Affaires à répétition: comment donner raison à Marine Le Pen | Causeur

Affaires à répétition: comment donner raison à Marine Le Pen

Pour mieux faire élire Macron?

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 28 février 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Marine Le Pen en meeting à Nantes, février 2017. SIPA. AP22019635_000001

Emmanuel Todd avait parlé de « flash totalitaire » au moment de l’organisation par le pouvoir socialiste des manifestations contre les massacres de Charlie hebdo et de l’Hyper Cacher en janvier 2015. Cette façon de qualifier fut accueilli par un violent concert de désapprobation. Cela aurait pourtant mérité discussion, surtout à la lumière des jours qui ont suivi. Cette expression fait aujourd’hui un retour fracassant, pour qualifier le comportement hallucinant d’un système aux abois. Une presse aux ordres, à la fois de ses patrons oligarques et du pouvoir d’État, fait la promotion d’un télévangéliste sorti de nulle part, et affublé de tous les attributs de ce que les Français ne supportent plus. Ayant connu toutes les élections présidentielles depuis 1965 je n’ai jamais vu un tel déferlement de propagande. Et je n’ai jamais assisté non plus à une telle instrumentalisation de la justice et de la police à des fins directement politiciennes.

La création de l’urgence

Avec esprit de responsabilité les Français sont restés stoïques face à la catastrophe démocratique et politique de la présidence Hollande, s’en remettant pour s’en débarrasser à l’élection la plus importante des institutions de la Ve République. Ils constatent effarés toute une série de manipulations visant à confisquer ce scrutin, pour faire élire Emmanuel Macron à la faveur d’un deuxième tour contre Marine Le Pen. Manipulations qui utilisent sans vergogne les services de l’État dont beaucoup abandonnent une neutralité qui devrait pourtant leur être constitutive.

On a déjà dit ce qu’il fallait penser de la crédibilité et de l’impartialité du Parquet national financier (PNF), pas seulement à cause du rôle qu’il a joué dans l’opération anti-Fillon, ou de l’incroyable acharnement vis-à-vis de Nicolas Sarkozy mais aussi du peu d’empressement à intervenir dès lors qu’il s’agissait de proches du chef de l’État. De ce point de vue, le Pôle financier qui de son côté assure l’instruction n’est pas en reste. On aura compris l’utilité du renvoi en pleine période électorale de Nicolas Sarkozy en correctionnelle, qui ne présentait pourtant aucune urgence. Il fallait fermer la porte à un plan B Sarkozien après le déclenchement du bombardement de François Fillon. On aura également compris l’utilité, dans la perspective du deuxième tour, d’affaiblir Marine Le Pen en déclenchant contre elle et son entourage des rafales d’actes de procédure qui eux non plus ne présentaient pourtant aucune urgence.

Que l’on comprenne bien, le propos n’est pas de considérer que François Fillon n’a rien à se reprocher, ou que le Front national est exempt de tout agissement à caractère pénal. Le problème est que cette accélération à ce moment-là d’affaires anciennes poursuit un but politique évident : empêcher le débat de fond. À tout prix. Prenons l’exemple de la transmission aux duettistes du Monde, amis du pouvoir, de pièces de procédure couvertes par le secret. Cette transmission effectuée par des fonctionnaires chargés de veiller à son respect est un manquement doublé d’une infraction pénale gravissime. Et puis, la phrase rituelle : « la justice doit passer, il n’y a pas de trêve » est une hypocrisie destinée à justifier toutes les manipulations. Des procédures pour des affaires ou des faits anciens ne sont marquées d’aucune urgence et peuvent évidemment être suspendues pendant une campagne électorale présidentielle. À titre d’exemple, la publication des lettres d’observations des Chambres régionales des Comptes, sur la gestion des collectivités locales est interdite 6 mois avant les élections locales. Justement pour éviter les manipulations.

Et Marine Le Pen devint victime…

Et ce qui est paradoxal, c’est qu’ainsi le Front national, présenté comme une organisation pré-fasciste, peut prendre la posture de victime de l’arbitraire, et sa candidate se positionner en défenseur des libertés publiques. Parce que sur les deux derniers incidents, intervenus la semaine dernière, c’est Marine Le Pen qui avait raison.

