Bienveillant comme un juppéiste en campagne | Causeur

Bienveillant comme un juppéiste en campagne

Impressions au soleil brûlant du meeting de Chatou

Auteur

Olivier Prévôt
anime le site et la revue L'Esprit de Narvik et le blog Les Carnets de Betty Poul sur Causeur.

Publié le 29 août 2016 / Politique

Mots-clés : , ,

En dépit de la chaleur accablante, il y avait bien quelque chose de frais et paisible (voire irénique…) dans la réunion qu’organisaient les soutiens d’Alain Juppé, ce samedi 27 août.

Chatou le 27 août (Photo : SIPA.00769471_000026)

Un sentier bordé d’une végétation sauvage et qui longe la Seine, l’église Notre-Dame de l’Assomption qui domine tranquillement le fleuve, quelques villas élégantes du début du vingtième siècle… Chemin faisant, entre la gare RER de Chatou et l’île des impressionnistes où se tient le meeting de rentrée d’Alain Juppé, je pense au si beau film d’Olivier Assayas, L’Heure d’été, et à sa tendre mélancolie. Il ne manque que quelques notes d’Eric Satie et j’achèverais, dans un soupir caniculaire, mon cinéma intérieur.

Ici ou là, à mesure qu’on se rapproche du lieu de l’événement, je croise quelques militants en bermuda, polo de marques et mocassins souples. Pas de doute, nous sommes à droite. Un premier panneau, format A4 indique enfin, et avec timidité, le rassemblement. Aucun bruit au loin, aucune sono furieuse. Quand j’arrive enfin dans le parc qui accueille la réunion, je découvre une pelouse jaunie et déserte, des tables non débarrassées où traînent des assiettes en plastique et quelques restes de paella diversement appréciée.

J’arrive sans doute au pire moment, vers 14h. Le soleil est agressif, il n’y a pas un souffle d’air, les discours n’ont pas commencé, les militants – pour lesquels la journée a commencé tôt – ont trouvé refuge sous des arbres, donnant involontairement à leur rassemblement une allure de fête achevée – avant même d’avoir commencé. Je me dis que c’est un fiasco, et en sentant mon dos noyé de sueur, me revient l’expression désuète : c’est un four ! Je mettrai du temps à corriger cette impression étrange, à découvrir que de bosquets en coins d’ombre, un bon petit millier de militants font une pause au milieu d’un meeting que la météo a transformé en épreuve physique. Un Perrier frais à la main, je vais des uns aux autres, observant de loin le coin presse où, délaissant leurs hôtes, une vingtaine de journalistes semblent transcrire fiévreusement toutes ces propositions pour la France que les ateliers du matin ont dû exprimer, comme il est d’usage dans ces réunions pré-électorales.

Un discours qui n’écorche pas, ne blesse pas, n’électrise pas

J’aborde un couple venu spécialement de Châteauroux. La dame a l’élégance un peu affirmée, revendiquée de qui a fait son chemin dans l’existence et me fait penser au personnage de Marlène, interprété par Nathalie Baye, dans le film de Frédéric Mermoud, Moka. Elle témoigne de sa joie d’être ici « où tout commence enfin ». Persifleur, je propose l’adverbe « timidement » et face à ses beaux yeux étonnés, je précise : « Tout commence timidement, non ? » Elle me rassure d’un bel éclat de rire : « Oh non, vous allez voir ! Il y a les J.A.J. [prononcer comme les J.M.J., et non comme jaja…, ndlr], les Jeunes avec Juppé. Et puis Jean-Pierre Raffarin… »

Une demie-heure après, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac est effectivement annoncé. Dans un gentil sarcasme, le speaker évoque l’homme de la formule virile « la pente est raide mais la route est droite ». Ma voisine pose sa main, à plat, entre gorge et poitrine, puis applaudit frénétiquement. Tel est le charme des réunions de famille où l’ironie des uns n’abolit pas la tendre gratitude des autres, et où tout cela se mêle, instinctivement, superbe, tribal façon « nous nous sommes tant aimés ».

