Afrique du Sud: les Boers et l’argent des Boers | Causeur

Afrique du Sud: les Boers et l’argent des Boers

L’ANC de plus en plus contesté

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.

Publié le 30 décembre 2015 / Monde Politique

Mots-clés : , , , , ,

Afrique du Sud ANC Julius Malema

La colère gronde en Afrique du Sud. Depuis septembre dernier, des milliers d’étudiants défilent dans les rues pour défendre leur droit d’accès à l’Université. Leur slogan : #Feesmustfall (les prix d’inscription doivent baisser). Le mouvement étudiant pourrait toutefois s’étendre. L’ANC, parti au pouvoir depuis la fin de l’apartheid, pourrait faire les frais d’une action perçue comme étant de plus en plus au service d’une classe dirigeante. L’enjeu est considérable : le gouvernement avait annoncé une hausse de 10,5% des frais de scolarité. Selon des chiffres révélés par Le Monde, pour Witwatersrand, la plus prestigieuse université du pays, ces frais seraient passés de 29.620 rands (1930 euros) à 58.140 rands (3.800 euros) dans un pays où le salaire moyen d’un employé équivaut à 140 euros par mois. C’est beaucoup pour ce pays où 42 millions de Noirs (sur une population de 53 millions) avaient des attentes bien différentes quand la nation « arc-en-ciel » a remplacé l’apartheid.

Pour tenter de faire plier le gouvernement, les étudiants ont marché sur Pretoria, la capitale politique du pays. Arrivés devant le siège du gouvernement, les jeunes qui n’ont pas connu l’apartheid  (les « born free ») ont interpellé le président sud-africain Jacob Zuma. C’est la police qui a répondu à coup de grenades étourdissantes et de gaz lacrymogènes. Depuis, le président Jacob Zuma a cédé. Les frais de scolarité n’augmenteront pas en 2016, ils vont donc rester très élevés et non pas très, très, très élevés… Mais dans le pays, la contestation est profonde et dépasse largement la question du ticket d’entrée à l’Université.

Au début des années 1990, à la fin de l’apartheid, l’Afrique du Sud avait la classe moyenne noire la plus importante au monde après les Etats-Unis. Un quart de siècle plus tard, un récent sondage a toutefois établi que les Noirs, 80% de la population, se partagent 3% des richesses nationales. La majorité est touchée par un chômage élevé (25,2% en 2013) et la pauvreté. Parti au pouvoir indéboulonnable, symbole de la fin de l’apartheid et de la présidence de Nelson Mandela, l’ANC pourrait pourtant voir sa légitimité vaciller. Pour Samadoda Fikeni, analyste politique interrogé par la BBC, les actuels dirigeants ne peuvent plus faire face aux transformations radicales du pays : « Sans convictions politiques, ils font le minimum nécessaire, se préoccupant avant tout du maintien de leur niveau de vie. » Et cet immobilisme pourrait donner naissance à un mouvement de contestation de plus grande ampleur.

Dès ce lundi, Julius Malema, le leader d’une partie dissidente de l’ANC, le Economic Freedom Fighters (EFF), a demandé la « nationalisation des mines », rapporte un reporter de la BBC. L’ancien président des Jeune de l’ANC, expulsé du parti en 2012 pour avoir « semé la discorde », a par ailleurs demandé aux banques l’arrêt du prélèvement de frais bancaires pour les pauvres et les personnes âgées. Déterminé à mettre en place une « véritable justice économique », Malema avait déclaré en novembre dernier : « Nous sommes sérieux, nous voulons pleinement profiter de notre économie. Nous sommes fatigués du bavardage et de la théorie, nous voulons passer à l’action. Il faut que chaque entreprise explique comment elle compte corriger les inégalités de notre économie. » Le succès du leader, très contesté au sein de la classe politique et souvent qualifié de populiste1 aux dernières élections générales – sa formation devient le troisième parti du pays avec 6,4 % des voix en mai 2014 – témoigne d’un malaise social profond.