Tout d’abord, pour faire bon poids après perquisitions, gardes à vue et mise en examen spectaculaires et médiatisés, la police judiciaire s’est permis de convoquer une parlementaire couverte par son immunité. Comment peut-on considérer que cette convocation illégale soit légitime et que le refus de Marine Le Pen d’y déférer soit un scandale ? L’immunité parlementaire est une protection accordée aux représentants du peuple régulièrement élus, face à l’arbitraire dont pourrait faire preuve le pouvoir en place. Cette inviolabilité est tout simplement une liberté publique fondamentale, que la police judiciaire, sur ordre, et pour faire du buzz, s’apprêtait à violer. C’est donc bien la candidate du Front national qui en la circonstance l’a défendue. Il convient de féliciter les ânes bâtés qui lui ont offert cette opportunité.

Il y a ensuite le discours de Nantes où Marine Le Pen a dit précisément ceci : «les fonctionnaires à qui un personnel politique aux abois demande d’utiliser les pouvoirs de l’Etat pour surveiller les opposants ou organiser à leur encontre des persécutions, des coups tordus ou des cabales». «Dans quelques semaines ce pouvoir politique aura été balayé, mais ces fonctionnaires devront assumer le poids de ces méthodes illégales et ils mettent en jeu leur propre responsabilité. »

Droit dans le mur

Eh bien, Marine Le Pen fait simplement, et à sa façon, brutale, référence à la loi française. Et elle rappelle aux fonctionnaires leur devoir, en leur précisant fermement qu’en cas de violation de celui-ci leur responsabilité serait engagée. C’est en particulier à l’article 25 du statut de la fonction publique qui met à la charge du fonctionnaire un devoir d’obéissance. Une seule exception est prévue, si l’ordre « est manifestement illégal ». Cela veut dire que tout fonctionnaire qui accepte en connaissance de cause de commettre un acte en exécution d’un ordre illégal engage sa responsabilité. Pénale si l’acte en question consiste en une infraction prévue au code pénal, simplement professionnelle si ce n’est pas le cas. Cette question de « l’ordre manifestement illégal » a donné lieu à une importante jurisprudence pénale et administrative. L’essentiel de ces décisions ont été consécutives à des procédures engagées après des alternances qu’elles soient locales ou nationales. Prenons à nouveau l’exemple de l’infraction pénale, celle-là incontestable, commise ces dernières semaines, qui a consisté à fournir aux duettistes du Monde des éléments de procédure frappées du plus strict secret professionnel. Comme l’a relevé Éric Dupont Moretti, on peut penser que cela ne peut être le fait que des policiers chargés de l’enquête, ou des magistrats du PNF. Une fois les responsabilités éventuelles établies, il serait normal que la justice pénale et les procédures disciplinaires suivent leur cours. Une plainte a été déposée par François Fillon, on peut gager qu’elle ne connaîtra dans l’immédiat aucune suite mais il serait légitime, si celui-ci devenait président de la République, qu’il demande à son garde des Sceaux « que la justice passe sans désemparer ».

Qualifier cet appel à la responsabilité des fonctionnaires de volonté d’épuration n’est pas sérieux. Mais il est reçu comme tel au sein des couches populaires par tous ceux qui sont en rage et ne supportent plus l’arrogance irresponsable de la cohorte qui rêve de garder ses places dans le sillage du télévangéliste. Encore bravo d’avoir permis à nouveau à Marine Le Pen de jouer sur le velours.

Hypnotisés par Macron et Le Pen, Fillon est atone, Mélenchon mutique, Hamon à l’ouest, et tous les autres inaudibles. La voiture n’a plus de frein, pas d’airbag, l’accélérateur est coincé, et on fonce vers le mur.

Frédéric Lordon a choisi une métaphore marine« Voguons donc avec entrain vers un deuxième tour tant espéré, qui ne nous laissera que le choix de la candidate de l’extrême droite et du candidat qui fera nécessairement advenir l’extrême droite ».

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Mars 2017 à 23h41

      Mi-Kha dit

      quoi qu’il en soit, elle a moins de casseroles au cul que les autres

    • 4 Mars 2017 à 15h50

      i-diogene dit

      Régis de Castelnau est particulièrement partial et occulte bien des aspects sur la convocation par la police..:

      - que ce soit une convocation pour “affaire vous concernant”, ou une convocation en “audition libre”, RIEN n’ interdit de convoquer un parlementaire..!

      - le parlementaire a toujours la possibilité de refuser en faisant valoir son immunité..

      - cette convocation est destinée à faire progresser l’ enquête, et dans le cas d’ un parlementaire, ne peut déboucher sur aucune mise en examen.. Puisqu’il n’ y pas de levée de l’ immunité parlementaire..

      Donc deux cas:

      - soit le parlementaire veut faire progresser l’ affaire en se rendant volontairement à la convocation,

      - soit il veut ralentir l’ affaire et fait jouer son immunité..

