Alain Finkielkraut, le guetteur mélancolique | Causeur

Alain Finkielkraut, le guetteur mélancolique

Il atteint ses cibles, mais néglige l’irruption de l’inattendu dans l’Histoire

Auteur

Pierre Pachet
est auteur de L'âme bridée. essai sur la Chine aujourd'hui (Le Bruit du temps, 2014) et d'une préface à la réédition de Claude Lefort, Un homme en trop. Réflexions sur L'Archipel du Goulag (Belin/poche, 2015).

Publié le 29 octobre 2015 / Culture

Mots-clés : , ,

Alain Finkielkraut

Innombrables les lecteurs et les auditeurs qui de semaine en semaine, et souvent de jour en jour, suivent ses interventions passionnées. Il s’est donné la charge de considérer notre présent français politico-social et culturel dans des interventions passionnées mais toujours soignées et écrites, inventives et spirituelles, même dans le feu de la parole et du débat, pour lequel il se documente, rassemblant autour de lui notes et citations pertinentes et qui font penser, répliquant à ce qui lui semble faux ou trompeur. Ainsi est-il devenu une sorte de guetteur public inquiet, et qui fait état, avec sincérité ou en renonçant à la pudeur, de son inquiétude tout autant que de ses convictions : « Mon for intérieur, écrit-il, est occupé jusqu’à l’épuisement par une controverse très vive entre l’optimiste et le pessimiste », même si le pessimiste en lui donne souvent l’impression d’avoir le dessus. Le rassemblement de ses chroniques des deux dernières années – avec des notices qui restituent leur contexte – permet utilement d’en juger dans le calme de la lecture et, je crois, de nuancer un peu cette impression en considérant la conception de l’Histoire qui motive ou sous-tend ses diverses réactions et en prenant la mesure du courage qui l’anime et le soutient, lorsqu’il s’exprime à contre-courant de façons de penser ou de dire, que par lassitude ou indifférence on est trop souvent enclin à laisser passer, voire à adopter: ainsi quand il résiste à la tentation de condamner vertueusement François Hollande pour ses fredaines privées, et qu’il argumente de façon répétée en faveur de l’essentielle  distinction entre vie privée et vie publique, si souvent menacée.

[...]

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 22 Novembre 2015 à 20h39

      buble dit

      A l’occasion des 30 ans de l’émission Réplique sur France Culture, Guillaume Erner a reçu le 13 novembre dernier, A. Finkielkraut pour l’exécuter. L’interview est sur la page des Matins de France Culture.
      On se demande comment un animateur de cette radio publique peut en arriver à montrer ses tripes à se point? Non pas que M. Guillaume Erner n’ait pas le droit d’en avoir et de bien pleines, mais pourquoi en avoir infliger le contenu à son auditoire ?
      Depuis le début de sa prise de fonction à la suite de Marc Voinchet, ce monsieur n’a de cesse de trahir son militantisme gauchiste à travers des parti-pris idéologiques sirupeux, mais surtout son piètre professionnalisme en révélant aussi clairement en la circonstance, son désir de se “payer ” la tête de son  invité. Celui-ci a été dès lors convoqué à se défendre et se justifier, au lieu de développer son propos, ses points de vue et s’agissant d’un anniversaire, leur éventuelle évolution.

      M. Erner devrait se rappeler que les règles de base du travail journalistique consistent à mettre en valeur son interlocuteur, de favoriser l’expression de sa pensée et de la faire préciser. Ce qu’attend un auditeur c’est de sortir enrichi d’une émission ou du moins davantage informé et non pas navré d’un spectacle où un cacique médiatique a utilisé son pouvoir pour faire valoir sa belle verdeur moralisante et l’orthodoxie de sa vertu.

      J’avais déjà du mal à écouter France Culture le matin en raison de son climat de bien-pensance auto-satisfait, je ne ferai même plus l’effort de m’aveugler.

