ABCD de l’égalité : la guerre du genre aura bien lieu | Causeur

ABCD de l’égalité : la guerre du genre aura bien lieu

Pardon Najat, pardon Vincent, mais la “rumeur” n’en est pas une

Publié le 30 janvier 2014 / Politique Société

Mots-clés : , , ,

abcd egalite ecole

Après la campagne appelant à retirer les enfants de l’école pour protester contre la théorie du genre, enseignée dès la maternelle à travers le programme ABCD de l’égalité, la réponse des autorités ne s’est pas fait attendre. « Rumeur », tel est l’élément de langage soigneusement choisi, et largement repris dans les médias, pour désigner une prétendue paranoïa collective qui se serait répandue sans aucun fondement sérieux. « L’Education nationale refuse totalement la “théorie du genre” » a carrément déclaré Vincent Peillon. À d’autres !

« Théorie du genre » est un concept popularisé par les auteurs catholiques et répandu sur les réseaux à la suite des manifestations anti-mariage pour tous. Il consiste à voir dans les initiatives gouvernementales autour de l’égalité des sexes, une stratégie politique unifiée visant à la destruction systématique de toute différence sexuelle. Contrairement aux gender-studies, qui ne sont que l’étude plus ou moins objective des constructions sociales de genre, la théorie du genre possède une dimension normative : il faut déconstruire ce qui est construit. Or, il semble que ce soit bien l’objectif du gouvernement qui souhaite déconstruire les stéréotypes genrés inconscients, pour « œuvrer à l’égalité réelle des sexes ». L’idée de base implicite étant qu’il y a effectivement un lien entre représentations symboliques (les filles jouent à la poupée) et inégalités réelles (les femmes ont des salaires inférieurs aux hommes), ce qui est loin d’être évident.

Certes, nous n’en sommes pas, comme le prétendent certains anti-gender excités, à l’enseignement de la masturbation en maternelle, mais pourtant, loin d’être une simple rumeur, l’abolition de la différence sexuelle (et même la différence tout court)  à l’école est bien l’objectif réel qui ressort du dispositif « ABCD de l’égalité » mis en place conjointement par l’Education Nationale et le Ministère du droit des femmes.

Il est plus qu’instructif de se plonger dans les détails de ce programme réjouissant. Sur le site du Centre National de Documentation Pédagogique, on trouve plusieurs « outils pédagogiques » mis à disposition des professeurs pour se « donner tous les moyens de déconstruire, par le savoir, les préjugés qui s’opposent à l’égalité véritable ».

L’impitoyable égalité ne s’arrête pas aux portes de la classe et poursuit les bambins jusque dans la cour de récréation. Ainsi, une fiche technique de six pages, propose, schémas à l’appui, de redéfinir les règles du gendarme et du voleur dans le sens d’une plus grande égalité des chances.

« En EPS, les jeux traditionnels ne peuvent être utilisés de manière classique, où les plus faibles sont éliminés, c’est contraire à l’éthique de l’école ! » (Qu’est ce que cette fameuse « éthique de l’école », nous n’en saurons pas plus, mais passons.) Il faut donc imaginer « des jeux où les perdants ne sont pas éliminés » et « bannir la situation de domination/humiliation du « chef » d’équipe qui choisit ses co-équipiers (les plus faibles, souvent des filles, étant choisis en dernier ». Les enfants doivent être considérés comme des entités interchangeables sans caractéristiques physiques, et la méritocratie abandonnée au profit d’un strict égalitarisme.

« Ce jeu peut apparaître très agressif aux enfants timides, notamment aux filles qui n’ont pas l’habitude des confrontations, parce qu’il est mouvant (il y a des déplacements dans tous les sens) et que le gendarme a un pouvoir symbolique de mort (« je te prends ta vie ») ». Brrr… on tremble déjà des traumatismes qu’on dû subir les marmots avant que la pédagogie s’en mêle.

