Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Djihad : après la Syrie, l’Irak

Les islamistes avancent, les Chrétiens fuient

Publié le 13 juin 2014 à 9:00 dans Monde

Mots-clés : , ,

irak jihad iran qaida

La prise de Mossoul, deuxième ville la plus peuplée d’Irak, par les hommes de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL), est une grande victoire pour ce mouvement djihadiste. Depuis le début de l’année 2014, plus de 5000 Irakiens ont été tués dans la guerre civile qui oppose le gouvernement de Bagdad, dominé par les chiites, alliés aux autorités du Kurdistan, quasi-indépendant depuis 2003, et l’insurrection sunnite, qui mêle des nostalgiques du régime de Saddam Hussein, des tribus hostiles au pouvoir central, et des groupes islamistes, comme l’Etat Islamique d’Irak et du Levant, qui a aujourd’hui l’initiative sur tous les fronts.

Un temps affilié à Al-Qaïda, l’EIIL est devenu un puissant mouvement autonome, qui s’étend de la Syrie à l’Irak. Dans les deux pays à la frontière poreuse, il est le plus groupe djihadiste le plus fort, qui impose l’ordre islamique dans les zones qu’il conquiert. Estimé à une dizaine de milliers d’hommes en Syrie, un peu moins en Irak, il attire les nombreuses recrues venues d’Europe : Mehdi Nemmouche, le « loup solitaire », selon la terminologie officielle, du Musée juif de Bruxelles, en aurait grossi les rangs, lors de son séjour guerrier en Syrie.

En Irak, la région du « triangle sunnite » (Falloujah, Ramadi, Tikrit), fief des insurgés sunnites depuis l’invasion américaine du 2003, était en partie contrôlée par l’insurrection depuis mai dernier. Celle-ci pousse maintenant au Nord, mettant en déroute l’armée gouvernementale irakienne, à la valeur militaire inexistante. Après Mossoul, les hommes de l’EIIL menacent de s’emparer de Samara et d’y détruire le mausolée chiite.

Ville sunnite, Mossoul était une cible stratégique pour les rebelles, qui affirment « libérer » la population du régime chiite de Bagdad. On sait que cette « libération » s’est accompagnée d’exactions, de la fuite de 500 000 civils, et de l’évanouissement de la communauté chrétienne locale, qui laisse derrière elle des églises centenaires.

Le pouvoir kurde, disposant de sa propre armée, semble prêt à intervenir pour repousser les rebelles, et en profiter pour étendre son territoire sur Mossoul, historiquement revendiquée par les Kurdes. Le gouvernement de Bagdad s’y refuse, mais n’a plus d’hommes pour imposer son autorité. De leurs côtés, les chrétiens de Qaraqosh ont demandé aux Kurdes de les protéger de la menace imminente des djihadistes. En effet, l’offensive djihadiste met en péril les communautés chrétiennes établies dans la province de Ninive, et en particulier dans la ville de Qaraqosh. Celle-ci, qui compte 50 000 habitants, presque tous de confession syriaque catholique, était un refuge pour les chrétiens qui fuyaient Bagdad ces dernières années.

Onze ans après l’invasion américaine de l’Irak, la situation est pire que jamais. Plaquant leurs représentations idéologiques de « dénazification », les Etats-Unis ont dès leur arrivée détruit la colonne vertébrale du pays, le Parti Baas et l’armée irakienne, en proscrivant leurs membres, qui rejoignirent en masse la rébellion. La démocratisation par le nombre ne pouvait ensuite que donner le pouvoir à la majorité chiite, marginalisant la minorité sunnite, entrée en guerre ouverte contre le gouvernement irakien. Enfin, le djihadisme s’est nourri de ce « choc des civilisations » matérialisé entre Occident et Islam.