    • 10 Novembre 2015 à 13h44

      fredine dit

      Si Alain Finkielkraut et d’autres penseurs suscitent des réactions exacerbées, ce n’est pas de leur seul fait… nous avons trop longtemps été bercés par la pensée unique… le ‘parler correct’… l’égalitarisme hissé en dogme… 
      depuis le 7 janvier le débat devient passionnel alors qu’il devrait être ‘éclairant’… 

    • 2 Novembre 2015 à 10h36

      Mélanippe dit

      Mélanippe dit Nous vivons une ère à la fois passionnante et horrible: l’ère du confusionnisme le plus total. Ecologiste de gauche et d’extrême-droite. Réac de gauche et d’extrême-droite, socialistes antisémites et pro-sémites, catholiques réac de gauche et de droite, défenseur des animaux fachos et de gauche (Charlie Hebdo), des libertaires de droite et de gauche… Je peux remplir la page de quatre mille caractères. Un psychanalyste vous dirait que cela peut s’assimiler à une angoisse de morcellement psychotique. Face à la psychose, il n’y qu’un seul remède: la conscience et le centrage sur la réalité (Connais-toi, toi-même de Socrate). La psychose débouche inévitablement sur le conflit archaïque (en un mot: la guerre et toutes ses horreurs).  

    • 2 Novembre 2015 à 10h34

      Mélanippe dit

      Nous vivons une ère à la fois passionnante et horrible: l’ère du confusionnisme le plus total. Ecologiste de gauche et d’extrême-droite. Réac de gauche et d’extrême-droite, socialistes antisémites et pro-sémites, catholiques réac de gauche et de droite, défenseur des animaux fachos et de gauche (Charlie Hebdo), des libertaires de droite et de gauche… Je peux remplir la page de quatre mille caractères. 

      Un psychanalyste vous dirait que cela peut a une angoisse de morcellement psychotique.

      Face à la psychose, il n’y qu’un seul remède: la conscience et le centrage sur la réalité (Connais-toi, toi-même de Socrate).

      La psychose débouche inévitablement sur le conflit archaïque (en un mot: la guerre et toutes ses horreurs).  
       

    • 1 Novembre 2015 à 19h01

      Félix dit

      Alain Finkielkraut voit tout simplement avec lucidité ce qu’il est en train de se produire en France et que nous paierons lourdement et de façon sanglante dans un proche avenir.

      Un homme l’a dit aussi. Andropov, successeur de Brejnev, qui fit signer à ce dernier l’ordre de marche de l’Armée rouge sur Kaboul alors qu’il était directeur du KGB: “dans les trente ans à venir, le danger, c’est le fondamentalisme islamique”.   

      • 10 Novembre 2015 à 13h40

        fredine dit

        le danger est dans l’affirmation d’être le seul détenteur de la vérité… religieuse, sociale, politique, pédagogique…

    • 1 Novembre 2015 à 13h08

      Mélanippe dit

    • 1 Novembre 2015 à 13h01

      Mélanippe dit

      juifs…

    • 1 Novembre 2015 à 13h01

      Mélanippe dit

      Finkielkraut comme de nombreux juif est confronté a un double-bind. Dois-je m’associer à de “faux amis pour contrer mes ennemis?

      Cette situation est à la fois terrible et passionnante. 

    • 31 Octobre 2015 à 21h23

      i-diogene dit

      C’ est curieux les différents ressentis :

      Je le trouve plutôt conservateur et paternaliste, un tantinet moralisateur.. Pas forcément impartial..

      La bonhomie, c’ est très vendeur par temps turbulents..

    • 31 Octobre 2015 à 19h35

      mogul dit

      Le dithyrambe est un peu pompeux mais ça n’ôte rien à l’intérêt exceptionnel de son sujet.
      Finkielkraut, passionnant à écouter, fascinant à lire, un éclaireur, un phare dans la nuit. Une bouffée d’air frais dans le réduit des pénibles, un éclat de vif argent dans la pénombre des besogneux…

      • 31 Octobre 2015 à 19h46

        Lector dit

        un rien exagéré peut-être. Si la promo du dernier opus me donne envie de le lire, l’avant dernier était bâclé, poussif et poussiéreux ; et pourtant que d’éloges de la part de ses lecteurs causeurs !