Il faut donc appliquer une stricte « égalité des chances entre gendarmes et voleurs », insister sur l’usage de la stratégie plutôt que sur celui de l’agilité, tout ce qui est « physique » étant systématiquement dévalorisé comme trop déterministe.

Autre belle invention de nos budgétivores désœuvrés, la « danse scolaire du Petit Chaperon Rouge » ; où les filles sont incitées à jouer le loup et les garçons les chaperons, « la lutte contre les stéréotypes (passant) d’abord par la mixité des rôles loup-Chaperon »

Mon préféré reste la grande destruction pédagogique de la « figure de la belle ».

Ah, la figure de la Belle, cet imaginaire dominant, qui, de Blanche-Neige à la Belle au bois dormant en passant par Cendrillon, participe au « renforcement de stéréotypes précocement institués dans les pratiques de diffusion à l’école et dans les médias ».

En effet, dans les « contes patrimoniaux » (entendre Perrault, Grimm et cie) « la belle a un rôle passif du faire valoir du héros », elle ne se définit « que par ses critères de beauté » et véhicule donc une image de la femme soumise et improductive attendant désespérément que le mâle dominant vienne tuer le non moins dominant dragon.

Soulignons tout de même que personne ne se souvient des princes de Walt Disney, créatures lisses et effacées qui n’ont pour simple attributs que la beauté, tandis que l’histoire retient le nom des Belles.

Contre ces métarécits réactionnaires, il faut donc privilégier « des réécritures qui font la part belle  à l’émancipation du personnage féminin », des « princesse qui ne veulent pas se marier », laides pauvres ou méchantes, bref « loin des princesses sages et conventionnelles ».

L’arsenal éducatif abonde d’autres outils pour modeler l’indifférenciation des âmes enfantines: montrer que Louis XIV, en véritable drag-queen, portait des souliers à talons et des rubans, raconter l’histoire d’Hector, l’homme extraordinairement fort qui tricote, faire danser les garçons et jouer au rugby les filles. Bref, « tendre vers une culture commune » dans le grand bain de l’indulgence et surtout, beaucoup, mais alors beaucoup, de pédagogie.

Rien de bien méchant, pourrait-on dire. Mais tout le problème est que pendant que les serviteurs du grand Mammouth s’ingénient à éduquer des bons petits soldats de l’égalité, ils négligent leur instruction (1 élève sur 5 en sixième serait illettré).

Or, je préfère un monde où les filles se rêvent en princesses mais apprennent à lire, qu’un monde d’analphabètes où tout le monde jouerait au rugby ensemble.

 

*Photo : LECARPENTIER-POOL/SIPA. 00652846_000005.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Juin 2014 à 8h54

      paulau dit

      Au nom de l’égalité des sexes, on exige la parité hommes-femmes. Or on constate que l’institution qui est sollicitée pour endoctriner les enfants à ce sujet est la première à ne pas respecter cette parité puisque le corps enseignant est quasi exclusivement composé de femmes, surtout en primaire et au collège, là où les élèves sont à l’âge où précisément se forment les soi disant stéréotypes. Pourtant s’il est un domaine où la parité hommes-femmes serait nécessaire c’ est bien celui de l’Education Nationale, car il est possible que le quasi monopole des femmes sur l’ école, ainsi que la mixité, expliquent en partie l’échec scolaire des garçons, en particulier maghrébins, mais aussi “de souche”. Les garçons réussissent moins bien, et de moins en moins bien, dans les études, que les filles.

