ABCD de l’égalité : La France va-t-elle changer de genre ? | Causeur

ABCD de l’égalité : La France va-t-elle changer de genre ?

Il est aussi idiot de se glorifier des stéréotypes que dangereux de vouloir les abolir

Publié le 19 mars 2014 / Politique Société

Mots-clés : , , , ,

najat-vallaud-belkacem

« Rumeur », « paranoïa », « hystérie ». « La théorie du genre n’existe pas », c’est Vincent Peillon qui le dit. Fermez le ban ! La guerre du genre n’a pas eu lieu, sinon dans quelques cerveaux fascistoïdes. Il est vrai qu’entre les affabulations des uns et les dénégations des autres, je me suis demandé si je n’avais pas aussi pris des vagins pour des lanternes et, finalement, exagéré une initiative gouvernementale somme toute bien raisonnable. N’en déplaise à Vincent Peillon, la théorie du genre existe bel et bien. Mais ce qui est à l’œuvre, c’est plutôt l’idéologie du genre que l’on définira comme la promotion délibérée de l’indifférenciation sexuelle – toute différence sexuelle étant considérée comme une discrimination socialement organisée. Depuis l’arrivée de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des Droits des femmes, cette idéologie a gagné les plus hautes sphères. Les revendications du lobby LGBT et de syndicats d’enseignants – notamment le très avant-gardiste SNUIPP- FSU, majoritaire, dont les rapports fournissent la majorité des « livres recommandés » qui ont hystérisé le débat – sont devenues l’objet d’une planification d’État.

On ne s’attardera pas sur le premier front, qui n’est peut-être pas le plus dangereux mais assurément le plus énervant : celui du langage, qu’il faut expurger de ses structures sexistes, reliquats fascistes de l’hétéro-patriarcat. La novlangue bêtasse des combattant(e)s de la grammaire est désormais omniprésente dans les documents officiels : « Restez informé-e ! » lit-on par exemple sur le site de la ministre, qui cautionne ainsi la défiguration de notre langue.

[...]

*Photo: BERNARD BISSON/JDD/SIPA.00678350_000018.

  1. Qui s’était indigné de l’existence du site sur I-télé.

  • causeur11

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 69 - Mars 2014

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur11
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 21 Mars 2014 à 6h20

      Carlos dit

      Je préfère quant à moi “Maman conduit le camion” et “Soeurette travaille sur une plateforme pétrolière”….

    • 20 Mars 2014 à 23h23

      Fiorino dit

      Harnaam Kaur souffre depuis l’enfance d’un problème hormonal rarissime qui provoque une pilosité exacerbée. Après des années d’humiliations, cette jeune femme de 23 ans assume sa barbe fournie au point de s’être convertie au sikhisme, une religion qui interdit l’épilation et le rasage.
      http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/38285-femme-a-barbe-harnaam-kaur-poilue-comme-un-homme-et-fiere-de-letre.html

    • 20 Mars 2014 à 15h36

      Jean-Marie A dit

      En octobre, une émission de France Culture, (Continent sciences), traitait de sexualité animale.
      Y étaient convoqués manchots, dauphins, bisons, flamants roses, singes, putois, baleines et presque tout ce qu’a pu contenir l’Arche de Noë.
      L’exemple des manchots du zoo allemand de Bremerhaven était particulièrement mis en avant. Deux mâles forment un couple et de ce fait n’arrivent à couver que des pierres. Il leur est donc confié un œuf abandonné par un autre couple voisin et dont ils s’occupent exactement comme le ferait un couple mâle-femelle.
      Puis vient le cas des manchots de New-York, qui “ont mené une vie de couple tout-à-fait exemplaire pendant six ans”, et dont ” l’histoire se termine moins bien” car “ils ont été chassés de leur nid par des congénères plus agressifs” et ” l’un des deux a fini par quitter son conjoint pour une femelle”. Mais “on peut noter que leur enfant adoptif, une femelle, s’est par la suite mise en couple avec une autre femelle”.
      Les mots ont un sens: “vie de couple”, “enfant adoptif”, “conjoint”, mais aussi: “œuf abandonné par un autre couple”(hétéro), ou “chassés de leur nid par un couple plus agressif ” (hétéro).
      Il est difficile de faire plus anthropomorphique … et plus militant … dans ce bestiaire (homo)sexuel. Pour, au fond, pouvoir conclure de concert en fin d’émission:
      ” l’homosexualité c’est naturel “.
      Et en filigrane : la sexualité humaine ne souffre aucune limite, et le genre, en tant qu’il exprime une différence, véhicule nécessairement un sentiment d’inégalité et par-là un frein à l’épanouissement humain, sexuel donc. Car le désir et le plaisir sont rois. Et non seulement rois mais source de salut. Puisque il est clairement exprimé, avec force détails génitaux, que, chez les bonobos, “dix minutes de sexe tous azimuts règlent tous les conflits” et instaurent la paix. Alleluia.

