AAArgh | Causeur

AAArgh

Et ce qui devait arriver arriva

Auteur

Georges Kaplan

Georges Kaplan
est libéral.

Publié le 14 janvier 2012 / Économie

Mots-clés : , ,

François Baroin Photo : Vétitude - Bertrand Neveux

Ça y est, c’est fait : Standard & Poor’s vient donc de dégrader la note souveraine de la France d’un cran : de AAA à AA+. On ne peut pas vraiment dire que ce soit une surprise : depuis 1975 et le plan de relance budgétaire infructueux de Jacques Chirac, aucun des gouvernements qui ont présidé aux destinées de notre pays n’a voté un budget à l’équilibre. Les dettes, logiquement, se sont donc accumulées de telle sorte qu’à la fin du troisième trimestre 2011, la dette publique française1 atteignait 1,7 trillions2 d’euros – soit 85,3 % du PIB.

Si la perte de ce fameux triple A peut avoir une vertu, c’est bien de nous rappeler quelques réalités. Le fait est que nous nous sommes considérablement endettés en demandant à nos gouvernements de dépenser plus qu’ils ne prélevaient d’impôts. Nous avons fait preuve, pendant 37 années consécutives, d’une irresponsabilité digne d’enfants de six ans ; aussi, les discours qui cherchent à faire porter le chapeau à la mondialisation, aux banquiers, à Georges Pompidou ou aux paradis fiscaux relèvent au mieux de la démagogie et au pire de la mauvaise farce.

Pour en arriver à ce point, l’État français est allé chercher des créanciers sur les marchés financiers en émettant des obligations. Ces dernières représentaient, toujours à la fin du troisième trimestre 2011, la bagatelle de 1,3 trillions d’euros3 – soit la quasi-totalité (98 %) de la dette de l’État et 77,4 % de la dette publique totale. Nos créanciers sont, pour une bonne moitié d’entre eux, des résidents français parmi lesquels on compte principalement des compagnies d’assurance, des fonds d’investissement ou des caisses de retraite ; c’est-à-dire, indirectement, vous et moi. Si vous pensiez qu’il suffisait d’envoyer paître les marchés financiers, repensez-y à deux fois.

Voilà pour l’état des lieux.

Standard & Poor’s considère donc désormais que l’État français ne présente plus de garanties suffisantes pour mériter la meilleures des notes possibles : le fameux AAA. Sincèrement, au regard de l’état des lieux évoqué ci-dessus et du discours des candidats aux présidentielles, on peut difficilement leur donner tort. Entre les irresponsables de l’UMPS et les fous-furieux des deux fronts, on imagine sans peine que la capacité de l’État français à honorer ses engagements soit pour le moins sujette à caution.

Il y a cependant une bonne nouvelle dans cet océan de noirceurs : la dégradation de notre note souveraine est un non-événement absolu. Contrairement à ce qu’affirmaient, il y a encore quelques mois, les dépensiers compulsifs qui nous gouvernent, la perte du AAA4 n’aura vraisemblablement aucune conséquence, ou presque. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la réaction des marchés alors que la rumeur se propageait : le moins que l’on puisse dire c’est que pour une apocalypse nucléaire, ce fut finalement assez calme. Il y a deux raisons à cela.

La première, c’est que, depuis au moins trois décennies, plus personne ne fait confiance aux agences de notation. De fait, cela fait au bas mot six mois que les marchés avaient déjà pleinement intégré que la France n’était plus AAA que dans les rêves de François Baroin, comme en témoigne l’évolution de l’écart de taux entre les obligations souveraines françaises et allemandes. Et si plus personne ne fait confiance aux agences, ce n’est pas dû à un doute quant à leurs capacités d’analyse mais plutôt au fait que tout le monde sait, depuis ces trois mêmes décennies, que les agences ne travaillent plus pour les investisseurs mais pour les pouvoirs publics.