        • 31 Octobre 2015 à 19h59

          mogul dit

          Ma critique était un exercice de style ;))

        • 31 Octobre 2015 à 20h07

          Parseval dit

          Son dernier livre n’est qu’une version plus ou moins remaniée d’une sélection de ses chroniques de “l’esprit de l’escalier”.

        • 31 Octobre 2015 à 20h12

          Lector dit

          @M :)

          @P si c’est bien le même dont nous parlons, c’est une explication vu que les chroniques sont très inégales.

      • 31 Octobre 2015 à 19h49

        Lector dit

        au fait Mogul, as-tu retrouvé les documents concernant l’affaire Pilote/Goscinny dont tu parlais en premier post sur le fil de JPB ?

        • 31 Octobre 2015 à 20h05

          mogul dit

          Hélas non ! Je vais revoir ça, mais je suis un geek médiocre :))
          Tout ce dont je me rappelle, c’est que la rédaction de Pilote avait aussi connu son petit mai 68 et que Goscinny, à l’époque rédac-chef, en avait pris pour son grade de la part d’auteurs qui lui devaient pourtant beaucoup.  Et le texte qui concernait Astérix en Corse (sorti vers 73/74) était pour le moins gratiné… 

        • 31 Octobre 2015 à 20h15

          Lector dit

          :D idem ou quasi.

          Je te disais sur l’autre fil que ça me rappelait vaguement qq chose en effet.

          PS Dis, toi qui m’en avais réclamé fut un temps, j’ai dans l’idée que tu as manqué les derniers dessins que j’ai posté sur le fil de BR… pour info… :)

        • 31 Octobre 2015 à 20h19

          mogul dit

          Tiens, un article qui évoque ce dont je te parle. Il me semble d’ailleurs que cet ouvrage a été chroniqué ici même. 
          Par contre, pas de trace du texte sur A en C, mais je continue à chercher… 

        • 31 Octobre 2015 à 20h22

          mogul dit

          Sous le fil de Rayski ?
          Mais je vais aller voir ça tout de suite.

        • 31 Octobre 2015 à 20h28

          Lector dit

          ah merci Mogul ; j’ai beaucoup aimé Astérix mais les dessinateurs cités là plus encore. Ils étaient nos maîtres… j’ai souvent croisé Moebius -nous étions voisins de quartier-, et quelque fois discuté avec lui.

          PS Tu verras c’est en interne pour ainsi dire ; il y en a un aussi sur le fil végétarien de JL.

    • 31 Octobre 2015 à 8h08

      thierryV dit

      De l’epoque des débats intellectuels des années 80, seul A.F reste vraiment présent et mouille sa chemise jour après jour. Les temps ont changés mais ils sont forcément liés.  Cet homme provoque la réflexion et ne se réfugie  pas dans l’abstrait. 
      Nous avons tellement besoin de lui.  

    • 30 Octobre 2015 à 23h51

      cheyenne dit

      Le désir de liberté est toujours là prêt à émerger, mais il est endormi par notre société centrée sur l’individu qui prône le divertissement, le confort et une illusion de liberté . Je trouve que Finkielkraut traite justement ce qui se met en travers de ce désir.

      Lorsque l’on suit l’actualité, notre pensée peut vite s’embourber dans les détails des petites histoires. Finkielkraut parvient  presque toujours à être à la fois dans la vie présente et à prendre le recul qui lui permet d’énoncer une pensée claire et utile  (c’est vrai c’est son métier, mais quand même) chapeau ! . 

    • 30 Octobre 2015 à 19h40

      Mélanippe dit

      Comme le dit bien Finkielkraut. Chacun chez soi. Pour ouvrir des portes, il faut bien des murs (pas de porte sans mur).

    • 30 Octobre 2015 à 19h38

      Mélanippe dit

      “lisa dit Eurabia me paraît plus plausible….”

      L’invasion arabe? Certes Mais celle des States, ce n’est pas mieux (OGM et j’en passe…) 

      • 30 Octobre 2015 à 20h46

        lisa dit

        Ce n’est pas l’invasion arabe, c’est une théorie de Bat ye or, je vous laisse vous renseigner ce sera mieux expliqué !