Et c’est ainsi qu’Alain est grand! | Causeur

Et c’est ainsi qu’Alain est grand!

Juppé, de Mont-de-Marsan au mont Parnasse

Publié le 10 juin 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Quand il était enfant, Alain Juppé voulait être Alexandre le Grand et Napoléon. Il y est parvenu. Comme eux, il a conquis un empire. Celui du conformisme.

Alain Juppé sur la plage de La Baule, septembre 2015 (Photo : Citizenside/Caroline Paux)

Alain Juppé est né le 15 août 1945, à 4 heures du matin, à Mont-de-Marsan. Ce jour-là, à cette heure précise, le Soleil flottait dans la constellation du Lion, le Cancer au levant passait à l’horizon, et les Japonais découvraient la voix d’Hirohito, qui leur annonçait la capitulation de l’Empire – où il était 11 heures.

Les années de jeunesse d’Alain Juppé sont de celles qui bâtissent les génies, les fortifient, les augmentent, les propulsent au sommet de leur sommet. Fils d’agriculteurs petits-bourgeois, il grandit dans une province humide et verte comme l’ennui. Son père, grand taiseux, se tait. Sa mère cloître son fiston dans une chambre, le force à travailler. À coups de bec de parapluie, pour lui apprendre à travailler mieux encore, même quand il est premier de la classe. Il fut d’ailleurs toujours premier de la classe.

Toujours malade, aussi. Printemps, été, automne, hiver. On le couvre, on l’emmitonne, on l’emmitoufle. Rien n’y fait. Rhume traînant, angine de mai, grippe estivale. On le roule, le désenroule, le ré-enroule. Dans les écharpes, les cols roulés, les duffle-coats, pur mérinos, cachemires soyeux, velours prudents. En toute saison, été compris. Il en a honte.

L’année de ses dix ans, les anges aux ailes chastes et blondes, qui aiment les petits garçons propres et bien élevés, le visitent. C’est la crise mystique. Alain prie, Alain chante, Alain louange. Emplit son cœur de l’encens qui fume à la messe. Lit Charles Péguy et Jean de la Croix. Cinq ans plus tard, les anges aux ailes blondes et chastes, qui n’aiment pas les boutonneux qui font des cochoncetés dans leur lit, l’abandonnent.

[...]

>>> Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de notre dossier « Juppé : le pire d’entre nous ? »

  • causeur.#36.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 95 - juin 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#36.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Juin 2016 à 15h46

      2HARDEL dit

      @mps ; munstead ; Ali ; mitch07, aussi, d’ailleurs. Et tous les Causeurs de bonne volonté…

      Alors voilà : ce fil a déjà bientôt trois jours.
      Sur Causeur, qui s’agite en tous sens* pour tenir l’actu et faire le buzz, c’est une éternité.
      (* On verra plus bas que je n’écris pas cela sans raison…)
      Bref, il est déjà à l’Institut Médico Légal, ce fil engendré par l’article regrettable d’un certain Vincent Castagno. Un cousin de Castelneau, peut-être, lui aussi en service commandé ? Encadrés par le toujours martial Gil Mihaeli. Je blague…
      {SI CE COMMENTAIRE SAUTE, JE FAIS INTERVENIR LA DGSI. HdeH}
      Donc, merci à vous tous pour votre réaction. Je me sens moins seul.

      Je sais que ça ne se fait pas, mais je vais me citer moi-même.
      Plus bas, j’avais écrit ceci à C. Canse :
      [...] la ligne éditoriale que prend Causeur commence à m’agacer un peu. Voire à me gonfler grave. Je trouve cet acharnement sur Juppé, avant les primaires à droite, concerté et en tir groupé, très déplaisant.
      Car enfin, au risque de paraître un peu simplet, ce qui compte, c’est bien de savoir quel candidat sera présent au second tour contre Marine Le Pen, pour celles et ceux que ce choix rebute.
      Or, je le vois gros comme une montagne, Madame la Patronne et Messieurs les Rédacs chefs sont en train de nous concocter un soutien indéfectible au spermatozoïde qui court dans tout les sens sur ses petites pattes avec son fouet au cul.* (D’où l’astérisque plus haut) Eh ben moi, c’est pas que Juppé m’enchante, loin de là. Mais j’en veux pas, du retour de ce vulgaire.
       