Les fâmeux J.A.J. viendront après en la personne de Marine Cazard, bachelière de 19 ans venue, au micro, déclarer sa flamme au candidat en nous rappelant avec fierté son âge. Elle a la bonne idée de ne pas insister et l’assemblée la remercie de chaleureux applaudissements. Dommage qu’aucun candidat n’ait l’audace d’un « les vieilles avec Juppé » ce qui aurait, à l’évidence, un autre panache, et qui sait ? Une autre vérité.

Vient enfin l’homme du jour, le candidat, celui autour duquel sont réunies toutes ces personnes venues des quatre coins de France. Alain Juppé fait un discours sobre et sérieux, modéré, dont il n’y a pas grand-chose à retenir sinon qu’il n’écorche pas, ne blesse pas, n’électrise pas. Rien de nouveau sous le soleil écrasant de cette fin août. L’affirmation, peut-être un peu trop revendiquée, un chouïa plus communicante que communicative, d’une force tranquille face aux coups bas à venir et aux débats enflammés qui traversent une société française meurtrie.

Tout le monde est le bienvenu… dans la maison du Seigneur

On applaudit fort au message d’apaisement à l’égard de nos compatriotes musulmans, dont – comme chacun sait.. on vous le dit et on vous le répète – l’immense majorité, etc. Pas un mot sur l’angoissant silence de cette majorité silencieuse, à vue de nez peu présente à la réunion, et qui ne demande, nous dit-on, qu’à vivre en paix. Les militants que j’interrogerais après, m’ont semblé plus pressés d’affirmer ce postulat haut et fort, de leur propre place, depuis ce sentiment, très intériorisé, d’incarner l’autorité légitime et qui caractérise la droite et le centre – et quels que soient les démentis que la démocratie et la démographie leur opposent… – que de l’entendre des intéressés eux-mêmes, peuple vivant, réel. De ce point de vue, il y a ceux qui croient, avec Juppé, et ceux qui voudraient bien, ne demandent qu’à croire, mais ne sauraient s’en remettre à la seule espérance. Avec des militants de tous âges (mais pas tout à fait de toutes conditions), nous échangeons là-dessus, dans des discussions serrées. Je comprends à quel point ces primaires de la droite épousent les vrais débats et les clivages du pays.

Mais chez Juppé, on accueille bien les mécréants et les sceptiques. De ce point de vue, les militants sont vrais. Ils ne jouent pas un rôle. Paisibles et tolérants, ils le sont pour de bon. Viendrait-on de Causeur, mensuel qui titra « Juppé, le pire d’entre nous ? », on est tout de même le bienvenu… dans la maison du Seigneur. L’un d’entre eux me demandera même, en guise d’au-revoir, que nous continuions « à décaper ». Les asticoterait-on sur leur irénisme qu’ils ne se démonteraient pas, désireux moins de convaincre que d’accueillir, de maintenir ouverte la porte du dialogue, comme on dit chez nous. Au catholique que je suis, ce message parle, pénétrant. Il m’incommode et me ravit comme une main sur l’épaule non sollicitée. Il sera leur force, et peut-être leur faiblesse, dans cette campagne.

Après avoir discuté avec une vingtaine d’entre eux, je quitte ces lieux comme enveloppé, serein, léger, apaisé – presque malgré moi. Telle est la puissance du groupe qui ne mobilise pas que sur un programme, mais aussi autour d’un inconscient culturel, voire religieux. J’ai cinquante ans et, sur le chemin du retour qui longe la Seine, dans la végétation sauvage, l’ex-scout que je suis a des souvenirs de feux de camp, de serments et de serrements fraternels. Je souris de ces souvenirs, de leur pertinence têtue, subjective.

