Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Accusé Bedos, levez-vous !

À banaliseur, banaliseurs et demi…

Publié le 09 janvier 2013 à 16:05 dans Société

Mots-clés : , ,

nicolas bedos collectifdom

Ça y est, ils ont (res)sorti leur matraque. « Ils », ce sont les antiracistes autoproclamés, dirigeants d’associations qui prospèrent sur le lit des discriminations, de la xénophobie et autres pestes noires dont l’impossible éradication signerait la fin de leur fructueux fonds de commerce. Cette fois, nul « néo-réac » n’est mis à l’index, nul « néo-facho » imaginaire cloué au pilori pour avoir « dérapé » au-delà des bornes étroites du pluralisme autorisé. Non,  l’association CollectifDom porte plainte pour injures raciales contre le degauche Nicolas Bedos, coupable de chroniques acides, complaisamment publiées sur le site de Marianne, publication qu’il faut désormais ajouter à la liste des « blanchisseurs » d’idées nauséabondes. Qu’est-il donc arrivé au dramaturge tombé dans la marmite cathodique dès l’âge de la puberté ? Aurait-il abusé de lectures interdites, adhéré à on-ne-sait quelle doctrine racialiste pour tuer le père ? Bedos-Günther-Chamberlain même combat ?

Que nenni, l’humoriste a simplement fait son travail et commis le crime impardonnable de vouloir… faire rire. Deux textes sont en cause. Le premier, « Indolence insulaire », met en scène une famille d’odieux beaufs normands électeurs de l’UMP qui croise le chemin du chroniqueur en vacances aux Antilles. Le seul personnage positif de l’histoire s’appelle Gilles, guadeloupéen guide de son état qui exaspère le narrateur par son éloquence par trop ostentatoire. Ce dernier, amer, achève son récit en s’exclamant : « Enculé de Nègre », rehaussant ainsi le prestige de sa victime.  Nicolas Bedos n’aime rien tant que de s’en prendre à lui-même, son masochisme textuel dépassant même son anticopéisme viscéral qui lui fait dépeindre la clientèle de l’UMP comme une clique de beaufs avachis dans leur suffisance cocardière.  À ce jour, aucune fédération UMP normande n’a assigné Bedos en justice pour protester contre sa déplaisante caricature : mauvais perdant, mauvais public, les Dupont Lajoie sortent laminés de l’apologue, loin derrière le portrait flatteur du régional de l’étape. Il n’empêche, l’ « indolence insulaire » de Gilles, expression qui nourrit nombre de blagues corses, ne passe pas davantage aux yeux de CollectifDom.

Passons au second objet du scandale. Un récit autofictionnel intitulé « Un voyage en Chirac ». Avant que le narrateur ne se métamorphose en un ancien président gâteux et  incontinent, il dresse le bilan de ses vacances antillaises, non sans écorner sa chère et tendre au passage : « ma tendre fiancée qui, la veille, déguisée en nudiste, fredonnait du Jean Ferrat sur une plage d’autochtones oisifs, enfonçait désormais ses ongles sur l’application Bourse.com de son iPhone 5 ». « Autochtones oisifs » : les dés sont jetés pour CollectifDom, dont les porte-paroles “ne nie(nt) pas que ce soit de l’humour, mais parle(nt) d’humour néfaste”. Traduisez : on peut rire de tout sauf des Antillais, des Maghrébins, des Syriens en guerre, des Mayas mauvais augures, etc.

C’est donc l’usage « nauséabond » – un adjectif à inscrire en lettres d’or dans les futures annales de la répression médiatique – de clichés « racistes » qui est reproché à Bedos fils. Après un mauvais procès en antisémitisme dénoncé ici même par Elisabeth Lévy, l’impétueux chansonnier est accusé de faire le lit de la DOMophobie, sinon de la négrophobie. À tout saigneur, tout honneur…