      … La conclusion du choix de MLP est évidente..!^^

      • 4 Mars 2017 à 15h56

        steed59 dit

        bin voyons et quand Castelnau défonce fillon au début il est merveilleux;

        - qu’un juge décide de convoquer un parlementaire, il a le droit sauf à considérer qu’il méprise le principe constitutionnel de l’immunité parlementaire qu’il connaît parfaitement et s’asseyant dessus préalablement. Qui méprise qui dans ce cas ? En plus en faisant ça il sait très bien que c’est l’accusé qui endosse le mauvais rôle car il sait que l’immunité parlementaire est mal vu dans l’opinion. Qui est “populiste” dans ce cas ?
        Ensuite en politique ils savent très bien que la présomption de culpabilité prévaut dans l’opinion, il n’y a qu’à voir les commentaires nombreux qui l’ont déjà condamné.

    • 4 Mars 2017 à 5h57

      Pol&Mic dit

      “Cette expression fait aujourd’hui un retour fracassant, pour qualifier le comportement hallucinant d’un système aux abois. Une presse aux ordres, à la fois de ses patrons oligarques et du pouvoir d’État”…..
      …CQFD
      C’est de plus en plus VRAI Hélas ! surtout en ce qui concerne la Presse !

    • 3 Mars 2017 à 15h23

      isa dit

      Je reviens d’un déjeuner très aviné avec Guy.
      Il vous adresse toute son amitié. 

    • 3 Mars 2017 à 7h42

      QUIDAM II dit

      Autre judiciarisation aberrante et grotesque :
      Répondant à Jean-Jacques Bourdin qui comparait le Groupe Etat Islamique (DAESH) et le Front Nationale, Marine Le Pen, pour montrer toute l’absurdité de cette comparaison ignoble, avait publié plusieurs photos montrant des cadavres de victimes de Daesh.
      À la demande de la justice française, les députés européens ont levé ce jeudi 2 mars l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour « diffusion d’images violentes ».
      Parfait exemple d’infantilisation des citoyens français qu’il faudrait préserver de la réalité…

      • 4 Mars 2017 à 15h59

        steed59 dit

        hier en allant chercher régulièrement mon clope au tabac près de chez moi, j’ai été choqué par l’image d’un enfant intubé, et ça m’a extrêmement choqué. Non pas à cause de l’image en elle-même mais parce que l’un de mes enfants a longtemps été intubé pour des raison médicales et ce n’était pas à cause du tabac

    • 3 Mars 2017 à 3h27

      Cracker causeur dit

      Voilà un papier rafraîchissant dans cette atmosphère de régime de la terreur.
      Parce que non, personne n’est dupe, et oui, ils se tirent une balle dans le pied.
      Je ne serais pas étonné si Marine Le Pen gagnait quelques points après cette ridicule affaire de photos de daesh (comme si le FN faisait la promotion de ces barbares !).

    • 3 Mars 2017 à 1h30

      Noumounke dit

      Imagine-t-on un seul instant ce qu’on dirait si, lors d’élections en Russie, les deux principaux opposants au pouvoir et leurs proches étaient convoqués tous les deux jours par la police et les juges ? Eh bien, c’est ce qui se passe en France !
      Magistrats et journalistes se font la courte échelle. Les médias louent les jugements et les actions politiquement correctes des juges. Les juges apportent à manger aux médias en feuilletonisant les « affaires ». Pour le grand malheur du peuple qui se voit priver de la liberté d’être informé, de la possibilité de décider à travers ses représentants, et même de les choisir librement.

      À bas la dictature médiatico-judiciaire !

      Jean Yves Le Gallou

      Que dire de plus !

    • 2 Mars 2017 à 16h06

      jo1934edunom dit

      Article excellent , comme toujours avec Régis de Castelnau !
      La réalité est inquiétante, savoir que l’on n’est pas seul à penser ce qu’e l’on pense a un effet rassurant.
      Merci, M.de Castelnau, pour vos analyses politico-juridiques éclairantes !

    • 2 Mars 2017 à 7h37

      Pol&Mic dit

      ce SERA la “réponse”

    • 1 Mars 2017 à 18h10

      laveriter dit

      Trop fort Causeur, il y a quelque année le FN on ne voulait pas entendre parler , trop antisémite au temps du patriarche, aujourd’hui on soutient la fille qui n’est plus que islamophobe donc c’est devenu un parti fréquentable. On voit que mme Lévy et que certain de ces confrères savent vous laver le cerveau. A bon entendeur

      • 1 Mars 2017 à 18h58

        AGF dit

        En effet. Les racailles islamonazies soutenues et encouragées par une gauche soumise et complice de TOUS les actes de terrorisme qu’il vaut mieux encore avoir MLP au pouvoir pour protéger ce qui reste de France en France.