Je les aime bien ces juppéistes. Ils incarnent cette part généreuse, bienveillante, d’une droite française dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’a pas toujours été indigne. Ils sont cette France qui n’a pas mérité ce qu’on dit d’elle dans les journaux d’ici ou d’ailleurs. Ils sont les miens. Les nôtres. Mais dans le RER qui me ramène à Paris, un bref échange d’amabilités entre voyageurs – dont certains n’entendaient peut-être pas faire partie de cette majorité qui voudrait tant vivre en paix – me rappelle au réel. Adieu feux de camp, bonjour Taser. C’est le propre des dimanches à la campagne (eussent-ils lieu un samedi) et ce qui fait leur enchantement – n’être qu’une parenthèse.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Septembre 2016 à 21h49

      lili23 dit

      tous ont appelé au respect des règles de bonne tenue à éviter que la main droite ne sorte en public pour que les contenus explicites des programmes ne soient révélés au grand jour

    • 3 Septembre 2016 à 21h43

      lili23 dit

      Primaire
       tous appelé au respect de règles de bonne tenue et  éviter que la main droite ne sorte pour que les contenus explicite des programmes ne soit révéler au grand jour

      https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/exhibition-sexuelle-françois-bayrou-demande-à-robert-rochefort-de-démissionner/ar-AAirj3B?li=BBoJIji

    • 3 Septembre 2016 à 16h51

      Orwell dit

      Une droite qui n’aspire qu’à “vivre en paix”. Touchant… Moi, je dirai : ” Une droite qui dort et qui ne veut surtout pas être réveillée, qui veut au mieux que les attentats terroristes cessent (et encore, d’après la description de l’article, je ne suis même pas sûr que d’aucuns le revendiquent). Une droite qui a l’air d’être bien dans sa peau (ce que je peux comprendre, elle est, par les temps qui courent, mieux dans sa peau que celle de la gauche !). Une droite molle, ronronnante,le Marais de 1790 qui exige que rien de change, surtout pas son petit train-train des heureux de la mondialisation…” Eh oui, en 2017, la guerre des idées n’aura pas lieu. On virera un Hollande pour le remplacer par un clone. Circulez, il n’y aura rien à voir… “Crisis ? What Crisis ?” pour reprendre le titre d’un album de Supertramp (“Crise ? Quelle crise ?).

    • 3 Septembre 2016 à 11h57

      beornottobe dit

      “nous avons EU le même à la maison!”

    • 3 Septembre 2016 à 11h44

      philpat dit

      les jeunes avec Juppé… pour faire la politique habituelle. on ne se refait pas, surtout à 72 ans

    • 31 Août 2016 à 10h59

      QUIDAM II dit

      Juppé est un centriste bourgeois, bienveillant et content de lui-même… un rien irritable.
      Est-ce de ce type de dirigeant que les circonstances actuelles nécessitent ?

    • 30 Août 2016 à 9h55

      Singe dit

      Encore de l’anodin politico politicien, Juppé est le Balladur de la campagne 2017. Au pouvoir il appliquerait comme les autres la même politique monétariste dicté par Frau Merkel et Bruxelles…

    • 30 Août 2016 à 0h01

      CVT dit

      A Chatou? Près de St-Germain-en-Laye?
      Une des communes les plus chics des Yvelines? Honnêtement, Juppé voudrait faire prolo qu’il ne s’y prendrait pas autrement… 

    • 29 Août 2016 à 17h17

      enfer dit

      On oublie rien, c’est Juppé qui a enclenché le mouvement de surcharge de la barque des entreprises, flouant au passage les cadres en pillant leurs caisses de retraite au profit de la fonction publique…
      Il a été comme tous ses successeurs le ministre des fonctionnaires, contre l’entreprise privée et surtout ses salariés.
      Ministre d’un président roi fainéant qui nous a pondu l’inepte principe de précaution, il aurait du rester au Québec, au lieu de ramener sa tronche de repris de justice blanchi grand teint par les médias.

