Du monde comme parc d’attraction globalisé | Causeur

Du monde comme parc d’attraction globalisé

«La loi de la jungle», une comédie entre Mocky et Blake Edwards

Auteur

Vincent Roussel
est cinéphile. Il tient le blog Le journal cinéma du docteur Orlof

Publié le 09 juillet 2016 / Culture

Mots-clés : ,

antonin peretjatko loi jungle

Vimala Pons et Vincent Macaigne (Photo : Haut et Court)

La Fille du 14 juillet, malgré ses défauts et son caractère inégal, annonçait un grand bol d’air rafraîchissant dans le vase clos de la « comédie française ». La Loi de la jungle prouve à la fois que Peretjatko n’a rien perdu de sa fantaisie, de sa folie et de son excentricité mais aussi qu’il a réellement progressé entre les deux films : le récit est plus « tenu » et les gags en rafale font plus souvent mouche.

Un auteur aux références écrasantes

Dès son premier film, le cinéaste a été écrasé sous les références, des plus flatteuses (la Nouvelle Vague) aux plus douteuses (les Charlots). Et il faut bien avouer que la tentation est grande de comparer une fois de plus La Loi de la jungle aux œuvres du passé : Blake Edwards puisque Macaigne incarne un stagiaire du Ministère de la Norme maladroit et provoquant toute sorte de catastrophes à l’instar de l’inspecteur Clouseau. Mais on songe aussi à De Broca et Veber pour le côté « exotique » de ces aventures (de L’Homme de Rio à La Chèvre en passant par quelques éléments parodiques et excessifs qu’on trouvait dans le génial Le Magnifique) ou encore à Mocky pour la galerie de trognes – l’huissier, le nostalgique de la guerre – et un côté poil-à-gratter séditieux.

Le grand talent de Peretjatko, c’est de parvenir à convoquer tous ces souvenirs tout en réalisant un film qui n’appartient vraiment qu’à lui et qui ne ressemble à rien de ce qui se fait en matière de comédie aujourd’hui.

Le non-sens règne en maître

En envoyant son personnage principal au cœur de la Guyane pour travailler sur l’implantation d’une station de ski avec neige artificielle, le cinéaste nous embarque dans une succession d’aventures rocambolesques et farfelues qui parviennent aussi à nous parler de l’absurdité de notre monde et de notre époque. Si le non-sens semble régner en maître, cela n’empêche pas le film de railler avec beaucoup de verve la « dictature du secrétariat » et de cette technocratie mondialisée qui envoie au casse-pipe ses escadrons de stagiaires. Peretjatko parvient à donner une image parfaite de ce qu’est devenu notre monde aujourd’hui : un parc d’attraction globalisé élaboré par des actionnaires et gardé par des vigiles, derniers emplois humains à être tolérés. La satire est toujours astucieuse d’autant plus que le cinéaste n’épargne pas le « politiquement correct » qui participe de son discours lénifiant à la mise en place de ce monde : le pseudo-égalitarisme comptable de la parité, par exemple.

L’intelligence de Peretjatko, c’est de parvenir à fondre ce « discours » (qui n’en est jamais un) dans un véritable style, à l’image de ces nombreux faux-raccords qui servent de « fondations » aux séquences au ministère, comme si le bégaiement des images soulignait le caractère creux et mécanique des discours officiels.

En opposition à cette horreur néo-libérale qui perpétue à sa manière la colonisation d’antan (instaurer le même mode de vie partout dans le monde), notamment par le biais des loisirs, Peretjatko nous propose un couple perdu au milieu de cette « loi de la jungle » (à prendre évidemment à tous les sens du terme) dont l’excentricité finira par apparaître comme un grain de sable dans cette mécanique trop bien huilée du monde moderne. On retrouve alors ce qui faisait le sel du précédent film de Peretjatko : un éloge libertaire et hédoniste du pas de côté (ou de la marche à reculons) qui rappelle d’ailleurs l’esprit du très beau film de Podalydès Comme un avion.

Au bout du compte, La Loi de la jungle est l’une des comédies françaises les plus drôles vues depuis longtemps et un film qui remet à l’honneur l’esprit d’aventure, la générosité anarchiste et la primauté des désirs et de la nature sur tout ce qui entrave aujourd’hui l’individu…

La Loi de la jungle, d’Antonin Peretjatko avec Vimala Pons, Vincent Macaigne, Mathieu Amalric, Jean-Luc Bideau, Pascal Légitimus, etc. En salle.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Juillet 2016 à 10h19

      keg dit

      C’est maintenant le changement des conseillers ministériels en pleine loi de la jungle du sauve qui peut…. La Bérézina de l’€uro footage de gueule n’est plus et le 26/07/2017 arrive à grand pas, après l’apothéose du 14 Juillet et de la fin du tour de passe-passe…. Que va t-on inventer pour relancer la machine de la Terreur qui ne s’appelle plus guillotine (ou alors à usage exclusif des libertés)

    • 9 Juillet 2016 à 21h57

      Parseval dit

      Excellent film.
      Actualité : le stagiaire du ministère va vérifier que l’implantation de Guyaneige est aux normes européennes, car « la Guyane, c’est la France, et la France c’est l’Europe ».

    • 9 Juillet 2016 à 18h45

      dacey dit

      Il en faut pour tout les goûts !
      Personnellement, je n’ai pas ri une seconde et je suis parti avant la fin. Gros comique lourd-dingue, genre Laurel et Hardy.
      Ce qui est à mourir de rire, c’est “l’éloge libertaire et hédoniste du pas de côté” !