Les tardives manœuvres de contre-insurrection, puisées dans les manuels français de Lyautey et de David Galula par le général américain David Petraeus, de 2007 à 2008, limitèrent les dégâts, et scellèrent une alliance improbable entre les militaires américains et certaines tribus sunnites, contre les islamistes. Mais elles n’ont pas réparé des années d’erreurs, ni répondu à la source du problème : la guerre politico-religieuse entre sunnites et chiites. Les djihadistes, exclusivement sunnites, mettent aujourd’hui plus d’énergie à s’attaquer aux hérétiques chiites qu’aux Occidentaux. Dans cette guerre, les Chrétiens d’Irak sont à la fois des victimes collatérales, faciles à rançonner car dépourvues de milices, et des cibles pour les islamistes, qui procèdent à une épuration religieuse. Sur le million de chrétiens qui vivaient en Irak avant 2003, il n’en reste plus que 300 000. Si rien ne change, ils disparaîtront du pays.

Ces derniers événements démontrent, s’il en était encore besoin, combien la « croisade » américaine en Irak fut désastreuse. La vision néoconservatrice, abusée par l’idéologie, s’est durablement écrasée sur les limites humaines, historiques et culturelles de l’Orient compliqué. Toutefois, il convient d’éviter un autre écueil, celui des analphabètes du GUD, qui collèrent il y a quelques années dans les rues de Paris des affiches au slogan inepte : « Chrétiens d’Orient – Et si Saddam avait raison ? ». Il se trouve que le nationalisme arabe, même laïcisant, comme en Irak et en Syrie, n’a jamais considéré les chrétiens comme des citoyens à part entière. Il les tolérait contre leur allégeance au pouvoir, qui demeurait musulman. Le fondateur du parti Baas, Michel Aflak, né grec-orthodoxe puis devenu musulman, préconisait lui aussi cette soumission des chrétiens à l’islam dominant la nation arabe. Défendre des dictatures face à la vague islamiste est compréhensible mais l’aveuglement naïf à leur égard est une faute.

Quant au crime, il résidera, si rien n’est fait, dans l’inaction des chrétiens d’Occident face au drame des chrétiens d’Orient. Comme le résume l’écrivain Sylvain Tesson, dans le dernier numéro du Point,”à la souffrance de ces hommes s’ajoute l’assourdissante indifférence de nos édiles, de nos évêques, lesquels, à force de crier à la discrimination pour tous, ne parviennent même plus à discerner ceux de leurs frères qui la subissent le plus cruellement”.

En revanche, l’inaction américaine dans la lutte contre l’EIIL pourrait être opportune. Face aux djihadistes d’Irak et de Syrie, Washington aurait tout intérêt à « sous-traiter » le combat à des alliés objectifs, qui partagent la nécessité de réduire à l’impuissance l’Etat islamique. Qui ne pense pas à l’Iran?

*Photo : AP/SIPA. AP21581073_000001.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 16 Juin 2014 à 21h47

    eclair dit

    Ce qui est interessant c’est le rapprochement des USA avec l’iran.
    Pourquoi?
    Cela vient des puits de pétrole irakien.
    Si le pétrole irakien n’est plus sur le marché c’est le Krack de l’économie mondial.

    Le pic de pétrole est atteint.  En 2013 la production mondiale de pétrole conventionnel a baissé de 1,5%

     
    http://fortune.fdesouche.com/344069-petrole-hormis-les-non-conventionnels-americains-la-production-mondiale-baisse-en-2013 

  • 14 Juin 2014 à 16h34

    Bibi dit

    Les “russophones” invités à quitter l’Ukraine orientale sont-ils aussi des chrétiens?

    • 15 Juin 2014 à 11h00

      Schiczu dit

      Oui, la comparaison entre la Russie et Al-Qaida tend à relativiser les problèmes ukrainiens. Mais ce n’est pas une raison pour donner carte blanche à Poutine.

  • 14 Juin 2014 à 9h36

    Patrick dit

    Bibi dit – 13 Juin 2014 à 16h09
    Quelle explication à ce silence/censure médiatique?
    Mais voyons Bibi, “il ne faut pas stigmatiser” !