    • 29 Août 2016 à 15h23

      Flo dit

      Bref, Juppé est le candidat des bisounours.

      • 29 Août 2016 à 15h30

        Simbabbad dit

        … ce qui le condamne. Il n’a pas compris que le début du XXIème siècle est l’ère des désillusions, la fin de tous les mythes de la fin du XXème siècle, le retour à la froideur et la dureté de l’histoire.

        Juppé, c’est le candidat de ceux qui s’accrochent à la pensée magique. Le passage sur le mantra de “l’immense majorité des musulmans etc.”, où l’on affirme quelque chose pour s’en auto-convaincre, alors que toutes les enquêtes montrent la tendance inverse (primauté de la loi religieuse sur la loi du pays pour “l’immense majorité” – 73% – des musulmans) est à ce titre très révélateur.

        S’il est élu, le réveil sera cruel. Encore cinq ans de gâchés, et une population qui n’acceptera plus aucun compromis, voire ne fera plus dans la dentelle.

        • 29 Août 2016 à 15h41

          Flo dit

          J’ai souri aussi à ce passage. Je retiens le “etc.”, je le referai à l’occasion.

        • 29 Août 2016 à 16h16

          Philvar dit

          Lorsque la charia sera instaurée dans le pays ce ne sera plus 73% mais bien 100% des musulmans qui seront fanatisés. Le pays étant l’Europe au train où vont les choses.

        • 29 Août 2016 à 16h25

          i-diogene dit

          Simbabbad,

          Tu le sors d’ où, ce 73 %..?

          …Des poubelles du FN..?

        • 30 Août 2016 à 13h44

          Simbabbad dit

        • 30 Août 2016 à 14h00

          Simbabbad dit

          … ça ne m’étonne pas que vous n’en avez jamais entendu parler ceci dit, en dehors du Figaro c’est l’omerta en France (et ça ne m’étonne pas que vous soyez bêtement surpris).

          C’est comme pour les 16% de musulmans français ayant une bonne image de l’Etat Islamique (http://europe.newsweek.com/16-french-citizens-support-isis-poll-finds-266795?rm=eu – 27% de soutien chez les 18-24 ans) dans un sondage publié il y a deux ans. A l’époque, les rares organes de presse ayant parlé de ce sondage ont évidemment essayé de le discréditer, mais depuis, les attentats et les départs pour la Syrie ont vérifié ce qu’il disait en tout point, à savoir que la France avait le plus de soutien à l’Etat Islamique chez les jeunes musulmans de très loin à comparer de la Grande Bretagne ou de l’Allemagne.

        • 30 Août 2016 à 14h11

          Simbabbad dit

          … mais au lieu de chercher, évidemment, vous passez directement à la case “invective” et “tout ce qui ne valide pas ma vision du monde est FN”.

    • 29 Août 2016 à 13h37

      Wil dit

      “Je les aime bien ces juppéistes. Ils incarnent cette part généreuse, bienveillante, d’une droite française dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’a pas toujours été indigne.”
      Peut être que cette partie de la droite française qui soutient Juppé n’a pas été toujours indigne mais elle l’est Depuis que juppé a été condamné par la justice.
      Comment peut-on soutenir un candidat au poste de représentant de la nation française avec tout le symbolique que ça implique notamment à l’étranger un type qui a été condamné pour magouilles?
      Bien sûr que cette droite est indigne.
      Ah elle est belle la droite française entre un ancien président qui a plus de casseroles qu’une cuisine de grand restaurant parisien et un ancien premier ministre d’y a 20 ans condamné!
      Qu’elle belle image de la France ça va faire une fois de plus à l’étranger en 2017!
      Bien sûr que cette droite est indigne.

      • 29 Août 2016 à 15h34

        Simbabbad dit

        J’ai été amusé que toute la presse commente la sortie de Fillon sur “imagine-t-on De Gaulle mis en examen” comme une pique sur Sarkozy, alors que Juppé a été CONDAMNÉ à 14 mois avec sursis et un an d’inéligibilité pour “prise illégale d’intérêt”.

