Dans la mêlée confuse engendrée par la réforme du collège portée par Najat Vallaud-Belkacem, ses partisans comme ses détracteurs n’ont guère éclairé le débat en invoquant des expériences étrangères, bien au contraire. Alors que l’on ne cesse de brandir le modèle allemand à tout propos, et hors de propos, pour dénoncer notre incapacité à maintenir nos industries, à faire prospérer nos exportations, voire à extirper notre gauche de ses oripeaux marxistes (ah ! Bad Godesberg !), on évite de regarder outre-Rhin lorsqu’il existe, là bas, quelques idées bonnes à prendre. Les modèles finlandais, coréen (du Sud !) ou canadien ont été convoqués par les amis de Mme Vallaud-Belkacem pour prouver que le collège unique de la 6e à la 3e n’était pas un obstacle à l’obtention d’excellentes places dans l’étude PISA de l’OCDE. Ils oublient de mentionner que d’autres pays performants, comme Hongkong, Singapour ou Taïwan caracolent en tête de ce classement avec un système dual dans le premier cycle du secondaire, à dominante soit générale, soit professionnelle. On passe également sous silence que, même dans les pays rassemblant tous les élèves entre 11 et 16 ans dans le même type d’établissement, les meilleurs d’entre eux se voient offrir des enseignements plus poussés dans des matières comme les langues vivantes, langues anciennes ou matières artistiques, pendant que leurs camarades en difficulté tentent de combler leurs lacunes dans les matières fondamentales.

L’idéologie égalitariste qui conduit à éliminer ce qui marche, comme les classes bilingues et européennes, est justifiée par une analyse biaisée de la situation actuelle : si le collège français marche mal, nous dit-on, et accroît les inégalités sociales au lieu de les corriger, c’est que son fonctionnement est perverti par l’introduction, en son sein, de filières cachées, rétablissant en douce la ségrégation sociale.

Également en version numérique avec notre application :

*Photo : Michael Probst/AP/SIPA. AP21630993_000003.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Luc Rosenzweig
est journaliste.Il a travaillé pendant de nombreuses années à Libération, Le Monde & Arte.Il collabore actuellement à la revue Politique Internationale, tient une chronique hebdomadaire à RCJ et produit des émissions pour France Culture.Il est l'auteur de plusieurs essais parmi lesquels "Parfaits espions" (édition du Rocher), ...
Lire la suite