J’aime la compagnie des cochons… et la côte de porc gascon | Causeur

J’aime la compagnie des cochons… et la côte de porc gascon

Il faut assumer la mort des animaux

Publié le 20 septembre 2016 / Politique Société

Mots-clés : , , , , ,

Si nous, les éleveurs, avons avec les cochons une relation de domestication qui dure depuis dix millénaires, ce n'est pas parce que nous les considérons comme des idiots. Au contraire. Mais cette relation d'intelligence entre ces animaux et nous implique, plus ou moins tôt, leur mort.

cochons elevage animaux

Peter Singer, philosophe à l’origine du mouvement de la « libération animale », précise que ce n’est pas par amour des animaux qu’il revendique leur libération mais au nom de la justice et de la morale. Il n’est pas intéressé par les animaux, il ne les aime pas et il n’en a pas. C’est également le discours implicite des théoriciens de l’antispécisme et du véganisme, qui prônent une agriculture sans élevage.

Celle-ci serait le premier pas vers une rupture de nos liens avec les bêtes domestiques, avec les animaux de ferme d’abord, puis nécessairement avec les chiens, les chevaux, les hamsters, etc. La domestication, en effet, représente le mal originel, l’appropriation des animaux par les humains. Il ne s’agit donc pas seulement de « libérer » les vaches, c’est-à-dire concrètement de les faire disparaître, mais de se libérer de l’ensemble des animaux qui peuplent notre monde domestique puisque tous sont appropriés par les humains. Qu’il s’agisse des vaches ou des chiens, ils sont assurément identifiés, vaccinés, localisés. Nous veillons sur leur habitat, leur alimentation, leur santé, leur reproduction. Nos relations de travail avec ces deux espèces sont différentes mais ce qu’ils ont en commun, c’est de vivre avec nous, d’être des compagnons de vie et de travail.

Les militants de la « libération animale » semblent davantage en relation avec des animaux de ferme en peluche ou en plastique qu’avec des bêtes vivantes. En dehors de leur chien ou de leur chat, pauvre hère victime de la violence humaine qu’ils ont recueilli presque malgré eux, le monde animal est largement virtuel. C’est pourquoi la question de l’amour ne les intéresse pas.

Pourtant, face à la violence industrielle et à celle des opposants à l’élevage, l’amour des animaux est bien la question.

[...]

  • Causeur_038_couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 97 - Septembre 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Causeur_038_couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Septembre 2016 à 11h09

      lazlo dit

      J’ai été éleveur durant 23 ans (vaches, chèvres, moutons, lapins, cochons, oies)
      j’ai vécu en compagnie d’un sanglier 3ans ; moniteur d’équitation et cavalier de C.C.E )
      j’ai pris conscience des relations télépathiques hommes-animaux et de l’importance des travaux de Rupert Sheldrake ; j’ai tué moi-même les animaux que j’élevais par souci de cohérence et respect .
      jE VOUS REMERCIE §

    • 24 Septembre 2016 à 7h25

      beornottobe dit

      un “coupable” qui se défend en évoquant un “parallèle” entre deux pratiques différentes…….. ça veut tous dire!
      ici nous sommes en France et pas ailleurs!

    • 23 Septembre 2016 à 10h45

      Phifi dit

      Mon cochon sait compter

      2×4 = huiiiiiiiiiiiiii

      Il est semi-automatique, il faut quand même lui donner un coup de pied pour obtenir le résultat.

      • 24 Septembre 2016 à 22h48

        Chuck Maurice dit

        Alain Delon a su compter jusqu’à dix mais depuis que Chuck Maurice lui a cassé deux doigts, Delon ne compte plus que comme un cochon.

    • 21 Septembre 2016 à 20h45

      gege26 dit

      un cours à destination des musulmans leur serait bénéfique

      • 23 Septembre 2016 à 1h09

        Livio del Quenale dit

        cause perdue , trouvez qq chose de plus efficace

    • 21 Septembre 2016 à 17h20

      Pyrrhon dit

      Je suis tout à fait d’accord avec cette idée de rupture réelle, secondairement culturelle, entre la ville, majoritaire, et la campagne, minoritaire. L’industrialisation de la fourniture de la viande a correspondu avec la hausse de la demande, résultat de la hausse réelle du niveau de vie. La viande est devenu un droit, revendiqué par ceux qui s’étaient rationnés pendant des siècles. 
      Le véganisme est un symptôme de cette rupture, une ignorance, celle de la nécessité d’une ration carnée, s’étant développée(notre époque crée des savoirs à partir de rien, hors-sol, hors-histoire, hors-science .
      Les véganistes réfléchiront quand ils verront mourir leurs bébés en bas âge. 