        Pourtant, “imagine-t-on De Gaulle condamné pour prise illégale d’intérêt”?

        • 29 Août 2016 à 15h46

          Flo dit

          “Il attaque Juppé” a été mon premier réflexe quand j’ai vu un grand titre sur la sortie de Fillon “imagine-t-on De Gaulle mis en examen ?”. Je n’ai compris que dans les sous-titres qu’il attaquait Sarkozy. :-D

        • 29 Août 2016 à 16h25

          Philvar dit

          Il attaque bien Juppé qui a été effectivement condamné, mais en bon professionnel de la politique et inspiré des méthodes marxistes-léninistes il ajoute immédiatement une allusion à Sarkozy sans pouvoir être taxé de mensonge.

        • 29 Août 2016 à 19h46

          Wil dit

          Le pire est que ça n’empêchera pas Fillon la primaire passée d’appeler à voter pour l’un ou l’autre et qui sait,même d’aller quémander un poste de ministre à Juppé si c’est celui ci qui gagne comme tout bon politicard professionnel gamellard(pléonasme).

        • 29 Août 2016 à 22h08

          Warboi dit

          Fillon a dit qu’il arrêterait la politique et le gars est suffisamment raide et honnête pour qu’on lui fasse confiance. C’est d’ailleurs ce qui me plait chez lui. La raideur et l’honnêteté.

        • 30 Août 2016 à 0h16

          Wil dit

          HAHAHAHA!c’est ça warboi et si ma tante en avait…
          On croirait entendre les aficionados de Juppé quand il est revenu de son soi disant exile du Canada pour comme le jurait-il la main sur le coeur se consacrer à sa ville de Bordeaux et ne plus jamais s’occuper de politique nationale.
          Je crois qu’en fait des idiots comme toi warboi sont choisis exprès par le PS et l’UMP et envoyés en nombre sur le net et donc sur Causeur parce que des idiots qui veulent être utiles dans les partis politiques il n’y a généralement que ça mais chez le PS et les ripoublicains c’est encore plus concentré dû à l’ancienneté à la camaraderie.On se se sent moins seul quand on est entre soit évidemment.
          Bref,toi et les autres sur d’autres forum vous avez les mêmes soi disant arguments,les mêmes objections,ect.
          Vous me faites penser à de la chair à canon intellectuelle envoyer sur tel ou tel site pour au bout du compte que votre stupidité finisse par décourager n’importe quel contradicteur.
          Je suis encore là,pour l’instant.

    • 29 Août 2016 à 13h19

      thd o dit

      En République tchèque, c’est un social-démocrate qui ne veut pas de musulmans :

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/28/97001-20160828FILWWW00151-merkel-juge-inacceptable-le-refus-de-pays-europeens-d-accueillir-des-refugies-musulmans.php

      qu’une Allemande de droite essaie de lui imposer.

      Le désordre et la confusion sont extrêmes.

    • 29 Août 2016 à 12h23

      thd o dit

      Au sujet de la majorité-silencieuse-qui-ne-demande-qu’à-vivre-en-paix, cette intervention à la fondation de Chevenement :

      http://www.fondation-res-publica.org/Integration-laicite-comment-continuer-la-France_a975.html
      “Ce qui est moins souligné, car on ne se penche, sans doute à juste titre, que sur les populations les plus en difficultés, c’est que les difficultés d’intégration liées à la crise scolaire ou à la crise sociale, pour des bonnes et des mauvaises raisons (les imaginaires collectifs, les stigmatisations, les phénomènes dits « postcoloniaux ») ne touchent pas toutes les populations issues des migrations de la même manière. Certains groupes à des degrés divers s’en sortent mieux. L’exemple du parcours scolaire des jeunes Chinois à Aubervilliers en est une des illustrations. À Aubervilliers, la quatrième ville de plus de 70 000 habitants la plus pauvre de France, où plus de 10 % de la population est d’origine asiatique, ce sont des enfants issus de ces familles qui dominent les classes. C’est aussi le résultat d’une attention particulière et traditionnelle de ces familles à la réussite scolaire. Ce qui ne veut pas dire que dans d’autres groupes socio-culturels on ne trouve pas la même attention. Mais cette « spécificité » Chinoise alimente des tensions entre enfants, du ressentiment, voire de la violence.(…)