Il y a quelques semaines le président sud-africain Jacob Zuma a limogé son ministre des finances Nhlanhla Nene, qu’il a lui-même nommé après les élections de 2014, le remplaçant par un député peu connu. La manœuvre – presqu’unanimement condamnée comme une tentative de se débarrasser d’un homme qui empêche le pillage du budget national – a crée un tel tollé (et une chute vertigineuse de la monnaie) que Zuma a rapidement changé d’avis, et nommé à ce poste clé Pravin Gordhan, un ancien ministre expérimenté qui a déjà eu la charge de ce portefeuille entre 2009 et 2014. Ce rétropédalage – peu de temps après son revirement concernant les frais de scolarité – n’a pas arrangé les choses. Il y a quelques jours, l’agence de notation Fitch a encore abaissé la note de la dette sud-africaine. La raison principale du risque accru – et donc du prix plus élevé du financement – sont les prévisions de croissance faible : 1,4% cette année, 1,7%  en 2016. Or, le pays a besoin d’une croissance annuelle de l’ordre de 7% pour créer un nombre d’emplois à la hauteur de la forte dynamique démographique de la société sud-africaine, où naissent chaque année plus d’un million d’enfants 2.

*Photo : SIPA.AP21813689_000005.

  1. …et condamné deux fois pour incitation à la haine, après avoir chanté une chanson appelant à tuer les Boers et dit, à propos d’une femme qui accusait le président Zuma de viol, « elle a dû bien s’amuser ».
  2. 25% de plus qu’en France pour une population moins importante de 20%.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Janvier 2016 à 23h49

      walkyrie dit

      La preuve que les guignols au pouvoir se fichent complètement du peuple. Car changer d’avis sous la pression prouve que les mesures prises étaient soit bidons, soit de pure propagande comme sait en faire l’anc. Ca prouve aussi que la fin est proche. Et que ça va dégénérer en guerre civile. les paris sont ouverts d’autant qu’on y est déjà avec les problèmes que connaissent les Boers là-bas.

    • 1 Janvier 2016 à 19h39

      pacharli dit

      Apartheid est typiquement un mot sidérant répulsif de la novlangue (Cf POLEMIA)
      En pratique l’apartheid (sans majuscule) se révèle avoir été plutôt bénéfique, même si déplorable selon nos “critères” de jugement actuels en France.
      A-t-on le droit de ré-écrire l’histoire en permanence selon la mode du moment ? (encore Orwell…)
      Les noirs vivaient bien mieux du temps de la Rhodésie blanche que maintenant. Je préfère le pragmatisme de Cécil Rhodes à la folie de Mugabé. La séparation a du bien si elle évite le conflit, le meurtre, le massacre.
      Enfin, on trouve en effet beaucoup d’humanistes et de démocrates opposés à l’apartheid d’ADS mais le pratiquant chez eux (Staline, Mao, Pol pot, Castro etc… ) ; apartheid de classe sinon de race.

    • 1 Janvier 2016 à 13h34

      Franc tireur dit

      à Monsieur parcharli je réponds :L’Apartheid n’était pas diabolisé par les communistes, seulement, mais diabolisé par beaucoup de démocrates et d’humanistes, et diabolisé ce n’est pas bien car cela veut dire que l’on rendait négatif quelque chose de bien, hors ce n’était pas bien, c’était une saloperie, un système inventé par des gens racistes. Maintenant ce que font les Noirs au pouvoir c’est autre chose et là je partage ce que dit radagast. L’avenir des Blancs n’est pas du tout assuré en Afrique du Sud, et quand on va massacrer des Blancs on ne dire rien ici, en France. Je ne  sais pas pourquoi j’en suis certain.

      • 1 Janvier 2016 à 17h26

        pacharli dit

        Le racisme est omniprésent chez les noirs, entre eux : ils se haïssent, et se massacrent.
        Bien plus que les blancs qui eux seraient plutôt condescendants que racistes. Ils éprouvaient cependant le besoin de se protéger de cette violence africaine qui a explosé en Rhodésie par exemple, à l’encontre des fermiers blancs…
        Depuis la fin de l’apartheid, la durée de vie moyenne des noirs a diminué de 15 ans, les violences racistes entre noirs explosent.
        Partout en France les blancs de souche déménagent pour quitter les quartiers colonisés par les immigrés africains (noirs, gris, musulmans) et orientaux, les mêmes blancs évitent de prendre le métro sur certaines lignes (rames remplies de noirs). Un apartheid par évitement se développe de plus en plus ; ne l’avez vous pas constaté ??? Que dire des USA et de bien d’autres pays ou un apartheid spontané se met en place (Washington et Bethesda par exemple). Allez donc vivre quelques années en Guadeloupe et on en reparle…

