Affaire Leonarda : L’émotion illégitime | Causeur

Affaire Leonarda : L’émotion illégitime

Un fiasco politique, une faillite médiatique, aussi

Publié le 23 octobre 2013 / Politique

Mots-clés : , , ,

leonarda dibrani hollande

On a beaucoup glosé sur l’attitude désastreuse de François Hollande pendant l’ubuesque affaire Leonarda du week-end passé. Caricatural dans l’ambiguïté et la pusillanimité, ces deux vertus cardinales du hollandisme, le Président de la République, devant des millions de spectateurs hallucinés, a réussi l’incroyable exploit de se mettre à dos à la fois la gauche morale et la droite décomplexée.

Le « fiasco », a titré Le Figaro, une « faillite politique » renchérissait l’éditorial sans pitié d’Alexis Brezet. C’est aussi une faillite médiatique.

En effet, à qui la faute ? Qui met en avant les épiphénomènes, qui tend le micro à des adolescents shootés à l’indignation hesselienne, qui se soumet implacablement à la dictature de l’émotion ? Qui demande son avis à Valérie Trierweiler ? Qui organise de manière délibérée la confrontation du dirigeant de la cinquième puissance mondiale avec une gamine de 15 ans?

Les médias, et en particulier les chaines d’info continue, ont une responsabilité terrible dans cette affaire. En mettant en place une véritable téléréalité politique qui met au même niveau l’allocution du Président et les éructations d’un voyou kosovar1, BFM-TV et I-Télé se sont rendues complices d’un crime contre l’autorité.

Ces chaines d’« actualité en temps réel » nous ont fait subir en boucle l’interview pathétique et interminable de la famille Dibrani, entre gémissements d’enfants et élucubrations incompréhensibles de parents parlant à peine le français. Pire, elles ont volontairement mis sur le même plan la déclaration officielle de la plus haute instance de la République avec les provocations insensées de Leonarda qui répond en direct au président : « je reviendrai et c’est moi qui va faire la loi ».

L’affaire Leonarda est l’emballement médiatique de trop. Plus qu’une dérive de la fonction présidentielle, elle illustre les dévoiements d’un journalisme sensationnaliste, esclave du présentisme spectaculaire et de la culture compassionnelle.

Ce journalisme qui érige les taupinières anecdotiques  en montagnes polémiques, participe volontairement à ce que Castoriadis appelait « la montée de l’insignifiance ».  Les politiques, acteurs désormais secondaires, sont obligés (surtout quand ils sont faibles) de céder au rythme effréné du show médiatique.

« L’événement sera notre maitre intérieur » écrivait Emmanuel Mounier : le rôle du journaliste n’est pas de se prostituer à n’importe quel événement, mais d’accompagner en spectateur engagé ce qui mérite notre attention. Cette affaire-là ne la méritait pas.

*Photo : PLAVEVSKI ALEKSANDAR/SIPA. 00667685_000006.

  1. Je pèse mes mots : menteur, voleur, fraudeur et violent le père de Leonarda n’a rien du portrait martyrologique du sans-papier idéalisé par les sans-frontiéristes

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Octobre 2013 à 20h08

      Duglandal dit

      Les enfants de woerth seront ils autorisés à venir terminer leurs études en france ?

    • 26 Octobre 2013 à 10h32

      paulau dit

        Je dois respecter l’Autre ( le sans papier ). Mais pour cet Autre je suis moi même l’Autre, donc il doit me respecter, et respecter mes lois ,en particulier celles qui concernent l’immigration.

    • 25 Octobre 2013 à 10h21

      durendal dit

      Cet évènement a montré la nullité des médias, des journalistes, des politiques français, et l’hypocrisie de la mafia gauchiste.
      Que le chef de l’état (hollande n’est qu’une larve) se soit abaissé à répondre à cette famille de parasites rom, est un scandale.
      L’état n’existe plus en France, je n’ai plus aucune confiance dans ces politiques mafieux et lâches. Leur intérêt est personnel et non la France.
      Mon vote va se décaler très à droite, avant que mon pays ne sombre dans la guerre civile.

    • 24 Octobre 2013 à 17h13

      ThS dit

      …nous indigner à propos de ce voyou ?
      Ce n’est justement pas le sujet.

    • 24 Octobre 2013 à 17h10

      ThS dit

      Le fait que le père soit ou non un voyou n’a rien à voir à l’affaire. L’évoquer affaiblit un peu le propos, en fait.
      Cet aspect “fait-divers”, ou encore moral (à la noix), est justement ce que vous condamnez – fort justement par ailleurs.
      Devrions-nous nous “indigner” à propos de ce voyou ?