      • 29 Août 2016 à 12h25

        thd o dit

        En évoquant ces écarts dans la dynamique des parcours migratoires, j’introduis le fait que la crise de l’intégration n’est pas seulement d’origine sociale, elle a aussi une dimension culturelle qu’on ne peut réduire au fait qu’elle serait le produit d’un repli communautaire. En Seine-Saint-Denis, il n’y a pas plus communautaire que la communauté chinoise, dans sa dimension économique ou culturelle qui va du logement avec des stratégies particulières d’achat pour louer entre soi, à la prise en charge dans les diverses entreprises des jeunes qui n’ont pas su répondre aux exigences scolaires de leurs familles, mais qui bénéficieront des mécanismes de prise en charge vers l’emploi grâce justement à la communauté.”

        J’aime bien le passage en gras.

        Le reste des interventions est à mon avis consternant, car on constate qu’en dépit de leur bonne volonté éventuelle ils se sont aussi beaucoup trompés, y compris sur l’histoire de France.
        Et toujours pas un mot (ou si peu) sur la limitation de l’immigration.

        • 29 Août 2016 à 12h31

          Pierre Jolibert dit

          Bonjour thdo
          J’aime bien ce passage-là, du coup je le mets en gras : à la prise en charge dans les diverses entreprises des jeunes qui n’ont pas su répondre aux exigences scolaires de leurs familles.
          Quel luxe admirable, ces exigences scolaires, quand la communauté fonctionne si bien sur ce confort de base.

        • 29 Août 2016 à 13h17

          thd o dit

          Oui, cela signifie que des gens qui {savent libre, écrire, se comporter de manière disciplinée et ne pas chier dans les bottes de ceux qui leur tendent la main}, mais ne peuvent devenir avocats, médecin, ou ingénieurs, sont embauchés par leurs compatriotes.

          Remarquez que, contrairement à ce qui est dit dans le reste des interventions, le recrutement privilégié de coreligionnaires se fait aussi chez les musulmans. J’ai connu par exemple deux cas de gens qui n’avaient nullement les capacités de faire une thèse sérieuse, et qui ont pourtant été recrutés.

          Naturellement, bon courage pour empêcher ce type de phénomène, y compris quand la “discrimination positive” aura pris pied.

        • 29 Août 2016 à 15h08

          Pierre Jolibert dit

          L’empêcher ? mais par tous les dieux, qui le voudrait vraiment ?
          Il me semblait que dans le cas d’autres communautés, le recrutement en interne se faisait aussi surtout selon des origines géographiques, surtout si c’est à l’échelle de la petite entreprise familiale.
          Merci pour le lien, c’est riche.
          (malgré, comme d’habitude, une diversité de sens et de sous-entendus flous sous le mot laïcité, qui rendent impossible son emploi sérieux)
          J’isole ceci : “Depuis que le statut des professeurs des écoles ne fait plus obligation aux communes de loger l’enseignant, nous arrivons dans le 93 à ce qu’un professeur des écoles sur deux (et plus de 65 % des enseignants du secondaire) n’habite pas le département.”
          C’est effleurer le grave problème du non-logement des enseignants sur leur territoire d’exercice, que je n’ai jamais vu aborder ailleurs. Et on trouve le moyen de le reprocher uniquement à l’Etat parce qu’il n’obligerait plus les communes à faciliter le logement ! moi qui ai abusé à fond de la possibilité individualiste, hédoniste et je-m’en-foutiste d’habiter 4 ans le 15e arrondissement pour enseigner en Seine-et-Marne (en sollicitant de la haute bienveillance de mon chef de m’y autoriser dans une lettre imprimée à l’avance et signée sans réflexion par icelui), j’ai bien conscience que c’est la différence majeure et préjudiciable de l’école d’aujourd’hui avec celle de naguère. Ce parti est encore bien mou, qui n’imagine pas devoir rendre obligatoire à tout fonctionnaire d’habiter sur les lieux mêmes de son office et de manifester sa présence physique (en blouse grise) permanente aux administrés. J’avais alors une collègue qui appliquait tacitement cette règle, communiste je crois bien.

