Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

L’air de la calomnie : même si on perd, on gagne à tous les coups

Publié le 10 décembre 2012 à 11:12 dans Brèves Politique

Mots-clés : , ,

Supposons, rien qu’une seconde, que Jérôme Cahuzac soit la victime innocente de calomniateurs, et que son compte bancaire migrateur de Genève à Singapour n’ait pas plus d’existence que le monstre du Loch Ness. Comme nous vivons dans un Etat de droit, il ne fait aucun doute, dans cette hypothèse, que les corbeaux à carte de presse seront sévèrement punis, et que le ministre délégué au budget obtiendra réparation morale et matérielle pour le préjudice subi. Cela, c’est la théorie, bien éloignée de la réalité.

Pendant que la justice, saisie par le calomnié, va se mettre en mouvement avec une sage lenteur, et se prononcer sur la plainte de Cahuzac contre Mediapart dans six mois, au plus tôt, le ministre est entré dans l’ère du soupçon à son égard. Comme il ne peut pas apporter immédiatement la preuve d’une non existence – qui le pourrait ?- les sbires d’Edwy Plenel peuvent plastronner à loisir. La rumeur court, court, comme dans l’aria célèbre du Barbier de Séville où l’on voit le pauvre diable, sous cette arme redoutable, tomber terrassé (bis). À supposer que la XVIIème Chambre correctionnelle du TGI de Paris condamne Mediapart dans cette affaire, elle ne serait pas close pour autant, car cet organe de presse en ligne interjetterait appel, ce qui permettra à la rumeur de continuer à se répandre. Et si c’est nécessaire, on ira en Cassation et, avant que la Cour ne se prononce, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts.

La fortune politique des socialistes, et par conséquent celle de Cahuzac aura peut-être tourné et, comme diraient les Allemands, on ne s’intéressera alors qu’au nouveau cochon qui s’est échappé dans les rues du village. La réparation, si elle a lieu, ne réparera rien du tout car survenant hors délais : le temps politique et le temps judiciaire ne marchent pas au même rythme. Peut-être serait-il judicieux de légaliser à nouveau la pratique du duel, qui dissuaderait les calomniateurs, généralement dépourvus de courage physique, de se livrer à leur petit jeu de massacre à sens unique.

Si Jérôme Cahuzac est un menteur, mettons que je n’ai rien dit.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 11 Décembre 2012 à 10h54

    Pierdec dit

    Ce sont ces mêmes personnes qui adorent l’ambiguïté de la présomption d’innocence en désignant le conducteur multirécidiviste qui a dans le coffre de sa voiture une jeune fille de 16 ans comme “le présumé responsable de l’enlèvement” et qui n’ont aucune gène à utiliser des moyens douteux pour ruiner définitivement l’honneur d’un homme et sa carrière avant même qu’il ait pu être suspecté par la police ou la justice d’être coupable.
    Cherchez l’erreur!   

  • 11 Décembre 2012 à 0h39

    PORFIRIODIAZ dit

    Dans les coups tordus Plenel n’est pas loin, c’est ce qui me gène le plus. Un homme si peu fiable adoubé par un public de dévots 
    Je ne me prononcerai nullement sur le fond, mais pourquoi Cahuzac ne serait-il pas un honnête homme. Après tout à droite comme á gauche on peut trouver des politiciens honnêtes, même si ce n’est pas leur première vertu 

  • 10 Décembre 2012 à 22h40

    Mani dit

    Eric Woerth aurait été ravi qu’autant de personnes courent à son secours au nom de la présomption d’innocence quand Médiapart et d’autres se sont attaqués à lui sans jamais apporter de preuves concluantes.

  • 10 Décembre 2012 à 16h10

    Vassili Tchouïkov dit

    Le duel est tout à fait inutile.
    Il suffirait, avec un minimum de courage, que les magistrats appliquent la loi.
    Et plutôt, que de protéger furieusement la vie, soi-disant privée, des stars du people, les tribunaux mettent enfin au pas ceux qui ont fait de l’usage de la calomnie un bizness modèle.
    Il y a quand même dans cette affaire un côté savoureux. Comment, un imposteur comme Édwy Plenel, fossoyeur du journal le Monde a-t-il pu ainsi se refaire une virginité, et se présenter aujourd’hui comme un défenseur de la morale?
    On aura tout vu !
    Mais, depuis cinq ans, dans la mesure où il s’était fait une spécialité de s’attaquer à Nicolas Sarkozy, toute la petite gauche trouvait ça merveilleux.
    Avez-vous entendu une seule voix, dans le camp du futur président normal pour condamner l’invraisemblable opération « Kadhafi » entre les deux tours ?
    La fin justifie les moyens, n’est-ce pas ?
    Et bien, aujourd’hui, c’est pour eux. Chacun son tour.
    Et ça n’est que le début.

    • 10 Décembre 2012 à 18h55

      Bibi dit

      Da, Tovaritch.
      Toute révolution populaire a besoin de gardiens et d’aboyeurs.
        

  • 10 Décembre 2012 à 12h20

    Patrick Mandon dit

    « Peut-être serait-il judicieux de légaliser à nouveau la pratique du duel ». Ce serait parfaitement inutile, puisque si l’on veut se battre en duel ( je suis, pour ma part, favorable à cette « tragédie de l’honneur »), il suffit de trouver un terrain privé, où se trouveront les témoins des duellistes, un médecin et une ambulance (éventuellement un croque-mort, si l’ambulance n’est plus utile). Les règles n’ont pas changé, qui laisse le choix à l’offensé d’interrompre le combat « au premier sang », ou de le poursuivre. C’est ainsi que Gaston Deferre et René Ribière s’affrontèrent durement, et que Deferre sortit vainqueur, après avoir touché deux fois son adversaire. Et c’est encore de cette manière que le marquis de Cuevas et Serge Lifar choisirent de régler leur différent. Mais ce duel-là fut plus tranquille : Serge Lifar, bien plus jeune que son adversaire, ne poussa nullement son avantage physique. Les deux hommes se réconcilièrent après les premiers soins portés à Lifar, dont on pense qu’il se laissa égratigner. Tout de même, il faut du cran pour se risquer devant une lame ! On sait que M. Cahuzac pratique la boxe : étant l’offensé, il a le choix des armes. Qu’il convoque donc son calomniateur sur un ring.

    • 10 Décembre 2012 à 19h19

      F14Claude dit

      Il serait en effet assez agréable de voir Cahuzac casser la gueule à Plenel.
      Ça ne devrait pas lui poser trop de problème et ça requinquerait sûrement Woerth.

  • 10 Décembre 2012 à 12h18

    L'Ours dit

    Bravo!

  • 10 Décembre 2012 à 11h44

    elise dit

    d’accord avec votre suggestion de légaliser le duel…de la calomnie on ne se remet jamais vraiment.

  • 10 Décembre 2012 à 11h26

    l’oiseau bleu dit

    J’accorde bien volontiers à Monsieur Cahuzac la présomption d’innocence. 
    Mais nos média ne faisaient pas la fine bouche lorsque Mediapart s’attaquait à des personnalités de l’ancienne majorité.