    • 11 Février 2014 à 11h03

      Florent dit

      Le nouveau démon à combattre serait donc le stéréotype. Et comment le combattre, sinon par son antithèse? Ainsi l’on a cru combattre le racisme, dont l’antithèse n’est rien d’autre que du racisme; ainsi l’on croit combattre le sexisme, dont l’antithèse est encore du sexisme; et ainsi des extrémismes, de l’intolérance, du machisme, etc. Quels seront alors les stéréotypes de demain?
      Cependant, la gangrène de l’illettrisme continue de s’étendre insidieusement; et quand la défense de la langue française devient elle-même suspecte de “réactionnisme” ou de repli identitaire, l’école continue de produire des citoyens dont la pensée est aussi inconsistante que leur verbe. Que nos fillettes se rêvent maçon ou couvreur plutôt que styliste ou chanteuse, pourquoi pas (mais j’ai comme un doute) ; qu’elle n’en oublient pas pour autant que les princesses de nos contes sont avant tout des femmes instruites et vertueuses, à la renommée universelle, et qu’un prince, le plus souvent resté anonyme, doit gagner le cœur de haute lutte. Ce stéréotype-là, d’ailleurs, ne semble pas écorné par le combat égalitaire; un petit garçon peut-il se rêver en prince courtisé, dont il faut gagner le cœur par des actes méritoires?

    • 5 Février 2014 à 18h04

      Dr.Kent dit

      En voulant neutraliser les différences, les socialistes révèlent qu’ils sont profondément intolérants, car ils confondent  différence et inégalité.

       Les différences enrichissent le monde et l’acceptation de l’autre différent aide à s’accepter soi-même. Cette intolérance est un signe de la haine de soi-même, passion puissante mais destructrice!

       Pourquoi ne consultent-ils pas les gens de terrain, plutôt que de faire appel à des théories étroites et simplistes! 

    • 5 Février 2014 à 15h19

      Bettina Weber dit

      Non seulement ils nous bassinent avec leurs diktats sur l’éducation – qui en fait n’est pas nationale mais familiale, l’école ayant une mission essentiellement pédagogique – mais en plus, ils veulent imposer des jeux aux enfants … car on ne sait jamais que “les filles qui n’ont pas l’habitude des confrontations” soient tenues pour “perdantes” dans des jeux trop masculins ! Laissons-les jouer en paix après les cours, ne tuons pas leur imagination ni leur créativité. Et puis franchement un ministre qui passe son temps à de tels jeux est quelque peu infantile. Peut-être n’a-t-il pas vraiment joué dans son enfance ? Pas de petit soldat à 4 ans, c’est le diktat assuré dans la maturité. A bon entendeur !

    • 2 Février 2014 à 22h41

      Leboulonnais1 dit

      La Gôche n’a jamais perdu sa prétention à changer l’homme et quand elle ne le peut pas, c’est de peuple qu’elle change comme son Think Thank Terra Nova l’y incite : puisque le “petit blanc” devient indocile transformons l’immigré en citoyen ; ça fera un bon français de gauche. Ce cynisme et cet orgueil sont à vomir quand on voit sous nos yeux le délitement de la nation et l’appauvrissement de ses citoyens : Pendant ce temps, la préoccupation socialiste est le mariage gay, l’abolition de la prostitution et et l’instruction du genre. Tout est au niveau du slip….

    • 2 Février 2014 à 21h27

      Patrick dit

      On dit que l’expression “bonne femme” a pour origine “bonne fâme“.
      Mais cela voudrait alors signifier que les homosexuels sont mal famés ?
      Et que signifie alors “infâme” ?

      Quand les socialistes auront découvert cela, ils supprimeront ce terme du dictionnaire, comme ils l’ont fait pour le mot “race“.
      ;-)

      • 2 Février 2014 à 22h15

        Schiczu dit

        La Renommée et la Fortune, les deux mascottes de la Rome antique!
        Supprimer le mot femme, pour le remplacer par homme ou par génitrice dans tous les textes de loi? Enfin un sujet passionnant. J’attends ça avec impatience.
        (Par contre quel rapport avec l’homosexuel. Lui serait-il interdit de prendre femme? ou même fame?)

    • 2 Février 2014 à 20h49

      Patrick dit

      Avant la manifestation de ce jour, nous les opposants aux lubies socialistes étaient des “réactionnaires” et des “homophobes“. Maintenant nous sommes :
      - à la droite de la droite ! ! (dixit Alain Duhamel) ;
      - le Tea-Party à la française (super !) ;
      - des anti-républicains (Anne Hidalgo).
      Je dois dire : leur vocabulaire s’enrichit drôlement !