    • 24 Octobre 2013 à 15h29

      Pierre Robes dit

      je pense que la grève du FOOT va prendre la place de l affaire Leonarda dans nos medias ….pendant ce temps Woerth , Dassault Bolloré , Balkany et autres voyous continuent dans le silence absolu des medias leurs exactions quotidiennes …vivement que la grève du foot se termine et que l on retrouve un couple de jumeaux dans un congélateur ou l otite mal soignée de Lara Fabian ……

    • 24 Octobre 2013 à 13h15

      laborie dit

      Merde! on apprend que des proxos roumains ont encore frappé. On peut plus leur faire confiance décidément !!…

    • 23 Octobre 2013 à 22h07

      Lector laetaberis dit

      je le remets en VO : Brutti, Sporchi e Cattivi

      http://www.youtube.com/watch?v=f7wOKUhpv_g

    • 23 Octobre 2013 à 21h56

      Flo dit

      Vla ty pas que Leonarda a une soeur dans la Meuse et qu’elle pourrait y aller !

      Hollande n’a pas fini de manger son chapeau.  

      • 23 Octobre 2013 à 22h03

        Lector laetaberis dit

        hahaha, décidément !

        suis resté bloqué sur la photo en chapeau de l’article… :

        http://www.youtube.com/watch?v=GME_IgpfWlk

        • 23 Octobre 2013 à 22h46

          Flo dit

          Effectivement, c’est ça . Affreux, sales et méchants. Quel film !

        • 23 Octobre 2013 à 22h48

          Lector laetaberis dit

          la ressemblance est frappante non ? Le film m’est revenu en mémoire de suite !

    • 23 Octobre 2013 à 19h11

      Etoile Vesper dit

      La vraie question intéressante dans cette histoire, c’est : combien cette famille installée en France illégalement pendant 5 ans tous frais payés a-t-elle coûté aux contribuables français ? Et combien sont-ils à profiter de cette manne ? 
      Mais il ne se trouve pas UN SEUL JOURNALISTE pour nous donner cette information, pas UN SEUL JOURNALISTE pour faire courageusement SON BOULOT. 

      • 23 Octobre 2013 à 20h37

        Judith dit

        Hum, je dirais 64000 par an, c’est à dire le nombre demandeurs d’asile dont la requête  n’est pas accordée dans les 6 mois (en attente expulsion ou issue des recours). 
        Le Guen l’a dit  indirectement : si cette famille avait été exemplaire  (sans reproches) elle aurait été régularisée ! nous dit-il ravi de sa réplique. Voilà qui en dit long sur la condition du droit d’asile  liée au statut de réfugié politique: on s’en fout, ça ne compte pas, le réfugié économique  y a droit aussi. 
        Le choix de la famille n’est pas une maladresse, ceux que le PS expulse sont tous comme eux, des indésirables.  

        • 23 Octobre 2013 à 20h45

          Judith dit

          Bon aujourd’hui, il faut sans doute compter triple.
          Si les candidats clandestins qui ne répondent pas au droit d’asile   apprennent à quel point il est facile de s’imposer longtemps que, ce longtemps,  facilite ensuiteb la regularisation et que tout ce que l’on risque c’est un geste régalien du Président, on risque d’en voir débarquer un paquet. 

    • 23 Octobre 2013 à 15h54

      Pierre Robes dit

      je me fous du foot comme de ma première Rolex …
      mais le QATAR m intéresse …
      personne pour nous en dire plus …je sais pas moi …
      des centaines de nepalais morts sur les chantiers du Footbuisness …
      pas un envoyé spécial sur place, pourtant si j’en juge par les 130 dépêchés près de Leonarda on n’en manque pas en France ….
      .le climat …c est surement le climat qui empêche nos fins limiers de se rendre dans ce paradis ….
      ouais ..ça doit être ça!

      • 23 Octobre 2013 à 16h00

        Patrick dit

        Il y fait tellement chaud… Dans tous les sens du terme.
        Vous en connaissez beaucoup, des journalistes qui, arrivés là-bas, se font prendre leur passeport et ne pourront plus quitter le pays ?

    • 23 Octobre 2013 à 15h19

      IMHO dit

      Il y a un remède simple à ce mal, qui est le silence .
      Si Valls et Hollande s’étaient tus, les médias se seraient vite lassés de soliloquer . Le silence est d’or .
      Je crois que François Hollande devrait renvoyer ses conseillers en com et s’acheter un recueil de vieux proverbes, comme ” Trop gratter cuit, trop parler nuit “

      • 23 Octobre 2013 à 15h21

        Marie dit

        Pourtant il a chois un ancien journaliste si mes souvenirs sont bons :)

    • 23 Octobre 2013 à 15h11

      L’endormi dit

      Très bien dit et pas d’accord avec Guenièvre. Non, ce n’est pas “un peu facile de se décharger sur les journalistes”, parce que a) elle ne dénonce pas LES journalistes, mais certains qui en ont manifestement trop fait b) pourquoi les journalistes auraient-ils un droit exclusif, extraterrestre, (commercial?) à l’irresponsabilité et à l’impunité? Au-delà de l’affaire Léonarda, il y a là un problème de fond qui certes ne date pas d’hier mais qui a pris dans ce cas-ci des proportions réellement préoccupantes.