Cette sinistre affaire commence au cours des années 1970, lorsque le gouvernement des États-Unis cherche à durcir la réglementation bancaires pour mieux contrôler les risques que prennent les banques. L’idée du législateur consistait alors à imposer aux banques de constituer des réserves de sécurité en fonction du risque qu’elles portaient dans leurs portefeuilles de crédit. Pour ce faire, encore fallait-il disposer d’une mesure desdits risques. C’est là que les agences sont entrées en jeu : le gouvernement des États-Unis, puis la plupart des pays occidentaux ont alors donné un caractère légal à leurs notes.

Ce type de réglementation s’insinuant peu à peu dans les rouages de nos économies5, il devint rapidement quasi impossible d’obtenir le moindre crédit ou de vendre la moindre obligation sans être noté par l’une des agences officielles. C’est d’ailleurs ce qui a permis aux agences de faire payer leurs honoraires non plus aux seuls utilisateurs – les investisseurs – mais aux emprunteurs. Désormais incontournables, elles ont gagné énormément d’argent, mais leurs notes ayant le pouvoir de priver n’importe quel emprunteur de ses sources de financement, elles ont dû se montrer d’une extrême prudence. Comme la cavalerie, les agences de notation n’arrivent qu’après la bataille.

Or, la plupart des réglementations n’imposent pas aux investisseurs de vendre leurs obligations lorsqu’elles ne sont dégradées que de AAA à AA+. Là où de nombreux investisseurs ont été règlementairement forcés de se débarrasser de leurs obligations grecques à tout prix – provoquant ainsi l’effondrement des cours et donc la hausse des taux – la décision de Standard & Poor’s ne devrait pas avoir plus d’impact que la dégradation des États-Unis l’année dernière.

La perte de notre AAA n’est pas une catastrophe : c’est un symbole. Un symbole triste. Le symbole d’un pays à la dérive.

  1. Source : Insee. Par “dette publique”, on entend la dette consolidée des administrations publiques (administration publique centrale, administrations publiques locales et administrations de sécurité sociale) au sens de Maastricht.
  2. Il va falloir rajouter ce mot à notre vocabulaire : un trillion d’euros est égal à 10^12 euros ou, si vous préférez, mille milliards d’euros.
  3. Source : Agence France Trésor à la fin septembre 2001. Exactement 1.307.504.808.589 euros avec une durée de vie moyenne de 7 ans et 64 jours.
  4. Ou plutôt “d’un de nos AAA” puisque Moody’s et Fitch n’ont pas (encore) dégradé l’État français.
  5. Par exemple, le règlement financier Agirc / Arrco (article 16) stipule que les caisses de retraites complémentaires françaises ne sont autorisées à détenir directement que des titres notées A- au minimum.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 16 Janvier 2012 à 13h35

      Dio Gêne dit

      De ce trou béant sis au fond de la cale
      d’ou s’échappe à grand frais notre AAA
      plutôt que d’écumer à grand coup de blabla  
      pour un colmatage net vive bouclier fiscal.
                                                                                      Hahaha………….pardon haha+ 

      • 16 Janvier 2012 à 14h08

        eclair dit

        @marie
        Non,
        les critères de moody ne sont pas les mêmes que ceux de S&P.

        Il faut voir que les notes sont destinés aux investisseurs.

        C’est comme deux banques une peux te preter l’autre non c’est juste une question de critères.

        • 16 Janvier 2012 à 15h21

          Marie dit

          c’est celà oui et le tutoiement est de trop!

        • 16 Janvier 2012 à 15h41

          Marie dit

          lire la suite sur le Fig éco
          “plusieurs facteurs pourraient mettre «la perspective stable du AAA sous tension»: un coup d’arrêt à la mise en place des réformes économiques et fiscales, la poursuite de l’accumulation de la dette ou encore une détérioration de la crise en zone euro.”
          les réformes dont personne ne veut , c’est bien français ça!

    • 15 Janvier 2012 à 15h29

      livia dit

      Suite… Surement UN CHOIX POLITIQUE, ce qui met à l’abri – les spéc. de l’Arithmétique – justement.
      Mais bon , à l’impossible nul n’est tenu, n’est-il pas ?