    • 20 Mars 2014 à 12h40

      zelectron dit

      Les socialo-fascistes de cette majorité légale mais pas réelle sont des névrosés sexuels .

      • 20 Mars 2014 à 12h44

        Parseval dit

        Essayez le bromure de bismuth.

    • 20 Mars 2014 à 10h34

      Guenièvre dit

      @ Parseval,

      “Bon quand même Tango a deux papas c’est une histoire vraie”

      Oh! c’est vraiment trop mimi l’aventure de ce petit pingouin élevé par deux mâles !!! Sauf qu’en faire un argument pour l’homoparentalité est une véritable ânerie . On ne peut tirer aucune conclusion de cette histoire ni dans un sens ni dans l’autre. Les animaux des zoo ont des comportements particuliers qu’ils n’ont pas forcément dans la nature . Et les hommes n’ont plus grand chose de ” naturel” …
      Et en plus on ne raconte pas la suite de l’histoire . A savoir que l’un d’eux s’est mis en couple avec une femelle un peu plus tard. Grosse polémique dans les milieux gays qui ont reproché aux gardiens du zoo d’avoir “séparé” les amoureux ! Ridicule tout ça !

      • 20 Mars 2014 à 10h43

        Parseval dit

        Qui en fait un argument pour l’homoparentalité ? Pas l’auteur en tout cas. Il faut arrêter de délirer.
        Et quand bien même, les livres pour enfants mettent très souvent en scène des animaux personnifiés, donc ça pourrait se justifier.
        Et les profs qui dont étudier Germinal, il font l’apologie du terrorisme anarcho-nihiliste ?
        Et alors, les pingouins n’ont pas le droit d’être bisexuels ?

        • 20 Mars 2014 à 11h11

          Guenièvre dit

          “Qui en fait un argument pour l’homoparentalité ?”

          Ceux qui l’inscrivent dans la liste des livres susceptibles d’être étudiés dans la liste des ouvrages destinés à lutter contre l’homophobie …vous savez la liste du SNUIPP .

          “Et alors, les pingouins n’ont pas le droit d’être bisexuels ? ”

          Ah ! mais ce n’est pas à moi qu’il faut faire cette réflexion c’est au milieu gay New-Yorkais !

        • 20 Mars 2014 à 11h16

          Parseval dit

          Je n’ai pas trouvé votre histoire de milieux gay newyorkais. Il y a bien ça à Toronto, mais ce n’est pas pareil.

        • 20 Mars 2014 à 11h39

          Guenièvre dit

          Je l’ai lu sur une revue scientifique .
          Mais Parseval je crois que l’on ne se comprend pas : ce que je veux dire c’est que prendre comme argument ” que c’est une histoire vraie” pour dire que l’homosexualité se rencontre chez les animaux donc qu’elle est “naturelle” n’est pas pertinent. De même que ne l’est pas l’argument inverse de dire que l’homosexualité ” ce n’est pas bien car elle ne se trouve pas dans la nature” . Ces arguments là je les trouve stupides des deux côtés c’est tout !
          Nous ne sommes pas des êtres naturels et nous nous distinguons des animaux …

        • 20 Mars 2014 à 11h48

          Parseval dit

          Mais moi je voulais juste dire que c’est histoire vraie et pas une odieuse machination ourdie par on ne sait quels activistes pour corrompre l’esprit de enfants.
          Et puis le regard des enfant n’est pas le même que celui des adultes, ce livre ne sera pour eux qu’une histoire ; moi j’avais eu ce livre hé bien je l’avais pris au premier degré et je ne devais même pas savoir ce qu’est un divorce à l’époque…

        • 20 Mars 2014 à 12h19

          Guenièvre dit

          ” Ce livre ne sera qu’une histoire ” Tout à fait d’accord !!! C’est pour cela que je conteste le fait qu’il soit utilisé ” dans le cadre de “… Racontons des histoires mais ne nous mêlons pas de ” déconstruire” ou de ” reconstruire” avec des enfants si petits !

    • 19 Mars 2014 à 21h58

      Flo dit

      J’attends avec impatience la sortie du livre “Maman a une grosse bite”  pour l’offrir à mes enfants. 