      • 2 Février 2014 à 21h20

        Schiczu dit

        Ah ben zut, lors. Pas débordements, pas de garde-à-vue. Mais que fait le GUD?
        Les socialistes n’en ayant jamais marre de passer pour des cons, répètes complaisamment les mêmes arguments que personne ne croit. Je sens que ça va fouetter ferme aux prochaines élections. :)

        • 2 Février 2014 à 21h39

          Fiorino dit

          Il y a  eu tout de même les pancartes homophobes pendant que Ludovine parlait. Elle les a du condamner. Pour le Gud je sais pas s’il y a eu des interpellations.

        • 2 Février 2014 à 22h04

          Parseval dit

          Que ne ferait-elle pas pour paraître moins extrémiste ? Elle a même reconnu qu’il n’y avait pas de théorie du genre…

        • 2 Février 2014 à 22h09

          Schiczu dit

          Merci Forino. Notons d’ailleurs le professionnalisme de l’AFP qui n’a pas diffusé la vidéo quand elle a repéré l’embrouille. Du coup, c’est seulement ce communiqué de presse qui l’a fait connaitre.
          Oui, 17 arrestations a priori contre le GUD, je disais ça à titre ironique.

        • 2 Février 2014 à 22h10

          Lector laetaberis dit

          elle se fourvoie ! M’enfin, sans connaître tout ce beau monde, l’extrémiste c’est pas plutôt la Bourges ?

        • 2 Février 2014 à 22h16

          Parseval dit

          http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/02/boutin-a-belghoul-les-5-egeries-france-reac-249504
          Tout à fait, et donc pour s’en démarquer et éviter les amalgames coûteux en image…

        • 2 Février 2014 à 22h18

          Schiczu dit

          HIhi, énorme la bio de Frigide Barjot :
          “Métier. Elle qui a grandi chez des sœurs à Lyon et baigné dans un milieu très réac-bourgeois a un peu tout tenté.”
          C’est quand même du grand journalisme, l’Obs. :)

        • 2 Février 2014 à 22h22

          Parseval dit

          C’est rue89 ! Même s’ils on été rachetés par l’Obs ils n’apprécieraient pas…
          Et puis l’article est aussi humoristique !

        • 2 Février 2014 à 22h24

          Parseval dit

          En parlant d’elle vous avez lu les articles de Lambron ?

        • 2 Février 2014 à 22h44

          Parseval dit

          Au fait Fiorino : http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/02/cest-bien-les-musulmans-soyez-est-trop-gentils-249576
          A la Manif pour tous : « C’est bien que vous soyez là, les musulmans. Nous, on est trop gentils »

        • 2 Février 2014 à 22h53

          Fiorino dit

          Article  bien gentillet avec l’incontournable Raphael Lioger qui avait incité les musulmans à faire une muslim pride. Les musulmans font ce qu’ils veulent c’est plutot leur présence à gauche dont on se devrait poser la question alors que leurs valeurs sont à l’opposé, meme sur des questions sociales si tu leur promet une école islamique ils vont pas cracher dessous.

        • 2 Février 2014 à 22h59

          Fiorino dit

          Raphaël Liogier sociologue qui a inventé le bobard de marseille capitale de l’intégration.

    • 2 Février 2014 à 20h48

      Fiorino dit

      Il est vrai que dans les études de genre il y a des extrémistes, par exemple ce qui veulent abolir le sexe dans les papiers d’identité, qui sont le même qui critiquent les association gays dans le monde musulmans car selon eux l’identité homosexuelle ne serait pas adapté, par ailleurs tout par de la  bêtise de Foucault selon laquelle on est homosexuel en rapport à une société hétéro centré comme si ce n’était pas le cas dans le monde musulman. Mais dans l’ABCD il y a certes des choses critiquables mais tout n’est pas à jeter, une opposition moins hystérique qui joue sur les peurs aurait été plus efficace. Que les garçons jouent avec les garçons ça rien d’anormal en revanche un garçon qui décide de jouer avec les filles ne devrait être stigmatisé (l’inverse c’est bcp plus accepté).  