J’ignore quel est l’âge moyen des animateurs du CollectifDom, mais mon petit doigt me dit qu’à la différence de votre serviteur, ils ont dépassé le quart de siècle. En ce cas, ils peuvent se rafraîchir la mémoire sans passer par Youtube : dans les années 70, Sophie Daumier et un certain Guy Bedos moquaient des franchouillards en vacances au Maroc, ce pays « plein d’Arabes » ! Sans aller jusqu’à invoquer les mânes du regretté Desproges, dont un sketch devenu culte commençait par ces mots : « On me dit que des Juifs se sont cachés dans la salle… » , on peut citer le précédent Timsit. Au début de la décennie 1990, alors qu’il incarnait un odieux garagiste, sa saillie « Les trisomiques, c’est comme les crevettes, tout est bon sauf la tête ! » lui valut l’opprobre des associations de défense des handicapés mentaux. Après des excuses répétées, Patrick Timsit se rendit au Canossa de l’humour en accumulant les comédies insipides.

Couardise ? Réalisme, répondront certains. Le courageux mais pas téméraire Stéphane Guillon a même théorisé le deux poids deux mesures qui a cours dans l’humour : pour ne pas subir de menaces judiciaires ou physiques, n’injurions personne, sinon l’homme blanc, octogénaire et catholique, a fortiori s’il loge au Vatican et tend l’autre joue.

À la conjuration de ceux qui l’accusent de « banaliser » le racisme en s’en gaussant, Nicolas Bedos a vaillamment répondu : “Il est temps, une bonne fois pour toute, que l’on fasse le procès de ces associations qui n’ont rien d’autre à foutre que d’emmerder des comiques, des rigoleurs, des amuseurs et des petits Molières de supérette.”

On pourrait ajouter qu’à voir des racistes là où il n’y en a pas, ce sont les vrais racistes qu’on banalise. L’humour noir- qu’on devrait derechef rebaptiser humour de couleur- en a vu d’autres. D’outre-tombe, ce n’est pas André Breton qui nous dira le contraire. Si la plainte du CollectifDom n’était pas classée sans suite, la jurisprudence Guillon ferait florès. Bien plus qu’une atteinte à la liberté d’expression, ce serait un crime contre l’humour. Messieurs les censeurs, nos zygomatiques ne vous le pardonneraient pas !

*Photo : Semaine critique.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

93

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 11 Janvier 2013 à 7h19

    Fiorino dit

    @ bibi
    Non je crois que c’est bien un problème de loi, d’ailleurs les lois antiracistes on fait l’object de plusieurs revisions pour augmenter les peines la dernière en date me semble avoir été porté par lellouche. Aux USA il me semble qu’il n’existe pas des telles lois.

    • 11 Janvier 2013 à 8h39

      Bibi dit

      Regardez comment vous interprétez ces lois: antiracistes? Plutôt anti-négationnistes, non?

      • 11 Janvier 2013 à 8h42

        Fiorino dit

        Mais je crois que la loi gayssot considère le négationnisme de la shoah comme une forme de racisme (c’est qui est d’ailleurs vraie à mon avis), en Italie ou aux USA il y a pas des lois contre le négationnisme, par contre il y a une loi en italie contre les propos racistes mais elle est rarement utilisée et surtout pas pour combattre le négationnisme ça serait simplement irrecevable. Elle s’applique uniquement pour les propos direct contre une personne physique (insultes racistes etc).

      • 11 Janvier 2013 à 9h04

        Bibi dit

        Il y a la loi, les décrets d’application, la jurisprudence, et la perception.

  • 11 Janvier 2013 à 7h13

    quadpater dit

    Non rassurez-vous Sophie, car le jour de l’Égalité Humain-Animal les hommes se comporteront comme des porcs et les femmes comme des chiennes.

    • 11 Janvier 2013 à 7h22

      Fiorino dit

      Pour les premiers il me semble qu’en général c’est déjà un peu les cas ;)

      • 11 Janvier 2013 à 11h34

        eetu dit

        Tiens, Fiorino, comme GG, vous avez eu des problèmes de passe-porcs?
        N’oubliez pas que Jésus a dit: “ne faites pas aux truies ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse”.

  • 11 Janvier 2013 à 3h54

    Sophie dit

    ” plus aucune différence n’est tolérée : entre l’homme et la femme (…).”

    Ben, merde, alors!

  • 11 Janvier 2013 à 1h21

    Bibi dit

    Ce ne sont pas les lois, Sophie Fiorino et alii.
    C’est leur exégèse qui s’exprime en convenances.

