • 7 Mars 2017 à 19h36

          Malg dit

          Pour ne pas leur donner des idées, j’éviterais de leur ch… sur les bottes. 

    • 7 Mars 2017 à 14h57

      lisa dit

      elles voulaient quoi, les gentilles personnes sur la photo, crucifier Fillon et Le Pen ?

      • 7 Mars 2017 à 15h21

        Flo dit

        Probablement …

      • 7 Mars 2017 à 15h50

        Lector dit

        Lisa il y a aussi (dans l’ordre de gauche à droite) les photos de Mélenchon, Macron, x (non identifié) et Juppé.

        • 7 Mars 2017 à 16h00

          Flo dit

          Bonjour Lector
          effectivement, il y a 4 Fillon, 1 MLP, 1 Juppé, 1 Mélenchon, 1 Macron et 1 X

          Qui sont donc ces braves gens ? Des Hamonistes ?

        • 7 Mars 2017 à 16h14

          Lector dit

          aucune idée Flo, manifestement des gens qui font du bruit avec des casseroles.

        • 7 Mars 2017 à 16h18

          Lector dit

          Flo, bon ils n’ont pas l’air de droite n’est-ce pas :D des gauchistes donc, tendance LCR-NPA possiblement.

        • 7 Mars 2017 à 16h28

          Flo dit

          Probablement Lector, en effet.  

    • 7 Mars 2017 à 14h44

      Malg dit

      Cadeau. Bis. 

       Vous, Français inertes et veules,[…] retournez […] jouir de nouveau médiocrement de richesses misérables[…] et à vos satisfactions dérisoires dont, de toutes façons, vous ne jouirez plus longtemps. Elles vous ont privé de la divine flamme de l’enthousiasme et plongé dans une torpeur dont rien ne saurait plus vous tirer. De vous aussi on dira un jour: « …ils vécurent sans mériter le mépris, ni sans mériter la louange; le monde n’en a gardé aucun souvenir… Le néant a déjà commencé pour vous ».

    • 7 Mars 2017 à 14h42

      ERVEFEL dit

      Si on arrive à sortir de ce gouvernement de gauche qui n’a cessé de dévoyer nos institutions et d’instrumentaliser la justice dans le but de se maintenir au pouvoir malgré son échec, peut être la justice redevenue indépendante sera capable de faire son autocritique : 
      http://arretsurinfo.ch/francois-fillon-appel-de-juristes-contre-un-coup-detat-institutionnel/
      Cela ne saurait cependant exonérer Fillon de rendre compte de ses “dérives” et point n’était besoin de l’ “assassiner judiciairement” quand un lynchage médiatique suffisait.
      Parfois à vouloir trop en faire…, mais Fillon est peut être lui même la cause de cette “particularité” judiciaire quand il a affirmé qu’il retirerait sa candidature s’il était mis en examen.
      Il ne sert à rien d’utiliser l’argument de la victime d’un assassinat judiciaire ou politique pour sauver le soldat Fillon quand il apparaît évident que celui ci n’a pas la carrure d’un chef d’état et que les doutes qu’on pouvait avoir auparavant sur sa sincérité,  sa parole et ses engagements ne sont plus permis maintenant. 

      • 7 Mars 2017 à 14h54

        Jourbon dit

        A ce jour, François Fillon n’est toujours pas mis en examen, vous vous comportez comme la troupe manipulée à qui l’on dit de crier au loup .

        • 7 Mars 2017 à 15h19

          ERVEFEL dit

          Au vue de ses prises de position passé et de son parcours politique, j’avais déjà, avant le Fillongate, de gros doutes sur la sincérité de ses engagements et de sa capacité à les tenir.
          Son récent comportement n’ont fait que dissiper mes doutes et je n’ai pas besoin de la justice pour me faire une opinion.
          L’argument de mise en examen n’est fait que pour les aveugles et Fillon lui même l’a renier. Il ne sert à rien d’être plus royaliste que le roi. 

        • 9 Mars 2017 à 13h07

          ERVEFEL dit

          Pour illustrer mon propos et mon opinion voici un autre avis que je partage :
          https://www.youtube.com/watch?v=5-YNozhHU_0&feature=em-subs_digest-vrecs
          qui éclaire bien mon sentiment que Fillon n’a pas la carrure pour tenir ce qu’il promet à supposer qu’il y croit lui même.
          De plus pour compliquer les choses, s’il était élu il n’aurait certainement pas de majorité parlementaire. Dans ce cas il n’aurait pas le cran d’opérer un rupture pour se rapprocher du FN plutôt que de composer avec la gauche qui lui lierait les mains. 

    • 7 Mars 2017 à 14h40

      citoyensilencieux dit

      Excellente analyse. Claire et bien argumentée.

    • 7 Mars 2017 à 14h33

      godefroy dit

      Je viens de trouver une nouvelle forme de démocratie sur le site de La dépêche du Midi (appartenant au chef des radicaux de gauche).
      Un “sondage” internet http://www.sondagepresidentielle2017.fr/ qui vaut ce qu’il vaut (c’est à dire pas grand-chose) mais qui réserve des surprises.

      Au 1er tour, Macron est à 27%, Fillon à 20%, Le Pen à 18% et Mélenchon à 13%.
      Devinez quel second tour on vous propose ?
      Macron – Mélenchon !!!!

      Formidable, non ? :-)

      • 7 Mars 2017 à 14h35

        godefroy dit

        Et bien sûr, Mélenchon gagne à la fin avec 74% des voix !

      • 7 Mars 2017 à 16h53

        floréal50 dit

        Vous avez oublié l’abstention : 65% !!!

      • 7 Mars 2017 à 17h51

        IMHO dit

        Merci pour ce moment, j’ai bien ri .