      • 2 Février 2014 à 21h00

        Parseval dit

        En fait pour les petites classes il ne faudrait pas un enseignement actif, mais des réactions à des situations données, par exemple un garçon qui décide de jouer avec les filles et se fait moquer, …
        Pour le lycée, on voit dans ce lien qu’il n’y a rien de choquant sauf bien sûr si on considère que dire à des lycéens que la sexualité hors reproduction et la vie en dehors des préceptes de l’Église n’est pas dégoûtante et scandaleuse…

        • 2 Février 2014 à 21h25

          Schiczu dit

          J’imagine qu’au lycée, c’est plutôt positif que les élèves se frottent à des réflexions sorties d’hors de leur milieu naturel. A cet âge là, ils ont largement les moyens de faire la part des choses et sont de toutes façons en recherche de choses nouvelles.
          Pour les petites classes, vous avez raison aussi, j’imagine. Mais je crois que c’est en pratique très compliqué de gérer ce qui se passe dans une cour de récréation. Déjà les empêcher de se battre n’est pas toujours possible.

        • 2 Février 2014 à 21h32

          Lector laetaberis dit

          à des lycéens passe encore mais qu’on laisse les gamins tranquilles. Gamins qui expérimentent déjà, pas besoin de leur mettre le dawa dans la tête.

          Reste quand même un truc, vu mon âge on peut dire que je n’ai pas bénéficié de cette nouvelle instruction hors père… pardon hors pair, enfin sans égal égalitaire hahaha… or je préférais la compagnie des femmes, ce qui me semble normal pour un hétéro (encore qu’on m’a dit au lycée obsédé… sexuel… affirmatif !) et n’ai pas contracté de phobie en l’espèce… c’est étrange… j’ai même voté pour un pédé revendiqué, contre les détournements de biens sociaux dis donc ! Bon, mon suffrage est tombée dans l’escarcelle de la gabegie de gôche une fois… on me la refera pas… drôle de partie qu’on joue aujourd’hui !

      • 2 Février 2014 à 21h10

        Lector laetaberis dit

        c’est ça qu’est marrant Fio, quand les garçons jouent entre eux certains parents ne s’inquiètent pas de leur éventuelle homosexualité alors que quand ils jouent avec des filles… bref c’est l’inverse. Pourtant, les homos préfèrent les hommes aux femmes n’est-ce pas ? Et pour les hétéros c’est la réciproque.

        • 2 Février 2014 à 21h16

          Parseval dit

          Ah ! C’est exactement ce que je pensais ! C’est étrange quand même.
          Et après on dit que l’homosexualité c’est la peur de l’autre, de la Fâmme !

        • 2 Février 2014 à 21h38

          Lector laetaberis dit

          ben en l’espèce l’unique peur qui soit est celle des hétéros :D, souvent des pères je crois, qui s’interrogent sans doute par là sur leur identité sexuel propre… enfin si je puis dire, personnelle disons.
          NB C’est intéressant de savoir que l’homosexualité peut avoir affaire avec l’Oedipe freudien, mais comme l’hétérosexualité aussi… ;)