        • 29 Août 2016 à 15h41

          thd o dit

          La question ne se pose pas pour les recrutements dans la petite entreprise privée, où les gens font bien ce qu’ils veulent (encore que de moins en moins sans doute avec la mode des CV anonymes etc) mais bien du recrutement dans les aéroports ou dans les universités par exemple.

        • 29 Août 2016 à 17h45

          thd o dit

          Si vous aviez utilisé l’énergie mise à galoper après Touvier, Papon et Bousquet et tous ceux qui leur ont un jour vaguement dit bonjour dans l’escalier à empêcher l’arrivée en France des Kouachi et autres Lahouaiej-Bouhlel, on serait bien tranquilles à l’heure actuelle…

    • 29 Août 2016 à 12h08

      Habemousse dit

      J’espère que Causeur fera un article sur les « mesures » votées incognito l’été et qui laisseront des traces dramatiques : le vote du seize juillet, par exemple, qui supprime le statut « d’ayant droit » de la femme.

       « Il ne suffisait pas – suite à un rapport commandé par Najat Vallaud-Belkacem, en 2013 – de dissocier le couple en imposant chacun à hauteur de son propre revenu – ce qui revient, à revenu constant, dans un foyer où la femme n’en perçoit pas, à considérer le mari comme un célibataire -, à favoriser, grâce au contournement du système de la progressivité de l’impôt, les couples à revenu équivalent (en particulier, les Dual Income, No Kids, ainsi appelés aux Etats-Unis) -, d’abaisser drastiquement le quotient familial – qui pénalise la classe moyenne supérieure -, l’État entend maintenant faire cracher au bassinet l’honnête mère de famille pour oser ne pas vouloir rater le premier sourire, les premiers pas, les premiers mots de ses petits. La famille c’est l’ennemie des socialistes. » Caroline Artus

      A part coller aux basques de la gauche, que dit la droite molle ?

      Rien, car moins on en dit et moins on se trompe. 

      • 29 Août 2016 à 12h47

        Fioretto dit

        Juppé s’est exprimé sur le sujet, mais la droite dure au lieu de parler de burkini …

        • 29 Août 2016 à 12h57

          Habemousse dit

          Peut-on savoir, en deux mots, ce qu’il a dit ?
           

        • 29 Août 2016 à 15h43

          Fioretto dit

          Qu’il faut reporter le quotient familial à 2.500

      • 29 Août 2016 à 15h03

        Flo dit

        Habemousse, qu’est ce qui a été voté en catimini ? J’aimerais bien savoir. merci

        • 29 Août 2016 à 19h33

          Habemousse dit

          Je viens de prendre votre message, voici la réponse :