  • 13 Juin 2014 à 18h24

    Lector laetaberis dit

    Soit c’est le non interventionnisme comme en exYougoslavie qui fiche le bordel (ou qui laisse faire, comme du temps de Saddam avec les Kurdes aussi), soit c’est l’invasion bulldozer qui ne fait pas mieux.
    Je crois me souvenir d’un article des cahiers de l’orient ds lequel A. Sfeir parlait à l’époque du “triangle chiite” (en terme de régions); Tikrit Mossoul et la province de Bassora si je ne m’abuse, où étaient concentrées les forces djihadistes.
    C’est ce que voulait l’empire us : localiser le terrorisme islamiste -pas “loger” pour le coup mais créer un territoire de conflit orient/occident au moyen orient ; dans cette “logique” qui veut que la meilleure défense soit l’attaque… au concept nazi de guerre éclaire est venu s’ajouter celui de guerre préventive… super !
    Enfin bref, la seule vérité ds tout ça c’est que ce sont tjrs les peuples qui subissent.
    Alors à quand un article de Jovanovic sur la trahison des élites, dont la vente de notre or etc., puisque l’auteur s’en est fait spécialité.

    PS Ah tenez, il y a aussi une pétition pour le droit d’asile de Snowden en France qu’il faudrait signer à moins que l’on ne soit devenu entièrement des caniches dans l’OTAN.

    • 14 Juin 2014 à 9h51

      Fiorino dit

      Au lieu de donner l’asile à Snowden lisez plutôt le lien d’éclair sur le boycott lancé par les maliens contre la France.

    • 14 Juin 2014 à 14h27

      Attila dit

      Excellente analyse, Lector..

      Sans compter que ce sont les US et l’ occident qui ont armé et conseillé les djihadistes syriens..

      Même stratégie qu’ avec les Talibans..

      La CIA s’ éclate, l’ industrie US et occidentale de l’ armement est prospère, les puits de pétroles sont au taquet de leurs rendements…

      Pffff..

      • 14 Juin 2014 à 16h07

        Fiorino dit

        Ah bon c’est plus le Qatar et l’Arabie Saoudite qui arment les djihadistes ? Et Bachar qui en les a armé entre 2003 et 2007 pour après les faire sortir de taule un max lui n’a rien à se reprocher.

  • 13 Juin 2014 à 15h31

    micoubel dit

    “Sur le million de chrétiens qui vivaient en Irak avant 2003, il n’en reste plus que 300 000. Si rien ne change, ils disparaîtront du pays.” Le silence du pape ne m’étonne pas, depuis 75 ans l’Eglise préfére de se taire! Par contre, le mutisme complet de médias (l’AFP surtout!) sur le sort des chrétiens est difficilement explicable. Evidemment, il est plus facile et “payant” de s’épancher sur les graffitis en Israël!

    • 13 Juin 2014 à 15h41

      Georges dit

      Le Pape en parle souvent, c’est juste que les media ne retranscrivent pas. Tapez “Pape chrétiens d’orient” dans les actualités google…

      • 13 Juin 2014 à 16h09

        Bibi dit

        Quelle explication à ce silence/censure médiatique?

      • 13 Juin 2014 à 16h35

        Georges dit

        Je me pose la même question. J’imagine que personne n’en a rien à faire ?

      • 13 Juin 2014 à 17h46

        _Georges_ dit

        Bibi,

        Vous ne vous attendez tout de même pas que la France se batte pour des factieux homophobes. L’Islam, c’est le progrès efficace, depuis Jules Ferry !

      • 13 Juin 2014 à 18h08

        Bibi dit

        Se battre?! Militer, avancer le sujet, réveiller les consciences… c’est dans ses moyens. Surtout avec ses talentueux dotés de la carte de presse.

      • 14 Juin 2014 à 9h44

        _Georges_ dit

        Vous vous rappelez de cette étude qui montrait que l’orientation “à gauche” dans les écoles de journalisme oscillait entre 98 et .. 100 %. Il n’y a pas un pouvoir et une presse aux ordres. Il y a une corporation qui se presse, dans la servilité, pour faire ce qu’on attend d’elle.

  • 13 Juin 2014 à 13h49

    Bibi dit

    Il y a plusieurs ONG, chrétiennes, druzes (en dénomination, mais avec des volontaires multi-confessionnels) en Israël, qui opèrent en Syrie, au Liban, en Jordanie, et en Irak pour aider les nombreux réfugiés. L’une d’entre elles, par ex., cherche des enfants en besoin de traitement médical impossible là où ils sont, pour les emmener dans des hôpitaux israéliens.
    D’autres collectent et font parvenir des habits, de la nourriture…

    Hormis les aspects géo-politiques-militaires, la démographie est elle aussi bouleversée.
    Silence assourdissant de l’ONU.