      • 23 Octobre 2013 à 15h25

        Marie dit

        Je partage votre avis , depuis des lustres les médias se réfugient derrière les lecteurs ou auditeurs téléspectateurs , en disant on fait ce que les gens veulent voir! un peu facile , et c’est certainement moins fatiguant que de travailler les sujets , après la disparition des lecteurs ils verrons à terme la disparition des autres qui en ont ras le bol de la manière dont ils hiérarchisent les sujets!Rien sur ce qui se passe à l’internationale sauf au Kosvo, ça devient lourd;

        • 23 Octobre 2013 à 18h22

          NIETZSCHE dit

          D’accord avec vous et avec “l’Endormi”.
          Le problème de fond reste en attente . Pourquoi l’Europe ne fait-elle pas son travail et ne met pas les états membres devant leurs responsabilités ? Les règles européennes ne permettent pas à la Roumanie , à la Bulgarie , au Kosovo ,entre autres ,  de “refiler” leurs problèmes au voisin. Léonarda est davantage victime de la politique – ou de l’absence de politique – de son pays et de l’attitude de sa famille – prendre appui sur la scolarisation des enfants pour s’incruster et non pas s’intégrer – que de Manuel Valls et de la politique d’immigration de la France. Du coup , sa cause devient moins sympathique – d’autant que son attitude ne l’est guère – même s’il faut reconnaître que l’interpellation d’une gamine en milieu scolaire est éminemment discutable , voire inadmissible.
           Alors , je veux bien qu’on s’indigne , qu’on manifeste – même si cela va jusqu’à l’absurde : proclamer que “Franco serait fier de Manuel Valls” ,  il faut oser! Mais une telle mobilisation , c’est facile , c’est romantique , ça ne mange pas de pain.
           Et pendant ce temps , la crise continue , on compte les cadavres à Lampedusa , les ouvriers qui perdent leur emploi en France et ailleurs – en Bretagne  ils en viennent aux mains , c’est atrocement lamentable – , l’évasion et la fraude fiscales nous privent chaque année de dizaines de milliards d’ € , bref les sujets d’indignation , les vrais , prospèrent et ne manquent pas  , mais sont nettement moins “sexy” et ne sauraient faire l’objet d’une “manif pour tous” !   
           Dommage … 

    • 23 Octobre 2013 à 15h09

      Boomer dit

      Étrange article. Résumons : 

      Ce serait donc le “journaliste” qui doit faire la distinction entre “n’importe quel” événement, qui doit “accompagner ” son lecteur, qui se doit d’être un “spectateur engagé” et qui doit décider ce qui “mérite l’attention”.  C’est exactement ce dont était convaincue la rédaction de la Pravda à la suite de Tchernobil (et précédemment…) .

      On voit là un journalisme français typiquement assigné à la continuation de la direction morale initiée par nos parents, et ensuite nos maîtres.  Les chiens de garde chers à Nizan,

      On peut voir là une nostalgie du journalisme de l’époque ORTF et à vocation d’encadrement de la parole publique.  Et on peut mieux comprendre pourquoi les saloperies de la guerre d’Algérie par exemple, durent attendre, pour être connues, que les Éditions de Minuit fassent à leur place le travail d’enquête des journalistes, plutôt que des éditoriaux à commentaires moraux.

      Au contraire ce fût une belle claque que reçue là le président français, lorsque celle à qui il s’adressait tout de même, lui répliqua : «Jamais sans ma famille».

      Ce n’est pas aux médias français à s’engluer dans un journalisme de connivence qui s’explique sans doute par le niveau de subvention publique effarant qu’il reçoit et qui n’est pas dépassé sans doute dans aucune autre démocratie libérale. Ceci sans doute expliquant cela.     

    • 23 Octobre 2013 à 13h11

      thdo dit

      La politique des peurs, ce n’est pas bien :

      http://alerte-environnement.fr/2013/10/22/jose-bove-et-la-politique-des-peurs/

      Bonus : “Vous trouvez pas qu’il a des traits ravagés ? C’est le roquefort bio ?”

      • 23 Octobre 2013 à 13h35

        Georges Saval dit

        Oui, c’est très curieux comme les mêmes qui reprochent au FN de surfer sur les peurs en sont les premiers manipulateurs. Jamais dénoncés deux-là.
        C’est que, comprenez-vous, les peurs des écolos sont toutes fondées et altruistes, généreuses, alors que les peurs du français en perte d’identité ne sont que fantasmes injustifiés, rances, moisis et nauséabonds…

        • 23 Octobre 2013 à 14h04

          silco dit

          Plus dure sera la chute….