      • 13 Juin 2016 à 16h02

        2HARDEL dit

        Mais je me permets de citer Radagast, aussi :
        Quoiqu’en diront certains , tout acquis à ce nouveau Dieu qu’ils appellent la modernité , nous avons besoin d’hommes ou femmes sinon providentiels du moins remarquables mais l’histoire montrent qu’ils ne se succèdent pas sans interruption.(sinon c’est le gouvernement de “technocrates” , celui dont rêvent Bruxelles et le monde de la finance beurkkkh !)[…]

        Je crois que pour demain il faudrait se satisfaire de ce que j’appelle un brillant second rôle , […] Donc quelqu’un qui pratique la “gouvernance modeste” , qui ne prétendra pas changer la société (la vie …!!!pfff!) mais en recoller les morceaux.
        C’est un rôle qui pourrait être un grand rôle , il y faut quelqu’un d’humble mais talentueux , tout le contraire de l’actuel titulaire dont le seul talent est “de combiner des plans comme un joueur d’échecs” .
        Il devrait non pas arriver avec ses lois toute faites et prêtes à nous être imposées par ordonnances mais une fois arrivé au sommet , recevoir , inviter , écouter , pratiquer ce qu’on nommait sous le Grand Roi “la conversation” et décider ensuite.[…]

        Il devrait aussi pour réussir taper autant sur l’U.E. que sur nos propres défauts et faiblesses […] La France est complexe et les Français difficiles à gouverner. C’est pourquoi chez nous , gouverner doit être un Art et pas une “technique”.
        Je crois que depuis De Gaulle seul Mitterrand l’avait assimilé…
        Qui ? je ne sais pas….ce que je sais en revanche c’est que pour le voir apparaître il faut lui déblayer le terrain… 

        Brillant, Radagast. J’espère ne pas vous avoir trahi. Il m’a bien fallu couper, avec cette limitation du nombre de caractères.

        Et qui voilà ? Henri Guaino ! Il me semble tout droit sorti de votre description.
        Alors, essayons de “lui déblayer le terrain…”
        Il y a du boulot, mais la tâche n’est pas insurmontable.   Et elle est vitale… (2H)    

        • 13 Juin 2016 à 16h11

          2HARDEL dit

          ET MERDRE ! ÉVIDEMMENT, LE 2H N’A RIEN À FAIRE APRÈS VOTRE TEXTE ! 

          Brillant, Radagast.
          J’espère ne pas vous avoir trahi. Il m’a bien fallu couper, avec cette limitation du nombre de caractères.

          Et qui voilà ? Henri Guaino ! Il me semble tout droit sorti de votre description. Alors, essayons de “lui déblayer le terrain…” Il y a du boulot, mais la tâche n’est pas insurmontable. Et elle est vitale pour le pays… 

          PS/ Attention ! Radagast, je ne me permets nullement de m’approprier votre pensée pour soutenir quelqu’un qui n’aurait pas votre suffrage, si j’ose dire…
          Il ne s’agit que de l’ interprétation personnelle que je fais de votre suggestion. 

          Cordialement. (2H) 

        • 13 Juin 2016 à 16h15

          2HARDEL dit

          Me suis planté dans les caractères en italique, semble-t-il. 
          Pardon.  °-( 

      • 13 Juin 2016 à 16h04

        isa dit

        C’est vrai que c’est super gentil et pas vulgaire du tout les propos de hard.

        • 13 Juin 2016 à 16h12

          durru dit

          Isa, vous n’avez pas idée du nombre de gens de droite qui partagent l’avis de 2H. A partir de là, comment dire…

        • 13 Juin 2016 à 16h36

          isa dit

          Y en a même à l’extrême- droite pour voter Le Pen.
          Durru, sincèrement? Je ne voterai pas à primaire, je ne crois plus à rien en matière de politique.
          Mais je sais que Juppé ( avec deux p comme p p) en a ras le bol des réseaux sociaux.