  • 11 Janvier 2013 à 0h12

    ylx dit

    Dans mon 9h32 j’écrivais “Comme toute religion, celle du politiquement correct a ses dogmes ” Mais quels sont-ils ?
    Le dogme essentiel de cette religion d’amour et de progrès est celui de l’égalitarisme (mot composé de égalité et totalitarisme).
    Conformément à ce dogme plus aucune différence n’est tolérée : entre l’homme et la femme, entre le mari et l’épouse, entre l’enfant et l’adulte, entre l’infirme et le bien-portant, entre le cadre et l’employé, entre Paris et la Province, entre l’hétérosexuel et l’homosexuel, entre le blanc et le noir, entre l’élève brillant et le cancre, entre le diplômé et le non-diplômé, entre le sportif de haut niveau et l’amateur, entre le Nord et le Sud, entre votre mère et votre concierge et ainsi de suite… Les perspectives de cette indifférentiation généralisée sont vertigineuses, car conformément au Principe de Carnot il ne peut y avoir création d’énergie qu’entre une source chaude (ou niveau haut) et une source froide (ou niveau bas). Ce sont les différences de potentiel (température, hauteur d’eau, voltage, selon les cas) qui créent l’énergie et donc le mouvement, celui des vents, des vagues, des pluies, des orages. Sans différences de ce type la terre serait aussi morte que la lune.
    L’égalitarisme en nivelant toutes les différences nous condamnerait à un monde sans énergie, donc sans vie, sans création, sans amour, sans passions …sans humoristes et sans polémiques !
    On comprend mieux en quoi en N. Bedos a blasphémé : il a fait état de certaines différences !

    • 11 Janvier 2013 à 1h29

      Bibi dit

      Ce n’est vrai pour “nous” – et seulement pour cette catégorie.
      En ce qui concerne le sacro-saint “Autre”, au nom d’un différentialisme, qui n’est qu’un ethnocentrisme déguisé en posture morale, toutes les outrances sont permises, justifiées.

  • 10 Janvier 2013 à 17h12

    Sophie dit

    Tout à fait d’accord avec Quad et Fiorino.

    Espérons que cette plainte sera la plainte de trop, celle qui fera changer ces lois liberticides qui contrôlent le langage et enragent de ne pouvoir contrôler la pensée, celle aussi qui dépouillera les assoc des leur hyper-puissance.

  • 10 Janvier 2013 à 16h11

    quadpater dit

    Je ne comprends pas pourquoi vous vous focalisez (presque) tous sur les compétences professionnelles de Nicolas Bedos et de ses ancêtres. Si le souci n’était que cela, la solution est évidente : il suffit d’éteindre la télé à bon escient.
    Malheureusement le problème est autrement plus préoccupant. Les assos censées défendre les droits des minorités ethniques se sont muées en officines de censure de la parole publique. C’est beaucoup plus grave que de savoir si un “humoriste” fait rire ou pas, non ?

    • 10 Janvier 2013 à 17h14

      Marie dit

      pas fau et m^me juste quad!

    • 11 Janvier 2013 à 7h21

      Fiorino dit

      Bien d’accord, si on veut faire le procès des humoristes pistonés ou sans talent, on fait le procès des humoristes pistonés et sans talent. On en profite pas de l’antiracisme pour les degommer.

  • 10 Janvier 2013 à 14h45

    Sophie dit

    ylx, 11:59

    Bien vu! Comme souvent! ;-)

  • 10 Janvier 2013 à 14h38

    danton dit

    Tel père , tel fils!
    nous avons du pêcher beaucoup …car nous sommes bien punis!

  • 10 Janvier 2013 à 14h25

    Christine dit

    J’ai essayé de trouver N.Bedos drôle. Pas pu.
    Il y avait déjà longtemps que je ne trouvais plus son “papa” très amusant, englué qu’il est dans son personnage de râleur grognonnant défenseur des nobles causes (anti-racisme, palestiniens, S.Hessel etc.)
    Quoi qu’il en soit, le personnage du fils m’est tellement insupportable que je ne peux me retenir de confesser une certaine jubilation (je sais, ce n’est pas bien chrétien) à l’idée qu’il se trouve assigné par une association anti-raciste.
    Le “comble du Bedos” en somme.