    • 2 Février 2014 à 20h11

      vieuxtaxi dit

      “Or, je préfère un monde où les filles se rêvent en princesses mais apprennent à lire, qu’un monde d’analphabètes où tout le monde jouerait au rugby ensemble.”
      Je reprends la conclusion, histoire de rappeler deux remarques sidérantes faites devant moi par un proviseur de lycée il y a sept ans maintenant, et qui montrent que l’idéologie , comme la calomnie dans l’air chanté par Dom Basile, est infatigable : :” L’université , monsieur, c’est fait pour former des citoyens!…” je fis remarquer qu’en effet la république n’avait pas besoin de savants…. Une autre fois :” Ce qui compte au lycée, monsieur, c’est que les élèves soient bien dans leur peau!…” et là je fis remarquer que c’était certes bien suffisant pour entrer à l’université…. Il faut dire que peu de temps après on me montrait dans un paquet de copies de 30 lignes rédigées en terminale par des automobilistes , la révélation extraordinaire que l’affaire Dreyfus avait éclaté en 1967 …. Suave mari ventis turbantibus spectare laborem…. Si je me souviens bien de mon Lucrèce, cela veut dire qu’il est doux d’assister de loin au déchaînement des flots etc…En tant que retraité ( double bachelier de 1962-1963) je regarde couler le rafiot sans colère … sabordé vaillamment au port comme la flotte en 1942… On s’en remettra, mais il faudra d’autres équipages et des amiraux un peu corsaires….

      • 2 Février 2014 à 21h30

        laborie dit

        Hélas il n’y aura personne pour l’Appel du 18 juin….

      • 2 Février 2014 à 21h50

        Villaterne dit

        Les grands naufrages font de belles épaves !

    • 2 Février 2014 à 17h30

      Pierre Jolibert dit

      Suite à tout ces débats, qui doivent avoir lieu un peu partout, nul doute, le représentant de la Manif pour tous interviewé à midi et demi sur France Culture allait loin dans la nuance :
      comme d’autres, il ne faisait que lutter contre la présence des studies au primaire et de Tomboy au CE2 et contre le projet de mutation que cela sous-tendait, et encore sans trop insister, car il a consacré la majeure partie de son intervention à l’intérêt que les studies éveillait au contraire en lui, mais alors au lycée.
      Point trop n’en faut.
      Bon maintenant que le vrai problème est identifié, et que c’est le projet d’écrasement des genres en un seul (le féminin ? le neutre efféminé ? l’enculeuse dont parle Journal de personne ci-dessous ?) on pourrait peut-être retourner la théorie contre l’adversaire, ou plutôt utiliser ses mots avec des slogans comme :
      Pour les genres à l’école, et bien tranchés !
      Des camions aux garçons,
      Des dînettes aux fillettes !

      • 2 Février 2014 à 17h33

        Pierre Jolibert dit

        à tous ces débats, et vive l’orthographe

        • 2 Février 2014 à 19h29

          Marie dit

          On nous soutient que tout ceci est une rumeur pas un média pour gratter un peu le sujet et pourtant le site Eduscol que vous devez connaitre fourni des fiches sur le sujet. J’ai relevé ceci
          “Un petit détour par Eduscol, site Education Nationale et voilà :
          “La réalité des constats opérés sur la réussite et l’échec scolaire, sur les parcours professionnels des filles et des garçons et
          plus précocement de leur choix d’orientation conduisent à penser :
          - la nécessité d’une sensibilisation précoce des élèves à l’impact des stéréotypes sociaux sur l’engagement et le projet de
          chacun ;
          - l’importance de mobiliser et sensibiliser les enseignants dont les gestes professionnels peuvent être porteurs d’attitudes
          implicites liées à leur représentation sociale du genre ; porteurs de situations scolaires productrices de stéréotypes ;
          L’expérimentation “Égalité entre les Filles et les garçons” s’inscrit dans cet objectif” J’espère Pierre que vous ne donnez pas dans le stéréotype.
          Ce que j’entends c’est la vive inquiétude de jeunes parents qui voudraient bien savoir ce que l’école va coller dans le crâne des touts petits. Inquiétude que je partage.