    • 21 Septembre 2016 à 13h22

      beornottobe dit

      le “porc” est réservé aux prolétaires! pas aux Gouvernants, ni aux Parlementaires (qui, eux, se réservent les…… “animaux”, Plus nobles (ah quel mot horrible à écrire et entendre ! (n’est ce pas les socialos?…..)

    • 20 Septembre 2016 à 22h30

      Alpheratz51 dit

      C’est fait exprès de parler ainsi des cochons et de s’appeler Porcher ?

      • 21 Septembre 2016 à 8h51

        Schlemihl dit

        un spécialiste des questions porcines s’ est appelé M Goret ( historique ).

      • 23 Septembre 2016 à 0h47

        Livio del Quenale dit

        ah! bravo,tellement fastoche que c’en est bêta, un cochon ne l’aurait pas faite, mais un dadais oui.

    • 20 Septembre 2016 à 21h45

      kelenborn dit

      C’est marrant!!! celui au centre!!! il a l’air d’attendre les résultats de la primaire de la droite!

      • 23 Septembre 2016 à 0h53

        Livio del Quenale dit

        j’aurais dis de gauche,non ?
        Suis-je mauvaise langue tout de même.

    • 20 Septembre 2016 à 21h43

      kelenborn dit

      J’étais tombé un jour sur un document où l’ethnologue de service (un peu plus vrai quand même que nos pingouins télévisés) distinguait les sociétés anthropophagiques (devenues fort rares)et les sociétés anthropémiques ( du grec emein= vomir) comme les nôtres qui rejettent non seulement le cadavre en l’enterrant mais aussi les indésirables (on enferme les délinquants et les fous)
      Je m’étonne donc que nos bien-pensants n’aient pas sauté sur cette occasion de célébrer la sagesse des peuples premiers chers à Chichi!!L’agneau est quand même mieux au chaud dans le ventre de l’humain que dans la terre humide voire glacée!!!
      Et de même pourrions nous, dans la même veine inviter quelques migrants barbus au réveillon de Noel afin qu’ils ne soient pas obligés d’attendre dans la neige et le froid le moment d’égorger le Koufar! Hein!!! l’âne c’est pas une bonne idée?
      MK

    • 20 Septembre 2016 à 21h32

      Wil dit

      Puisuq’on en est aux phrases toutes faites sur les cochons,Rappelons ce proverbe porc plein de sagesse rapporté par Saint Coluche:”Ne fais pas aux truies ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse”.

    • 20 Septembre 2016 à 21h27

      Villaterne dit

      Le cochon est semblable à l’homme. On lui trouve toutes les qualités quand il est mort !

      • 21 Septembre 2016 à 9h57

        Habemousse dit

        « On lui trouve toutes les qualités quand il est mort ! »

         Il y en a même qui vont jusqu’à se taper des cochons de laid, c’est dire si il est aimé ! 

    • 20 Septembre 2016 à 20h25

      GigiLamourauzoo dit

      La cote de porc gascon ou gasconne? tout est dans le con ou la conne.

    • 20 Septembre 2016 à 19h24

      Schlemihl dit

      Si les cochons savaient parler , ils diraient que la Fête du cochon devrait s’appeler autrement 

    • 20 Septembre 2016 à 19h01

      beornottobe dit

      les “humains” sont des animaux comme les autres!….

      • 20 Septembre 2016 à 21h27

        Wil dit

        Non,l’être humain n’est pas un animal comme les autres,c’est le seul qui tue son congénère sans raison valable.

        • 21 Septembre 2016 à 13h06

          beornottobe dit

          alors adressez-vous aux juges!…… (maintenant et avant!)

      • 20 Septembre 2016 à 21h28

        kelenborn dit

        Eh oui Beomottobe!!! de même que les gazelles qui sont des lions comme les autres!
        MK

    • 20 Septembre 2016 à 18h59

      beornottobe dit

      “J’aime la compagnie des cochons… et la côte de porc gascon”

      voila qui ne saurait plaire aux “Islamo/Corano/mahométans” ainsi qu’aux socialistes du moment !…….
      MDR

    • 20 Septembre 2016 à 17h43

      Sadim dit

      Et si tout le monde y trouvait son compte: l’elevage paysan, comme dit l’auteure, ne peut subvenir aux besoins de viande d’une humanite essentiellement carnivore, d’ou les fermes des 1000 vaches et autres atrocites industrielles. Que le rat majoritaire des villes, bobo et metrosexuel, devienne donc vegan et laisse les bonnes choses a ceux qui les apprecient! Les bonnes choses sont cheres? Ma foi, cela est vrai au moins depuis qu’on eleve des cochons…

      Au fond quel est le probleme?