      • 2 Mars 2017 à 23h32

        Elfax751 dit

        Cerveau lavé toi-même, et tordu(*) en plus!
        Esprit(?)confus et analphabète épargnes-nous ton mépris!
        (*)Gauche = tordu, déviant, de travers, etc.

    • 1 Mars 2017 à 17h06

      ERVEFEL dit

      Régis de Castelnau est hanté toutes les nuits par l’apocalypse MLP et le matin il nous raconte ses angoisses dans les récits de ses nuits cauchemardesques dans les quels il marque à chaque fois son point Godwin en concluant chacun de ses écrits par une reductio ad marinum.
      Que va t-il faire quand il s’éveillera et qu’il réalisera que son traumatisme est en train de devenir réalité?
      En tout cas la peur est toujours mauvaise conseillère.  

    • 1 Mars 2017 à 13h24

      C. Canse dit

      Et la droite, résiste !

      Et maintenant, sur BFM, on donne plus la parole à l’extrème-droite qui va s’allier à la gauche macaronique,hamonique ou ammonite et mélanchonique afin que la droite soit flinguée en meute. 

      Donc les droitistes, décidez-vous !

      Si vous ne voulez pas de Macron, dès le PREMIER TOUR, votez et faites voter François FILLON !

       

    • 1 Mars 2017 à 12h50

      C. Canse dit

      Bien. Fillon reste. La droite résiste !
      Il était temps.

      Que Fillon présente enfin son programme et qu’accessoirement, ses amis expliquent la différence entre Loi, le seul outil qui unit tous les français et morale, un truc individuel qui varie selon l’éducation, l’instruction, la philosophie, les options politiques etc.

      Un exemple : pour un jeune conducteur le taux d’alcoolémie légal est inférieur à celui d’un conducteur confirmé : c’est la Loi.
      Condamner plus sévèrement, en raison de sa profession,  un conducteur expérimenté parce qu’il donnerait “le mauvais exemple”, c’est de la morale. Et c’est inacceptable car cela introduirait une différence entre les citoyens égaux devant la loi en raison de leur profession. 

    • 1 Mars 2017 à 12h08

      Danny Wolf dit

      En fait de démocratie , MLP qui a tété le lait de son père et l’a secondé toute sa vie , il est logique de penser que pour cette dernière la démocratie est un concept judeo-maçonique dégénéré . En effet le papa a bien déclaré que l’occupation nazie n ‘ avait pas été bien cruelle , et Marine a bien assisté à un bal d ‘ anciens SS

       http://leplus.nouvelobs.com/contribution/317700-le-pen-et-les-neo-nazis-autrichiens-le-bal-de-la-honte-et-la-tentation-du-fascisme.html

       Son père s ‘il n’ avait pas été trop jeune aurait fini la guerre , mort ou vif , sur le front de l ‘Est en uniforme noir, vu son tempérament.. Donc pas d ‘illusion , Marine le Pen est une sympathisante nazie , bien qu ‘elle ai lu Machiavel , et qu ‘elle a bien compris son message : Point n ‘est besoin que le prince soit vertueux , l ‘important est qu’ on le croit tel .

    • 1 Mars 2017 à 10h58

      Roturier dit

      N’importe quoi ; il n’y avait aucun plan B ; certainement pas sarkozien (à la rigueur, juppéiste ; et encore…) et donc déférer Sarko, actuellement, devant le tribunal correctionnel n’a aucune conséquence politique ou électorale.

      Et vu que les faits reprochés à Sarkozy (affaire Bygmalion) remontent à la campagne électorale de 2011-2012, alors qu’il est justiciable comme un autre depuis sa défaite en mai 2012, il n’y a aucune précipitation judiciaire non plus.
      Plutôt une lenteur.

      Dire « (les) duettistes du Monde, amis du pouvoir » est une fumisterie. Lhomme et Davet ont contribué, peut-être plus que quiconque, à la déconfiture de Hollande. Amis de quel pouvoir ?

      Tout le reste est à l’avenant ; n’importe quoi.

      La démocratie française va droit dans le mur en klaxonnant certes ; mais tout se passe conformément aux règles….démocratiques.
      Ce ne serait pas la première démocratie à se suicider.