      Quand je vois que le film traitant d’un AH et de son aide de vie ont fait se pamer
      15 millions de spéctateurs (,), ben ‘ il vaut mieux etre riche, meme handicapé que … ect..

      Ok,je sors.

    • 15 Janvier 2012 à 15h01

      ylx dit

      @ Saul qui dit “vous devriez cesser cette victimisation à outrance et propagandiste.”
      Mon propos ne visait pas les media…c’était pour dire que même des personnes de haut niveau d’éducation ne sont pas capables de comprendre les chiffres qui sont jetés au milieu en pature au milieu des débats de campagne présidentielle..
      Sur le fond je suis d’accord avec vous…encore du fric jeté par la fenêtre.

      • 15 Janvier 2012 à 15h16

        Saul dit

        désolé Ylx, il y a malentendu , mon post s’adressait à Marie, pas à vous bien evidémment, j’avais bien compris ce que vous vouliez dire

    • 15 Janvier 2012 à 14h58

      livia dit

      Suite…
      A Paris, il y a Not’Maire, la préfecture, l’Etat (?) qui décide ,,, en dernier ressort surtout pour les logements sociaux ????

      Les logements sociaux sont réservés aux familles ,
      une persone seule et bien elle fait comme lui :
      une chambre de 13 m2 et il s’estime très chanceux, pour les autres, les déviants divers c’est la rue.

      Aucune vue d’ensemble , comme sans doute ailleurs.

      Quand je pense que je lui ai dit:” trouves- toi une femme et fais des enfants”
      Il a rit, mais c’est juste parce qu’il m’aime bien.;-)

      On ne sait jamais si M. Wauquiez ou Apparu passent sur ce site….

    • 15 Janvier 2012 à 14h45

      livia dit

      …a une crise…

      Suite

      Aujourdhui, au lieu de ne pas voter je crois que mon choix penche pour NS, je sais c’est mal vu .

      Pourquoi ?

      Parqu’hier j’ai causé avec un ami, à qui qui je n’avais jamais osé poser de questions , et voilà.

      Adulte handicapé seul et sans aide familiale, il à reçu comme promis par NS les 25% d’augmentation de son a AAH (il ne peut vraiment pas travailler)

      Mais,(Mais et c’est là que je rejoins le post d’yxl,) promesse tenue et une injustice de moins.

      Sauf que:

      A ll d’A.Han. =

      750 E par mois + l’Aloc logement 298 E et c’est tout, ce qui est bcp trop (riche)par rapport au barème pour avoir droit
      Doncpour avoir :
      droit à:

      -La CMU (100 % de prise en charge de Santé) et là il fait partie des n.omb. sans mutuelle qui renoncent à certains soins, ceux non directement liés .( alors que dans cas par angélismes, ce n’est pas le cas).

      -Pas l’aide excep. de la Ville de 80 E: pendant 1 an (mais bcp d’autres, si)

      - Pas de tarif spécial à 1 E: mois pour le tv/internet/télephone, pas chance .. il sont réservé et attribués en priorité aux familles avec enfants.

      - Pas de transport gratuits(métro/bus)

      -Pas de prime de Noel.
      -

    • 15 Janvier 2012 à 14h18

      livia dit

      Je recommence :

      @ Fiorino

      A ma connaissance les Italiens découvrent seulement maintenant les joies de la “taxe foncière” et en particulier sur “la prima casa” inconnue jusqu’à présent.

      Vont-ils aimer autant l’Europe quand on sait que bcp plus d’Italiens que de Français sont propriétaires de leur habitation principale? entre autres mesures ???
      …Euh..l’age de la retraite, notamment pour les hommes ( ici rien que le chiffre de l’age du départ des Italiens tout le monde à une crise cardiaque ;-)

    • 15 Janvier 2012 à 14h10

      livia dit

      Je recommence :

      @ Fiorino

      A ma connaissance les Italiens découvrent seullement maintena

    • 15 Janvier 2012 à 14h09

      livia dit

      Mais pourquoi ????