    • 10 Janvier 2013 à 14h45

      nadia comaneci dit

      Comme beaucoup le papa a fini par devenir la caricature de lui-même. Mais les textes de Dabadie, puisque c’est cet aimable auteur de droite modérée qui les écrivaient, étaient drôlement vachards.
      Quant à Junior, je suis certaine que cette plainte le comble, il va pouvoir couiner sur tous les réseaux sociaux qu’il est une victime de la pensée unique. Et le statut de victime, tout de suite ça vous fait passer direct dans la cour des grands. 

      • 10 Janvier 2013 à 14h46

        nadia comaneci dit

        … qui les ecrivait !!

      • 10 Janvier 2013 à 15h30

        Etoile Vesper dit

        Mouais, Dabadie ou pas, les sketches de Guy Bedos ne peuvent prétendre à la postérité, contrairement à ceux de Desproges et de Coluche. Dans 20 ans, plus personne ne saura qui était Guy Bedos !
         

      • 10 Janvier 2013 à 17h06

        a2lbd dit

        Hello Nadia et bonne année,

        Je suis surpris de ta vindicte envers le fils Bedos. Pour ma part il me fait rire. Ceci dit visiblement son humour est plus masculin que féminin. Rares sont les femmes que je croisent qui le trouve drôle.

        C’est certains Dabadie c’est un autre niveau.

        Pour autant Daoud Boughezala a raison, c’est vrai que ces organisations pléthoriques qui n’ont pour seuls objectifs de se faire connaitre en engorgeant les prétoires y’en a marre. Je pense que pour ce type d’action la justice devrait faire payer des frais spéciaux aux plaignants quitte à condamner à la suite les accusés aux remboursements. Monopoliser les juges pour des causes aussi vaines devient ridicule.

  • 10 Janvier 2013 à 11h00

    Etoile Vesper dit

    Il paraît que Nicolas Bedos est un grand angoissé, c’est en tout cas ce qu’il a complaisamment confié à quelques médias qui n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent. Je comprends son angoisse : son maître est Desproges, mais il ne lui arrive pas à la cheville. Il fait donc du “sous-Desproges” parce qu’il est proprement impossible de faire du “sous-Bedos” (le père, que pour ma part je n’ai jamais trouvé drôle). Ce ne sont pas les antillais qui devraient porter plainte dans cette histoire, mais bien les français à qui il prête tant d’animosité à l’endroit de ces “enculés de nègres”. A une époque où l’on stigmatise tant l’amalgame, il est tout de même un peu fort de café de constater qu’en ce qui concerne le français moyen, forcément con et raciste, l’amalgame ne fait peur à personne ! Nicolas Bedos est donc puni par là où il a péché. Amen.

  • 10 Janvier 2013 à 10h51

    JeanBart dit

    “dirigeants d’associations qui prospèrent sur le lit des discriminations” et des subventions généreusement distribuées à crédit. Qui plus est, ce sont des tremplins vers la politique, la vraie, celle des partis.
    Et après, ces gens-là, qui vécurent et vivent encore de l’argent des autres, viennent expliquer comment créer des emplois et donner des leçons de morale. J’aime.

    • 10 Janvier 2013 à 11h59

      ylx dit

      Ce ne sont plus des Associations sans But Lucratif…mais des Associations Lucratives sans But !

  • 10 Janvier 2013 à 9h32

    ylx dit

    Comme toute religion, celle du politiquement correct a ses dogmes (infaillibles bien entendu) ses croyants, ses bigots, ses tartuffes, ses intégristes, ses dames patronnesses, ses pharisiens, ses grands prêtres…et de l’autre côté de la barrière ses incroyants, ses hérétiques, ses apostats dont le plus célèbre est aujourd’hui l’acteur Depardieu.
    A une époque, il y eut une controverse pour savoir si les Incroyants appartenaient ou non au genre humain. Si oui ils méritaient d’être convertis, et si non d’être décimés.
    Il faut noter que quelles que soient les décisions de la justice séculière concernant N. Bedos , seule la sentence des tribunaux inquisitoriaux officiels de l’Eglise sera considérée comme valable (Marianne, NObs, France-Inter, France Culture, Libération, Le Monde..), organes par ailleurs habilités pour tenir à jour la liste des hérétiques officiellement reconnus (E. Levy, E. Zemmour, R. Camus, etc )