    • 20 Septembre 2016 à 17h01

      alain delon dit

      Jocelyne Porcher, ça ne serait pas le pseudo de Marcela Iacub?

      • 23 Septembre 2016 à 0h50

        Livio del Quenale dit

        et alain delon celui de martin faraud ?

    • 20 Septembre 2016 à 16h35

      Sancho Pensum dit

      “Si nous, les éleveurs, avons avec les cochons une relation de domestication qui dure depuis dix millénaires, ce n’est pas parce que nous les considérons comme des idiots. Au contraire. Mais cette relation d’intelligence entre ces animaux et nous implique, plus ou moins tôt, leur mort.”
      Evitez de nous faire prendre vos vessies de porc pour la lanterne de votre réflexion.
      Il n’y a pas de relation d’intelligence entre les animaux et vous, les éleveurs. La seule relation qui prévale est intéressée. Surtout quand il s’agit d’animaux destinés à l’abattoir.

      • 20 Septembre 2016 à 16h40

        JeanBart dit

        hahaha
        D’après vous, il ne peut donc y avoir de relation intelligente si elle est aussi intéressée ?
        Je n’aimerais pas avoir à bosser avec vous.
        Et vous devez faire un amant bien peu causant.

      • 21 Septembre 2016 à 12h03

        kelenborn dit

        En revanche personne ne doute que tu en ais une avec ton âne !!!tu lui parle à l’oreille “petit âne va trottine” …comme dans Véronique!!!
        Vero-ni-queue-ni-tête hein qu’elle est bonne gros bourrin!!!
        MK

    • 20 Septembre 2016 à 16h31

      Sancho Pensum dit

      Mais c’est un vrai festival d’articles anti-antispécistes ! Y a pas à dire : quand Causeur fait de la fixette sur un sujet, ça se voit.

      • 20 Septembre 2016 à 16h36

        saintex dit

        En fait, c’est le principe du dossier thématique.

      • 20 Septembre 2016 à 16h38

        JeanBart dit

        Moui, ça s’appelle un dossier : plusieurs personnes viennent y défendre leur point de vue. Je suis d’accord que l’on entend peu le point de vue vegan. Il pourrait être intéressant de laisser un espace de contradiction systématique. Qu’en disent les patrons ?

        • 20 Septembre 2016 à 19h04

          Sancho Pensum dit

          Pour l’instant, la tambouille de la maison ressemble au pâté d’alouette : un cheval de spécisme et une alouette d’antispécisme. Et on attend toujours l’alouette…
          PS : les patrons – sont-ils les vrais patrons ? – m’ont l’air d’être en service commandé…

        • 20 Septembre 2016 à 21h32

          kelenborn dit

          Et on attend toujours l’alouette

          Mais non …tout le monde a compris que c’était toi l’alouette!!! Même que certaines ont confié que faute de grive on pouvait manger de l’alouette mais…. que quitte à se faire empapaouter, elles préféraient encore que ce soit par un corbeau!
          MK

        • 23 Septembre 2016 à 1h07

          Livio del Quenale dit

          &&&tout le monde a compris que c’était toi l’alouette!!!&&&
          -
          oui, mais alors une “alouette sans tête”;o)

          (spécialité charcutière provençale de paupiettes de bœuf et veau) 

    • 20 Septembre 2016 à 16h27

      JeanBart dit

      Très beau papier, merci.
      “J’adore les cochons. les chiens nous regardent comme leurs maitres, les chats comme leurs laquais, les porcs droits dans les yeux, en égaux.” WSC

      Pour ma part, je me fourni chez http://www.pierre-matayron.fr/
      Et je confirme, c’est un loisir d’amateur fortuné.

      • 20 Septembre 2016 à 17h22

        Ibn Khaldun dit

        Qui a écrit cette phrase ? 

        • 20 Septembre 2016 à 18h19

          JeanBart dit

          Winston Spencer Churchill.
          Comme la moitié des citations utilisées par votre serviteur ;-))

        • 20 Septembre 2016 à 19h29

          Ibn Khaldun dit

          Merci; j’aime beaucoup Winston. :-)