    • 7 Mars 2017 à 14h33

      Thomas dit

      Alain Juppé aurait pu se retirer en évitant de lâcher un dernier Scud sur Fillon. Pourquoi se retirer en invitant François Fillon à faire de même ? Que doit-on faire alors ? Pas de candidat et, par conséquent, le champ libre pour les autres ? Ou bien un candidat au programme inconnu, choisi pour nous (donc sans passer par les primaires) ? Ou bien, serait-ce une invitation à aller voir ailleurs ?… Vous avez raison, Flo, cet homme a tout raté, y compris son retrait définitif. Consternant.

    • 7 Mars 2017 à 14h14

      C. Canse dit

      Hier, Alain Juppé niait tout “complot” en vue d’un “assassinat politique” tout en craignant, s’il se présentait, de voir sa “réputation” atteinte (quand chacun sait qu’il fut condamné à une peine d’inéligibilité), qui donc aurait pu, à nouveau, entacher son honneur s’il n’existe aucun complot ?

      Jadis, il fut qualifié de “meilleur d’entre nous”, il n’était que le borgne roi au royaume des aveugles. 

      • 7 Mars 2017 à 14h15

        Flo dit

        Je n’arrive même pas à comprendre comment Juppé peut avoir des partisans. Ce vieil homme a quasiment tout raté politiquement.

        • 7 Mars 2017 à 14h23

          Thomas dit

          C’est vrai ce que vous dites, d’autant plus qu’il aurait pu se retirer définitivement sans lâcher un dernier scud sur Fillon. Donc si on écoute Alain Juppé, ce dernier ne sera pas le plan B mais il invite tout de même François Fillon à laisser tomber ??? Ben, on fait quoi alors ? Pas de candidat ? Un candidat au programme inconnu choisi à la dernière minute (sans organiser des primaires, bien sûr) ? Ou alors on va tout simplement voir ailleurs ?… Vous avez raison, cet homme a tout raté, y compris son retrait définitif. Consternant.

        • 7 Mars 2017 à 14h27

          C. Canse dit

          Peut-être est-il un bon maire ? :-)

        • 7 Mars 2017 à 14h31

          Flo dit

          De ce côté-là, ne connaissant pas Bordeaux, je lui laisse le bénéfice du doute. D’où mon “quasiment” :-D

        • 7 Mars 2017 à 14h46

          Giacomo dit

          D’accord avec vous Flo sur vos 2 posts.
          Je me pose les mêmes questions. Mais personnellement, avec le recul de mes 74 ans dont 50 d’observation de notre “démocratie”, qui n’est qu’un leurre, le résultat de mes observations m’apportent – sans aucun parti-pris justement je suis “athée” sur ce plan là – la conviction que les gens du PS, la gauche en général y compris les idiots utiles de la société civile et les syndicats, ont un pouvoir de nuisance et d’hypocrisie (voir pire:Béregovoy et autres “suicidés”) incommensurable . Lequel pouvoir, tartiné d’incompétence et d’arrogance, nous aura mené au désastre depuis 36 ans avec l’arrivée de l’opportuniste et polygame Mitterand.

      • 7 Mars 2017 à 17h11

        Hannibal-lecteur dit

        Peut-être qu’il est con, tout simplement, pas complètement mais assez pour ne pas voir que sa critique de Fillon ne peut rien apporter à la droite. …ni à lui, par conséquent, au cas où Fillon lui aurait dû reconnaissance pour son aide : plutôt loupé, non?

        • 7 Mars 2017 à 18h03

          C. Canse dit

          Hannibal-lecteur

          Il aurait pu quitter la scène politique nationale avec élégance en apportant son soutien à Fillon mais il ne légua que son dépit et son amertume. 
          Oui, il est con.

    • 7 Mars 2017 à 14h04

      Flo dit

      Cela me rappelle l’affaire judiciaire concernant Eric Woerth, alors ministre du travail, juste au moment de la réforme des retraites en 2010. Une affaire qui l’a bien affaibli, en pleine réforme, et qui finalement s’est conclue par un non-lieu.

      • 7 Mars 2017 à 15h55

        floréal50 dit

        Et l’affaire de l’ancien maire de Toulouse…

        • 8 Mars 2017 à 16h24

          munstead dit

          Lancée par des gens de droite qui voulaient la peau de Baudis dont on parlait comme ministre voire plus.

    • 7 Mars 2017 à 14h04

      rolberg dit

      Les politiques font tout pour que les simples d’esprit (Jésus ?) s’en remettent à la religion pour guider leur vie. 

      • 7 Mars 2017 à 15h57

        floréal50 dit

        Qu’est-ce que ça vient faire ici ?

    • 7 Mars 2017 à 14h02

      commissaire joss dit

      raisonnement imparable de l’historien Lentz. C’est vrai que personne ne se demande jamais, par exemple: qui juge les juges ? Personne. Les magistrats sont des gens que l’on ne juge jamais? toujours propres? irréprochables? ce sont des êtres humains doués de perfection? jamais mouillés dans quoi que ce soit ? vierges de tous péchés? OOooh saints magistrats descendus du ciel avec une auréole au dessus de la tête? c’est pas mignon un extra-terrestre en robe noire ? les juges représentent les moutons de la blanche bergerie nourris au sein de la probité. Ces gens-là ne sont pas humains, c’est sûr…A part une révolution, je ne vois pas qui pourra les juger?…encore une question sans réponse…à moins que ce soit un bourreau non assermenté? mais je m’égare, laissons la justice faire son travail dont on ne sait jamais vraiment s’il est bon ? Elle effectue un travail, voilà tout…à chacun d’apprécier.

    • 7 Mars 2017 à 14h00

      IMHO dit