      Je m’étais fendue de 3 posts (assez longs, c’est vrai et écrits lentement) restés dans la machine infernale, qui me redemande n’importe quand … si je suis abonnée à Causeur et de le prouver ;-)

    • 15 Janvier 2012 à 13h00

      kravi dit

      Bon, tout ,ça, c’est bien compliqué, et je n’avance pas beaucoup.
      Alors, Georges, dîtes-moi — avec des mots de moins de trois syllabes et des notions accessibles à un enfant de six ans — juste comment faire fortune.
      Pour les dépenses, j’ai déjà des idées.

      • 15 Janvier 2012 à 13h45

        RotilBis dit

        Tu achètes quelques bouteilles du vin du Golan et tu organises une vente aux enchères chez Christies… Il n’y en aura pas pour tout le monde ! 

    • 15 Janvier 2012 à 12h30

      livia dit

      Merci Ylx

      Meme en en comprenant très peu (de l’économie) protégée par ma famille, puis par mon travail avec la sécurité de l’emploi à vie, puis la retraite, pourquoi aurai-je du m’y intéresser. ? A la psy, par contre largement et c’est l’évidence meme, les deux s’imbriquent.

      Meme moi pour le reste je me rends compte des incohérences crillantes trop de spécialistes sur leur petits créneaux et pas assez de vue d’ensemble et de gens capables d’avoir ce genre de formation. (si c’est ce que l’Ena voulait produire, c’est archi-raté
      allez à supprimer ! (rires)

    • 15 Janvier 2012 à 12h17

      livia dit

      Fiorino

      Triste pour le Costa, je connais bien la région ( … à 150 m. des cotes ?)

      En tout cas : p-tot secs les Italiens, pas trop de cellules psy mais le Commandant incarcéré.

      • 15 Janvier 2012 à 13h27

        Fiorino dit

        C’est vrai, j’ai vu qu’à Marseille il y avait une cellulle psy qui attendait les français du costa pour leur expliquer qu’il vont faire probablement de cauchemars… en tout cas le nombre de gens qui manquent à l’appel est à 17 ésperons encore qu’il s’agissent uniquement de gens qui sont déjà saines et sauves mais qui n’ont pas été enregistrées. Comme bilan aurait pu être bien pire. Sur CNN ils monternt des jeunes américains de la croisière presque excité par l’aventure, en France ou en Italie uniquement des gens qui râlent contre tout et n’importe quoi. On peut pas reprocher à un île de 1500 habitants de ne pas avoir été à l’hauter dans l’accueil de 5.000 personnes dans la nuit tout de même. Si non je pense que c’est normal que le capitain soit en taule, il a quitté le navire avant les autres passagers.

    • 15 Janvier 2012 à 11h54

      ylx dit

      @ livia :”Mais comment peut-on vivre au 21 ème S. sans rien comprendre à l’économie ? ”
      Rien de plus simple car l’Economie est fondée sur l’arithmétique + la psychologie, deux “techniques” à la portée de tous. Il y a plusieurs années j’ai rédigé un cours d’Initiation Economique où j’expliquais les grands “agrégats” nationaux (revenu, investissement, épargne, emprunt, capital) à partit de la gestion ménagère (=arithmétique). Et pour l’économie de la production je comparais le comportement (= psychologie) de deux sabotiers installés dans le même village c’est-à-dire comment ils utilisaient les facteurs de production à leur disposition : matière première, main-d’oeuvre, temps de travail, matériel, emprunts, dividendes, recherche, adaptation au marché, prix et volumes de ventes, marketing , fiscalité etc Toutes notions qui sont comprises par le premier boutiquier venu, mais ni par les Enarques/Politiques qui seraient bien incapables de gérer convenablement une boutique, les uns par absence complète de bon sens, les autres par démagogie ou idéologie (“L’idéologie c’est ce qui pense à votre place”-JF Revel)
      PS – Je discutais hier soir avec un jeune cadre ayant des responsabilités dans un grand groupe, diplômé de la plus prestigieuse école de gestion française, lecteur de Telerama et du Canard Enchainé, qui prenait comme exemple de la gestion calamiteuse de NS la TVA restauration qui selon lui coûtait 30 millliards. Je lui ai fait remarquer poliment qu’il se trompait d’un zéro de trop. Il n’a pas voulu en démordre. Bref, pour dire que si des Français de ce niveau font des erreurs pareilles que peut-il en être du Français de base. Sacha Guitry disait “Il y a pire que le mensonge, c’est la conviction.”