    • 10 Janvier 2013 à 9h38

      Fiorino dit

      Non Marianne a souvent defendu Zemmour, d’autre part Depardieu ce n’est pas un hérétique, je ne suis pas sûr que Glucksmann ou autres pourfendeurs du politiquement correct sur l’islam aprécient vraiment son amitié avec poutine ou avec le fantoche Tchèchène, d’ailleurs quell’est l’intérêt des ces genres d’amitiés? Depardieu est en fin des carrière d’ailleurs il devra bien maigrir pour incarner DSK pour son prochain film tout de même…

      • 10 Janvier 2013 à 10h00

        ylx dit

        Depardieu n’est pas un hérétique, mais un apostat (un renégat si vous préférez) ce qui est bien pire.

      • 10 Janvier 2013 à 10h19

        Fiorino dit

        Pire pour qui? Pour lui? Ce n’est pas un apostat parce qu’il dit tenir dur comme fer à sa nationalité française. D’autre part Poutine a reçu la légion d’honneur de la part de Chirac donc franchement dans cette histoire je ne vois rien de choquant au fond. Il a des soutient et des anti. Mais ça ne fera avancer d’un pouce la cause de la liberté d’expression d’autant plus que comme le signaleait naida il soutenait les intermittents qui côutent la peau du cul à l’etat français.

  • 10 Janvier 2013 à 9h12

    Fiorino dit

    @ Nadia
    Bonjour,
    Pour ma part en Martinique je n’ai pas remarqué d’oïsivté, dans mon hôtel les martiniquais travaillaient vraiment bien, gentil en plus accueillant, peut-être qu’il y a d’autre gens qui sont oïsif, mais l’accueil sur la Côte d’Azur et 100 fois pire et des glandeurs il y en a pas mal ici. Pour le reste je ne vois pas sur Causeur un deux poids de mésure en tout cas il a défendu Siné (français de souche mais pas de coeur comme il dit) tout comme Zemmour. Mais le problème encore une fois ce sont ces lois victimaires. Bien sûr il y a des limites et on ne peut pas appeller à tuer une population, mais ce lois posent un vrai problème en France. Même pour la Gayssot, j’avoue être mal à l’aise à prendre une position, mais en Italie la loi sur contre négationnisme a été rejeté par le parlement et il n’y a pas eu des gros problèmes et le négationnisme n’est pas plus developpé qu’en France. Il faudrait lancer une grande reflexion sur la liberté d’expression. Et comme les autres je ne met pas sur le même plan le lincenciement de la télé publique de Guillon on peut le regretter, le critiquer mais c’est tout à fait démocraitque tout comme l’exclusion de Vanneste de l’ump qui a d’ailleurs a été confirmée par le peuple qui ne l’a pas élu au grand damm de bcp de causeur ;).

  • 10 Janvier 2013 à 3h55

    Husdent dit

    Ceux qui attaquent ou défendent Bedos Fils se trompent de débat, comme ceux qui s’agitaient pour savoir si les caricatures de Mahomet étaient drôles ou non.
    Car le “Collectif DOM” (on est collectif à partir de deux olibrius), le CRAN, les “Indigènes de…” l’”Observatoire de l’islamophobie” et les autres font plus qu’emmerder les humoristes : ils emmerdent tout le monde ou presque. N’essayez pas de discuter avec eux, encore moins de les convaincre (il faut pour percevoir le discours de l’autre une certaine intelligence). Ils sont bornés. Leurs bornes que ni la plaisanterie, ni l’humour, encore moins l’ironie ( l’ironie est ce qu’il y a de pire pour eux, comme pour le PCF de jadis) ne descellent, nous donnent la mesure de ce qui nous attend, même si la justice, dans sa sérénité, ouais, on en reparlera de cette sérénité quand dix, cent coups de boutoir et un juge un peu fol l’auront décidé autrement.
    Que des récriminations aussi abruties puissent seulement exister est un grand malheur.

