Paris : Abstention participative

On croyait la démocratie participative enterrée depuis les temps lointains de l’ère ségolénienne. Rassurez-vous, Anne Hidalgo vient de la ressusciter : figurez-vous que grâce à elle, nous autres, Parisiennes et Parisiens, allons détenir « les clés du budget ». Moi qui ai déjà du mal avec le mien, je suis un peu intimidé mais bon, quand Madame le Maire me propose de « voter pour les projets qui feront le Paris de demain », je ne fais pas la fine bouche.

Après tout, le Parisien mécontent de tout, de la gestion de sa ville à la sale tronche de ses voisins, pouvait se réjouir de cette occasion d’exprimer démocratiquement sa mauvaise humeur. Ou même de donner son avis sur des sujets d’intérêt général. Faut-il plutôt booster les crèches ou chouchouter les seniors ? Du pognon pour la culture ou pour les îlotiers ?

En fait de choix, nous avons donc été consultés sur quinze projets, que je dois citer intégralement, dans toute la beauté de leur poésie municipale :

L’art aux portes de Paris. Cultiver dans les écoles. Coworkingétudiants-entrepreneurs. Des jardins sur les murs. Des kiosques pour faire la fête. Jouer de 7 à 77 ans. Les œuvres d’art envahissent la rue. Trier ses déchets au plus près. Sport urbain en liberté. Rendre la rue aux enfants. Des piscines éphémères. Les événements sur grand écran. Reconquête urbaine. Musées parisiens 3.0. Des tipis et des bougies.

Lire la suite