    • 1 Janvier 2016 à 10h21

      radagast dit

      On en revient toujours à un problème de culture , certains diront d’identité .
      A la lecture de l’article on retire l’idée que l’Afrique du Sud était un pays riche , mais conçu et administré “à l’occidentale” par des Blancs .
      Les Noirs , si intelligents soient-ils , ne voient pas les choses de la même façon et sont incapables de maintenir les structures dont ils ont hérité parce qu’ils n’ont pas le bagage culturel idoine.
      Les mêmes différences culturelles se posent à l’Europe des je ne sais plus combien , (et aussi semble t’il les mêmes utopies démographiques )
      Et on ose encore nous parler de “village global”…

    • 31 Décembre 2015 à 21h02

      salaison dit

      EN SOMME….. “l’argent du beurre, et le beurre….”
      sans préjuger de l’Appartheid….. !) 

    • 31 Décembre 2015 à 19h30

      pacharli dit

      En résumé le sort de la population s’est aggravé de façon colossale. L’apartheid, diabolisé par les communistes n’était pas si néfaste. Depuis le racisme flambe entre noirs ANC, métis, Zulus, immigrés brûlés vifs et contre les blancs, les indiens.
      Cela pose la question de l’aptitude des noirs à diriger un pays. Retour progressif de l’Afrique à ses meurs ancestraux : que de souffrances en perspectives : Rwanda puissance 10.
      Protégeons l’Europe de cette importation.

    • 31 Décembre 2015 à 16h27

      netrick dit

      En Rhodésie, mon père avait électrifié les chemins de fer ( les plus performants d’Afrique à l’époque ), créé une école d’ingénieurs ou étaient admis blancs et 
      noirs, hommes et femmes. Modernisé et sécurisé les installations électriques des mines de cuivre. Aujourd’hui Mugabe a laissé tout cela partir en friches pour placer ses copains incompétents ou vendre le tout aux Chinois pour 3 sous. 

    • 31 Décembre 2015 à 15h16

      Naif dit

      Comme d’habitude lorsqu’on dénonce un système comme l’apartheid en afrique du sud ou en rhodésie on ne s’occupe pas de savoir ce que l’on met à la place.

    • 31 Décembre 2015 à 13h55

      salaison dit

      qu’en dit….. Mugabe ?    ;;;;
      ah oui c’est vrai……………………………!!!!! 

    • 31 Décembre 2015 à 8h21

      steed59 dit

      pour qui connait un peu ce pays, c’est une véritable bombe à retardement. Les instances internationales “aident” l’ANC du mieux qu’ils peuvent (si l’afsud était traitée comme n’importe quel pays d’amérique latine, les valeurs de sa dette et de sa monnaie ne vaudraient plus rien, alors que c’est le premier producteur d’or mondial), et les dirigeants de l’ANC le savent bien et continuent à piller l’Etat – pourtant riche, grâce aux ressources minières – sans vergogne. Ils savent que si ils tombent, un régime de type Mugabe s’installera, et l’afsud va se zimbabwiser.

      • 31 Décembre 2015 à 15h17

        Naif dit

        Est ce qu’un jour les gens qui ont mis en place un système aussi corrompu que celui ci seront jugés ? Il y a peu de chance mais ne faisons pas d’amalgame…

    • 30 Décembre 2015 à 19h07

      thd o dit

      Un taux de fertilité trop élevé, et de plus mal équilibré : les blancs sont à 1,6 enfants par femme, alors qu’en tout le pays est à 2,4 enfants par femme.

      Et cela se voit sur le pourcentage de chaque groupe dans la population :

      https://en.wikipedia.org/wiki/Demographics_of_South_Africa#Racial_composition_of_each_age_group

      plus sans doute l’effet de l’immigration.

      La démographie africaine est un problème important, qu’ils vont généreusement attribuer à l’ensemble de la planète après coup…Espérons qu’ils prennent de bonnes résolutions pour l’an prochain.

      • 30 Décembre 2015 à 19h19

        Fioretto dit

        L’indice de fécondité en Afrique du sud est pratiquement le plus bas d’Afrique.

        • 31 Décembre 2015 à 11h02

          Ex Abrupto dit

          C’est donc encore pire!!!!