  • 10 Janvier 2013 à 3h30

    quadpater dit

    Nul ne peut reprocher à CollectifDom leur action en justice. Une loi existe, Bedos l’a apparemment enfreinte, CollectifDom a porté plainte, voilà toute l’affaire.
    Ce dont Junior est victime, ce n’est pas de la démarche de l’asso, qui veut juste se faire un peu de pub et de pognon, mais bien de l’existence d’une loi scélérate et liberticide, comme disent les gauchards.

    • 10 Janvier 2013 à 3h35

      quadpater dit

      Ah ! Fiorino l’avait déjà fait remarquer.
      Bravo Fiorino !

  • 10 Janvier 2013 à 0h42

    Mani dit

    Nicolas Bedos n’est pas drôle, il est vulgaire et pratique en permanence la provocation la plus ridicule qui soit pour faire parler de lui. Le fait qu’il soit à son tour pris pour cible par les débilissimes associations antiracistes de notre pays ne me fait ni chaud ni froid.

  • 9 Janvier 2013 à 23h04

    Sophie dit

    Bien d’accord avec brindamour, l’oisiveté, c’est la quintessence de la civilisation.

  • 9 Janvier 2013 à 22h23

    brindamour dit

    Je n’y comprends rien. 
    1-Les Antillais sont effectivement des oisifs. Les départements d’outre-mer ne vivent presque exclusivement que des subventions de la métropole.. Deux amies antillaises vivant à Paris m’ont expliqué cela.
    2-En quoi le fait d’être qualifié d’oisif serait considéré comme insultant? C’est plutôt une qualité, non?

  • 9 Janvier 2013 à 21h07

    Sophie dit

    Petit con arrogant et pas drôle?

    Petit, non, il est plus grand que moi. Probablement plus petit que toi, mais plus grand que moi.

    Con, je ne crois pas, même s’il a une tendance certaine à glisser vers la facilité.

    Arrogant, c’est le moins que l’on puisse dire.

    Pas drôle, ça dépend. Parfois lourd, c’est vrai, mais certaines de ses chroniques dans Marianne m’ont fait plus que sourire.

    Mais même petit, con, arrogant et pas drôle, ce procès en sorcellerie, qui n’est autre que de la comm. lucrative pour assoc. inconnues, mérite amplement que Causeur fasse couler l’encre virtuelle.

    On a déjà causé, avec bonheur, de sujets bien plus futiles.

    • 9 Janvier 2013 à 23h05

      nadia comaneci dit

      Pauvre con, ça t’irait ? Ou sale con ? Maintenant, je ne sais pas s’il est pauvre, sale ou petit.
      Mais je trouve ce mec infect et puant.
      Son humour minable, à deux balles, “enculé de nègre”, me fait gerber. Mais attention, on nous prévient que l’Antillais est “le seul personnage positif” de l’histoire. A première vue, c’était pas évident. En fait, c’est un synonyme branchouille pour “mon pote”, non ? Ben je préférais quand on disait mon pote, mon pote le gitan, pas “cet enculé de gitan”.
      Junior est parfaitement emblématique de cette génération de faux humoristes, Guillon en tête, qui ont la vulgarité dans une main et le politiquement correct dans l’autre. Quand ça les arrange.
      Il se prend les procès qu’il mérite, par ses clones, il n’y a pas de sorcellerie, juste des apprentis sorciers minables.
      Petits, tous petits petits.
      Et je m’étonne donc que Causeur, qu’on a connu plus intransigeant, en particulier avec ce petit con de Guillon, défende Bedos becs et ongles. ça sent son deux poids deux mesure. Et ça n’a rien de futile. Bien au contraire.
      Peut être les chroniques plus que souriantes dans Marianne, va savoir. Je lis pas Marianne. 
      J’espère que c’est pas pour autochtone oisif ou indolent insulaire, parce que ça casse pas trois pattes à un canard niveau suversion.
      Là ce sont les mânes de l’immense Coluche, ou du monumental Desproges que vais appeler à la rescousse du microbe.