      • 15 Janvier 2012 à 14h40

        Marie dit

        “Il n’a pas voulu en démordre”
        mais ylx c’est écrit dans le journal et estampillé vrai par les médias!pourquoi chercher plus loin?le prêt à pensées ne fait pa que des émules chez les français de base

        • 15 Janvier 2012 à 14h52

          Saul dit

          vous devriez cesser cette victimisation à outrance et propagandiste.
          je n’ai jamais lu ou entendu un media ni quiconque parler de 30 milliards qu’aurait couté cette baisse de TVA pour la restauration, mais au contraire bien de 3 milliards…. ce qui est déja assez énorme.
          le jeune cadre dont parle Ylx s’est planté dieu sait pourquoi et est persuadé que c’est 30 milliards mais ce n’est pas du aux médias mais à son erreur d’interprétation dont il s’est fait une vérité.
          cela dit ça n’enlève pas grand chose au problème, il y a bien eu volontairement de la part d’un politique un cadeau de 3 milliards, sans qu’il n’y ait eu embauche (les restaurateurs disait que ça avait fait embaucher 40 000, puis devant l’évidence que non, maintenant leur argument c’est que ça aurait évité les licenciements….la bonne blague, pour ceux qui connaissent le monde de la restauration, il y a toujours du boulot là dedans, vous ne restez pas au chomdu, y’a toujours un restau ou une brasserie qui vous embauchera)

    • 15 Janvier 2012 à 11h33

      Marie dit

      @Fiorino
      Holande et le PS se réjouissent dans les micros de la perte du triple AAA, d’une quelle attitude anti-bien commun , d’autre par ils peuvent rire mais ils vont devoir pondre une copie différente si ils veulent que dans l’éventualité d’une arrivée aux manettes ne pas nous faire sombrer dans le classement!
      MLP c’est directement la case 000

    • 15 Janvier 2012 à 11h30

      livia dit

      Caro Fiorino,

      Je sais tout cela, vous ne répondez pas à ma question , la gouvernance technique de l’Italie, et les mesures drastiques (ici rien que les mots et tous sortent les flingues ;-) le peuple qu’est qu’il en dit ? comme nos télés nous montrent tjrs, les échauffourées dans tous les pays, je m’étonne que la gauche italienne n’ait pas mobilisé tous les jours les qq millions d’adhérents des syndicats près à défiler généralement à Rome ?

      • 15 Janvier 2012 à 11h41

        Fiorino dit

        Mais vous savez c’est bcp de taxes qui ont été mise en place, par exemple si vous êtes résident italien et vous achetez à Londres ou a Nice (les deux destinations plus prisés des italiens pour les investissements immobilier) vous payez un impôt maintenant dès janvier, l’impôt sur l’essence ça touche tout le monde. Ce n’est pas uniquement une manoeuvre contre les intérêts particuliers des syndicats, puis faut dire que ayant privatisé les chemins de fer (et ça a coûté très cher des retraites dorées en échange) ils ont plus le même pouvoir syndical de bloquer le pays, puis l’extrême gauche a fait 3% au derniers élections elle est pas rentré dans le parlement (il faut au moins 4%). Donc oui libéralisme mais aussi equité sociale. Peut-être aussi que les gens se rendent compte de la gravité de la situation du pays.

      • 15 Janvier 2012 à 11h45

        Fiorino dit

        Cara Livia,
        Cmq en ce moment on critique en peu les agences mais tout le monde attend des nouvelles du Costa.