        • 13 Juin 2016 à 16h36

          2HARDEL dit

          TEST ITALIQUES
          Bon on verra bien.

          Isa, je crois simplement à la vivacité des différents niveaux de langage. Ils évitent le ronron et l’ennui.   

          Durru, il me semble au contraire qu’à droite, la gaullophilie, si j’ose dire, est assez mal perçue, et en voie d’extinction, hélas.  

          Et je ne crois pas avoir été, en aucun cas, désagréable ni avec l’une, ni avec l’autre. Pourquoi d’ailleurs, l’aurais-je été ?

          Bon… Cordialement. (2H) 
            

        • 13 Juin 2016 à 18h22

          durru dit

          Ai-je été mal compris? Je parlais de l’excité du bulbe (et pas que). Et de gens de droite, des vrais, sans connotation extrême aucune.

        • 13 Juin 2016 à 18h47

          2HARDEL dit

          Durru ! Merci pour la précision. Effectivement, je n’avais pas compris votre propos. Vous me rassurez. Je me demandais ce que j’avais écrit de mal…
          Comme je n’ai pas compris l’intervention de Isa non plus, je suis resté perplexe. ^¥^
          Et en plus, je suis escagassé par ce bidulophone qui semble vouloir rester en mode italiques quoi que je fasse !
          Bon. J’espère au moins que je suis dans la bonne case,au bon endroit.
          À plus tard, Durru… :-) 

    • 13 Juin 2016 à 14h45

      mitch07 dit

      Ouais! c’est pas bien méchant ,c’est même rigolo tout plein et facile à lire; l’auteur pourrait écrire de la même manière sur tout un chacun.

    • 13 Juin 2016 à 13h00

      mps dit

      je suis d’accord avec munstead : Juppé est un type courageux, je ne vois pas ce que ça apporte de tenter de le démolir dans un article aussi “ras les paquerettes”. Je ne suis pas d’accord avec toutes ses propositions de réforme, mais il y en a beaucoup qui seraient très utiles. Au moins, vu son âge, on peut espérer qu’il ne songera pas à se représenter en 2022, s’il est élu, et qu’il se consacrera vraiment et sans arrière-pensée à réformer notre pays; Rien que pour cela, je pourrais voter pour lui !!

    • 13 Juin 2016 à 12h26

      munstead dit

      Et un article anti-Juppé de plus. Un à chaque parution de Causeur. Quelqu’un tient-il la comptabilité de ces attaques? Quelqu’un recherche-t-il ces petits auteurs prêts à écrire à peu près n’importe quoi, à tremper leur plume dans le fiel et la lie, à insulter (“une mère violente”???), à retourner en négatif chaque épisode de la biographie de la cible? C’est un métier qui reprend apparemment ici du poil de la bête : le polémiste qui tire à tout va. Au XIXe siècle, on le payait bien pour ça, je ne sais pas encore si c’est le cas aujourd’hui, où si la “renommée” due aujourd’hui à l’écrivaillon, au “chroniqueur”, semble suffire à beaucoup.
      Je n’ai jamais beaucoup aimé Juppé, mais quand même, dans le marasme de la droite actuelle, n’est-il pas, avec Lemaire éventuellement, le seul à être à peu près crédible, à avoir des chances incontestables? Quel triste attitude que de vouloir toujours détruire ceux qui se détachent un peu du triste lot des trop nombreux prétendants LR. L’auteur préfère qui? Une Le Pen?

      • 13 Juin 2016 à 13h42

        Ali dit

        Excellent, tout à fait d’accord avec ce commentaire. Merci à munstead et que l’auteur de l’article retourne à son anonymat aigri et haineux. J’attends le prochain Causeur pour voir quel fiel va encore être déversé sur Juppé. Tant de méchanceté y compris au titre de la personnalité et son enfance peut conduire à un effet contraire à celui recherché. De Gaulle , je crois, avait écrit: “tout ce qui est excessif ne vaut pas”.