    • 19 Mars 2014 à 13h48

      Fiorino dit

      Encore ? 

      • 19 Mars 2014 à 14h20

        Parseval dit

        Ouais, on dirait un clone des précédents articles, rien de nouveau.
        Bon quand même Tango a deux papas c’est une histoire vraie et Papa porte une robe est épuisé depuis des années…

                               —————-  ☙❧ —————- 

        Pour ceux que ça intéresserait un exemple de cohabitation entre genre, différences sexuelles et stéréotypes au Japon :

        Ce n’est pas l’anatomie qui fait un homme : les genres mâles et femelles ne sont pas des notions biologiques mais sociales, ce qui permet aux individus de « changer de sexe », littéralement, au fil de leurs désirs ou de leurs obligations. Un garçon peut donc devenir une fille, pourvu qu’il respecte les apparences. Jusqu’à la fin du 19e siècle, la société admet parfaitement qu’un homme puisse épouser et vivre conjugalement avec un autre homme si celui-ci se travestit, se maquille et porte la coiffe des épouses. Lorsque le gouvernement « éclairé » de Meiji interdit ces mariages, bon nombre de gens s’en offusquèrent. Pourquoi voudrait-on empêcher un être de suivre sa vraie nature ? Pourquoi surtout imposer des normes dans le domaine si intime des fantasmes ?

        Agnès Giard, Les Histoires d’amour au Japon.

        • 19 Mars 2014 à 15h14

          F14Claude dit

          Parseval est japonais ?… Moi pas (ni inuit, ni maori non plus).
          Chacun sa culture.
          Enfin, pour ceux qui en ont une.

        • 19 Mars 2014 à 21h54

          arbrecentenaire dit

          Ben si, c’est l’anatomie qui, dans 95% des cas, fait un homme – et récproquement pour les femmes. Maintenant, qu’il y ait 5% de cas où l’anatomie ne fait pas le “genre”, c’est vrai; toutefois, c’est moins la “société”, sous-entendue patriarcal-machiste-mâle impérialiste, bref toute cette stupidité passe-port pour ne pas penser qui en est la cause – que la dimension psychique : on le sait depuis Balzac, Latouche et Th. Gautier (1830 ! aux ignorants de se renseigner!). Pourquoi, en effet, imposer des normes? comme si aucune société dans l’histoire n’avait obéi à des normes?! Le degré d’inculture de ces gens est insondable…!

        • 19 Mars 2014 à 21h59

          Wil dit

          Effectivement,Si une peuplade quelconque acceptait la zoophilie,je ne suis pas sûr que ça serait forcément une bonne idée de l’accepter en France.

        • 19 Mars 2014 à 22h20

          eclair dit

          un homme secrete des spermatozoide et une femme des ovules.
          un homme a une masse musculaire plus importante qu’une femme.

          Tout le reste dire qu’une femme doit porter des robes avoir les cheveux longs c’est du sociétal.
          Ce qui fait que l’homosexuel qui décide de porter des robes de se maquiller souffre d’une confusion entre genre génétique et genre sociétal.

        • 19 Mars 2014 à 22h25

          Villaterne dit

          Résumons sportivement éclair!
          Le spermatozoïde est un buteur, l’ovule un gardien de but!
          Rien n’impose au gardien de but d’avoir les cheveux longs et de troquer son short contre une robe !!
          J’ai bon là?

      • 19 Mars 2014 à 14h25

        Belle dit

        C’est vraiment lourd cette insistance…

        • 20 Mars 2014 à 10h45

          nadia.com dit

          C’est la méthode habituelle.
          On choisit un “camp” et on pilonne.

        • 24 Mars 2014 à 12h11

          Aël dit

          Insistance de qui? Faut pas charrier, la Belle et la Nadia. Si quelqu’un de fort audible fait le procès de vos convictions ou encore disposant d’un pouvoir exécutif certain, projette de modifier des choix politiques qui vous paraissent juste et bons, alors laissez-moi croire – si j’en juge l’énergie que vous dépensez vous même ici pour les sujets qui vous passionnent – que vous aurez à cœur de les défendre aussi longtemps qu’il en sera ainsi…
          Que ce sujet ne vous passionne pas ou ne vous paraisse pas important, ou que vous soyez en désaccord sur le fond ou la forme c’est votre droit. Mais permettez que d’autres voient autrement que vous, et qu’ils aient le droit de s’en expliquer ici …si ce n’est pas trop vous demander. :P Il semble que la devise que Causeur s’est choisi ne corresponde pas à votre structure mentale, aussi vous devriez en prendre acte.