        • 2 Février 2014 à 22h04

          Pierre Jolibert dit

          Je ne sais pas trop quoi vous répondre pour vous rassurer.
          En ce qui concerne la dissymétrie filles-garçons dans l’orientation et partant dans les divers secteurs professionnels, j’entends l’EN chialer dessus depuis que j’y suis (15 ans), et il n’y a pas de raison que ça ait commencé avec mon arrivée, avec une régularité et une monotonie qui ne l’étonne même plus elle-même.
          Pour ce qui est de la lutte contre les stéréotypes en général, au primaire, c’est évidemment plus récent.
          Les documents officiels contenant tous ces vœux pieux s’arrêtent sur les sites académiques, et font de temps en temps nos sujets de conversations favoris, quand par hasard quelqu’un en a lu les intertitres. Venez nous voir demain, je prendrai peut-être le café au labo de physique ; entre deux blagues de cul et notre dernier fait divers local, on commentera peut-être les manifs (venez aussi vieuxtaxi on veut bien parler de cul avec Lucrèce).
          De façon générale le primaire est toujours un peu plus sous pression de l’institution, plus infantilisé d’ailleurs. Vous comprendrez que le secondaire, lui, est un peu plus hermétique, à mon avis. Pas une fois je n’ai parlé de ça à mes collègues, ni n’en ai entendu parler, ni n’ai vu le mot genre écrit nulle part.

        • 2 Février 2014 à 22h13

          Pierre Jolibert dit

          Err. :
          “favoris” est un reliquat d’une phrase précédente changée.
          Font de temps en temps nos sujets de conversation, mais il s’agit des vœux pieux en matière de notation, de “projets” et autres scies pédagogiques.

        • 3 Février 2014 à 16h41

          Marie dit

          Merci de votre invitation Pierre mais je suis loin du sud ouest :)

    • 2 Février 2014 à 17h17

      agatha dit

      Pierre Jolibert, on avance, merci de citer vos sources cette fois-ci, on pourra donc se reporter, si on le souhaite, aux travaux d’Anne Fausto-Sterling, en particulier ” Corps en tous genres” et “Les cinq sexes”. Oui, c’est encore plus compliqué que ce que je disais, c’est 5 pas 3 !
      Tout cela à prendre avec pondération et esprit critique, évidemment.

      • 2 Février 2014 à 17h32

        Pierre Jolibert dit

        hum, euh vous savez mes sources, c’était que je l’avais entendue à la radio, alors bon j’étais pas non plus trop à la page.

    • 2 Février 2014 à 14h05

      lejournaldepersonne dit

      Théorie du genre ?
      http://www.lejournaldepersonne.com/2014/01/la-theorie-du-genre/
      Qu’est-ce que c’est ?
      C’est le genre de théorie qui n’a rien de théorique
      Rien d’évangélique
      Tout est à l’égout :
      Le sexe et les anges !
      C’est l’obsession pour la pratique
      Des goûts et des couleurs
      De nos sexes et de nos textes.
      Les autorités prétendent qu’il s’agit d’une rumeur
      Et moi, je crie haut et fort que ce n’est pas une rumeur
      mais UN rumeur… enfin quelque chose
      De nouveau sous LA soleil
      Une gars, un fille c’est pareil
      Un con, une conne : point de différence!
      Saluons le progrès de l’intelligence
      Entre masculin et féminin, manifestons l’équivalence…
      Non, ce n’est plus mon cœur qui balance
      Entre une homme et un femme
      Mais mon essence qui n’a plus d’importance!
      On ne nait pas femme… on le devient
      On nait homme… puis on cesse de l’être.
      Égalité du genre pour camoufler l’inégalité de nature
      On n’avait d’yeux que pour les enculeurs et les enculés
      Voici venu le temps des enculeuses,
      Qui ne vous prennent plus la tête… mais la creusent
      Pour vous réapprendre la langue
      Sans Racine ni Molière
      Et vous conduire à la morgue avec une père, un mère et des enfants qui pleurent!

    • 2 Février 2014 à 12h53

      Villaterne dit

      Toutes les théories n’y changeront rien, l’homme restera toujours cet animal à chapeau mou qui attend l’autobus 27, rue de la Glacière!
      Et c’est ainsi qu’Allah est grand !

      • 2 Février 2014 à 15h00

        laborie dit

        et Jambier, 45 Rue Poliveau….

    • 2 Février 2014 à 12h27

      laborie dit