          « »

          http://www.contribuables.org/ 

        • 29 Août 2016 à 19h36

          Habemousse dit

          « alors que le conjoint ayant droit bénéficiait jusqu’à présent gratuitement de la sécurité sociale, il sera désormais soumis à une cotisation deMam80 8 % s’il perçoit des revenus non professionnels (loyers, redevances, dividendes…) d’un montant supérieur à environ 9 650 € par an. Ainsi, la femme au foyer qui touche des loyers au titre de ses biens propres, mais aussi au titre des biens de son mari s’ils sont sous un régime de communauté, paiera désormais une cotisation de 8 % sur la part des revenus qui excède 9 650 €, soi-disant pour financer sa sécurité sociale. Ce qui est pour le moins injuste car, rappelons-le, ces mêmes revenus du patrimoine ont déjà subi 15,5 % de prélèvements sociaux précisément pour financer notre système de protection sociale ! Il s’agit donc, ni plus ni moins, que de la création d’une nouvelle cotisation de 8 % sans aucun droit supplémentaire et sans aucune contrepartie, qui vise avant tout les familles, spécialement celles qui ont choisi d’avoir des enfants et décidé pour cela de valoriser le rôle de la mère au foyer.

           Source : Décret n° 2016-979 du 19 juillet 2016 »  

        • 29 Août 2016 à 19h47

          Habemousse dit

          Si vous ne trouvez pas vous pouvez lire l’article de Caroline Artus sur “BD Voltaire.”

        • 30 Août 2016 à 14h23

          Flo dit

          Merci à vous Habemousse.

    • 29 Août 2016 à 12h05

      Wil dit

      “vous allez voir ! Il y a les J.A.J. [prononcer comme les J.M.J., et non comme jaja…, ndlr], les Jeunes avec Juppé. Et puis Jean-Pierre Raffarin…”
      En parlant de jaja,rien que ça m’aurait donné une irrésistible envie d’éclater d’un rire nerveux,de partir en courant terrifié,de rentrer dans le premier troquet que j’aurais croisé,de me saouler la gueule et de finir en pleurant sur l’épaule de mon voisin de bar en beuglant que ce pays est foutu.

      • 29 Août 2016 à 12h15

        Wil dit

        “…Les Jeunes avec Juppé…”:Si c’est pas un oxymore de manuel de français ça y ressemble.

    • 29 Août 2016 à 11h51

      Fioretto dit

      Alain Juppé ne maîtrise absolument pas le sujet relatif à l’immigration. Ils vient de dire qu’il faut conditionner le regroupement familial au travail. Or c’est déjà le cas, pourtant il devrait le savoir. Donc il promet une réforme qui existe déjà. Bref s’il est élu très probablement, encore 5 ans perdus pour rien faire que des incantations des beau discours. Dommage vraiment dommage qu’une autre personne n’ait pu émerger dans cette campagne.

      • 29 Août 2016 à 15h21

        Simbabbad dit

        “s’il est élu très probablement”

        J’ai des doutes.

        Delors, Balladur, Jospin, Bayrou, Strauss-Kahn… les candidats des médias ne passe jamais le premier tour, et arrivent même rarement jusqu’à l’élection. Il est déjà en perte de vitesse alors que la campagne des primaires ne fait que commencer, et très vite, le grand public qui répond “Juppé” simplement parce qu’on leur a dit “Juppé” va entendre ce qu’il dit, et se détourner de lui.

        Même s’il est désigné du fait du côté censitaire et antidémocratique des primaires, LE sujet de cette primaire, ce sera les coucous de gauche qui s’invitent à la primaire de droite, les sondages les met déjà en avant en montrant que c’est clairement grâce à eux que Juppé est actuellement en tête. S’il est élu avec ça, ce sera le “candidat de droite élu par la gauche”, ce qui sera désastreux pour la motivation des électeurs de droite et sera du pain béni pour Marine Le Pen, Juppé passant alors pour l’incarnation de l’UMPS et la doublure de François Hollande. La campagne de second tour sera ainsi un tremplin formidable pour que l’on ait un quinquennat où le FN sera l’opposant principal à la politique gouvernementale, et comme Juppé va échouer et s’énerver dès qu’on le critique, elle a toutes ses chances en 2022.

        • 29 Août 2016 à 15h24

          Simbabbad dit

          “ne passeNT jamais”, “les sondages les metTENT déjà”, j’ai un problème avec le pluriel aujourd’hui, désolé.