    • 13 Juin 2014 à 15h19

      Georges dit

      Quel rapport entre ces ONG (basées en Israel) et le sujet de l’article ?

      • 13 Juin 2014 à 15h46

        Bibi dit

        La situation humanitaire n’est évoquée qu’à travers celle des chrétiens, mais ils ne sont pas les seuls à souffrir. Certaines ONG sont israéliennes en plus d’être basées en Israël, et toutes ont recours à différentes structures israéliennes.
        Et je rappelle l’hôpital militaire israélien à la frontière syrienne, celui là (et les soins dans les hôpitaux vers lesquels il dirige une partie des blessés et des femmes pour accoucher) est aux frais du contribuable israélien.

      • 13 Juin 2014 à 15h53

        Georges dit

        Encore une fois : quel rapport ? Personne ne doute qu’il y a des ONG israéliennes, on ne voit juste pas le rapport avec les chrétiens d’orient.

        On dirait que vous faites une sorte de pub tout à fait incongrue.

      • 13 Juin 2014 à 16h06

        Bibi dit

        On y soigne aussi des chrétiens. Ceux d’Israël, les seuls à ne pas subir le sort de leurs frères et sœurs, font du lobbying pour davantage d’actions israéliennes.
        Mais si vous avez des problèmes de vue, il y a un ophtalmo à Damas qui vous soignera.

      • 13 Juin 2014 à 16h38

        Georges dit

        Je ne vois pas trop le but de votre laïus. Si vous avez envie de dire qu’Israël est avenant et hospitalier avec les chrétiens d’orient, ne vous en privez pas.

      • 13 Juin 2014 à 17h41

        Bibi dit

        C’est vrai qu’Israël est le seul état du MO où les chrétiens et les musulmans et plusieurs autres religions prospèrent. Mais je souligne que l’on aide toute personne, quelle que soit sa religion/ethnie (et son opinion vis à vis d’Israël).

        Elle rend si aveugle, l’animosité?

      • 13 Juin 2014 à 18h17

        Georges dit

        Super, je gage que les chrétiens d’orient fuyant l’Irak sont très heureux de savoir qu’Israel prospère avec plusieurs religions.

        Retournez au plus vite chez votre opticien damascène, ça urge.

      • 13 Juin 2014 à 18h33

        Bibi dit

        De toute évidence, votre sectarisme vous prive des facultés dont est dotée toute personne normalement constituée.

      • 14 Juin 2014 à 14h09

        Georges dit

        La paille et la poutre n’a jamais été aussi bien illustrée.

      • 14 Juin 2014 à 14h45

        Bibi dit

        Ça m’attriste. C’est votre œil droit qui souffre de la paille et le gauche de la poutre a atteint ou vice versa?

      • 14 Juin 2014 à 15h35

        Georges dit

        Faible, très faible :)

      • 14 Juin 2014 à 16h03

        Bibi dit

        Ah, là c’est une petite poudre qu’il vous faut pour vous renforcer.
        Attention au paillasson!

      • 14 Juin 2014 à 17h32

        Georges dit

        Décidément, vous vous enfoncez.

      • 14 Juin 2014 à 19h17

        Bibi dit

        Vos fantasmes ne vous aident pas.

      • 15 Juin 2014 à 10h26

        Georges dit

        De pire en pire.

  • 13 Juin 2014 à 13h20

    Ralph K.Krüger dit

  • 13 Juin 2014 à 11h56

    kersablen dit

    Merci qui ? Merci les USA qui leurs a apporté la Démocratie .

    • 13 Juin 2014 à 12h22

      Patrick dit

      Plus précisément : “merci dobbelyoubouch(erie)”.
      S’il a un minimum de conscience, il doit éprouver de sacrés regrets;

      • 13 Juin 2014 à 12h30

        Bibi dit

        Ne surtout pas exiger autant de l’actuel POTUS.

      • 13 Juin 2014 à 12h34

        Parseval dit

        Obabush ?

  • 13 Juin 2014 à 10h54

    Bibi dit

    Voici comment l’EIIL célèbre la prise de Ninive, à la frontière syro-irakienne: à bas la frontière Sykes-Picot, Allah hu Akbar!
    Il y a aussi #SykesPicotOver.
    http://www.youtube.com/watch?v=uiLGoU5jUgo

  • 13 Juin 2014 à 10h52

    eclair dit

    l’erreur fondamentale comme en afghanistan.
     Cela a été de ne pas mettre assez de soldats.
    Il aurait fallut un soldat pour 50 à 100 habitants minimum. 

    L’intervention américaine c’était 1 pour 200 à 300!  

  • 13 Juin 2014 à 10h29

    Prince Murat dit

    Il est bien évident que les pays occidentaux doivent absolument éviter de se mêler de ce conflit chiites/sunnites !
    Ce qui me fait doucement rigoler, c’est de me souvenir de l’époque, il y a deux ou trois ans, où j’intervenais déjà sur des sites de discussions, alors que ce conflit qui enflamme tout le Moyen-Orient était totalement ignoré, dénié, par la plupart des médias et des journalistes.
    La France n’est plus un pays chrétien, elle n’accueillera donc pas un million de réfugiés chrétiens d’Irak et de Syrie.
    La question principale, c’est : qui, les sunnites ou les chiites, sont les plus dangereux pour les pays occidentaux et Israël ?
    Dans l’immédiat, et à première vue, les sunnites, parce qu’ils utilisent l’arme des faibles : le terrorisme… et, à titre indicatif, en France, nos immigrés sont sunnites.
    Mais, les chiites, eux, préparent une bombe atomique !

    • 13 Juin 2014 à 10h33

      eclair dit

      @murat
      pour la bombe, il y a une grosse hypocrisie.
      Qui est plu susceptible d’utiliser la bombe l’iran ou le pakistan 

      • 13 Juin 2014 à 11h31

        Prince Murat dit

        En principe, comme tous les adversaires en disposent, le danger n’existe plus… sauf, erreur, folie ou accident… !
        En Irak, les américains avaient choisi de laisser un gouvernement chiite…pour autant qu’ils aient compris grand chose au problème !

  • 13 Juin 2014 à 10h26

    Tchitchikov dit

    Lyautey comme Tocqueville et Felix Potin, on y revient, on y reviendra…

  • 13 Juin 2014 à 10h09

    Bibi dit

    La guerre politico-religieuse entre sunnites et chiites n’est pas LA source du problème, elle est l’une des facettes du problème posé il y a même pas un siècle par les puissances coloniales, dont la France.
    L’intervention américaine n’a pas amélioré les choses, loin de là, mais faire endosser la responsabilité au seul oncle Sam est malhonnête.

    Quant à Ayatollaland, il a autant de chances de s’écrouler que de s’en sortir stable.

    Les chrétiens d’Occident semblent un peu moins faibles que ceux d’Orient. En tout cas pas en mesure de mobiliser les ONG des droits de l’homme. Merci Durban!

    • 13 Juin 2014 à 12h20

      thd o dit

      Les puissances coloniales ont bon dos.

      Mais l’imbrication des populations, qui est la vraie source du problème, date de bien avant leur influence. Comme dans les Balkans, d’ailleurs.

      • 13 Juin 2014 à 13h05

        Bibi dit

        Les frontières artificielles n’ont pas seulement séparé des zones qui avaient été sous la domination d’une tribu/ethnie/religion, mais également obligé des rivaux “depuis la nuit des temps” à cohabiter sous une législation centrale souvent en opposition avec leur valeurs respectives. Les luttes de pouvoir n’ont pas cessé, et les chefs de ces états, soit étrangers imposés soit minoritaires qui se sont imposés, ont eu recours à des méthodes sanguinaires pour se maintenir au pouvoir, y compris le jeu sur les divisions. Et cette excellente Cause unificatrice, la haine de l’entité sioniste.

  • 13 Juin 2014 à 9h39

    paulau dit

    Merci les Américains. Partout où vous allez , il y a la m….. .